Tous les GES générés par les feux de forêt en Australie ont été absorbés en moins d’un an | 24 heures
/environment

Tous les GES générés par les feux de forêt en Australie ont été absorbés en moins d’un an

Image principale de l'article Tous les GES absorbés en moins d'un an
AFP

Entre septembre 2019 et février 2020, 8 millions d’hectares de végétation ont été ravagés en Australie par de gigantesques feux de forêt. Un peu plus de deux ans plus tard, l’impact des émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par ces incendies est nul. On vous explique. 

• À lire aussi: Feux de forêt dans l’Ouest canadien: Vancouver a enregistré la pire qualité de l’air au monde dimanche

• À lire aussi: L’Australie adopte une loi historique sur le changement climatique

Les quelque 200 millions de tonnes de CO2 relâchées dans l’atmosphère lors de ces incendies ont tous été réabsorbés en moins d’un an par la végétation, révèle une nouvelle étude publiée dans la revue Remote Sensing of Environment.

Dans les mois qui ont suivi ces gigantesques feux de forêt, la végétation a repoussé de manière très rapide, ce qui a permis d'absorber les millions de tonnes de carbone. 

AFP

Comment est-ce possible?

Deux facteurs peuvent expliquer comment la forêt australienne a pu renaître de ses cendres aussi rapidement. Il y a d'abord «la forte résistance au feu des eucalyptus», puis l’abondance des précipitations, qui ont été supérieures à la moyenne en 2020. 

Ces précipitations ont permis aux arbres toujours vivants et à la végétation de sous-bois de survivre. 

susan flashman - stock.adobe.com

Une situation «assez unique»

Bien qu'il s'agit d'une bonne nouvelle pour les forêts australiennes, d’autres régions du monde frappées par des feux de cette ampleur, comme l'Ouest américain ou l'Europe, n’auront pas nécessairement cette chance. 

• À lire aussi: Replanter dans une zone à risque après un feu de forêt, c’est une bonne idée?

«La situation de l’Australie est assez unique, indique l’un des auteurs des recherches, Jean-Pierre Wigneron, en entrevue au quotidien français Le Monde. Dans les Landes (France), on sait qu’il y aura une reprise probablement assez rapide des arbustes. En revanche, les pins ne font pas de rejets et il faudra attendre que de nouveaux arbres repoussent pour que la forêt se reconstitue.»

Selon une étude parue en avril 2021, l’Amazonie brésilienne rejette désormais plus de carbone qu’elle n’en absorbe.

Avec les informations du Monde

À VOIR AUSSI

s