Crise climatique: «Les bottines devront suivre les babines», préviennent les militants | 24 heures
/environment

Crise climatique: «Les bottines devront suivre les babines», préviennent les militants

Image principale de l'article «Les bottines devront suivre les babines»
AFP

Les groupes environnementalistes promettent de talonner le gouvernement caquiste sur le respect de ses engagements climatiques.

• À lire aussi: Distorsions entre le vote populaire et le nombre de sièges: la démocratie québécoise en danger, disent des experts

• À lire aussi: Les enfants et ados du Québec auraient fait élire Québec solidaire

«La grande déception avec la CAQ, c’est qu’il n’y ait pas eu de nouvelles promesses environnementales pendant la campagne», résume Caroline Brouillette, directrice des politiques nationales au Réseau action climat Canada. 

Elle souligne également le fait que les engagements climatiques de François Legault étaient parmi les moins ambitieux des cinq principaux partis se présentant aux élections.

Pour elle, les campagnes électorales représentent pourtant le moment parfait pour faire de nouvelles propositions afin d’aller chercher de nouveaux électeurs. Elle déplore que la CAQ n’ait pas saisi cette occasion.

Une plus grande place pour le climat

Tout comme Caroline Brouillette et l’organisme Équiterre, Patricia Clermont, coordonnatrice et responsable des communications à l’Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME), reconnaît que l’environnement et la lutte contre les changements climatiques ont pris une place plus importante dans les discussions durant la campagne. 

• À lire aussi: Un nombre record de femmes et (un peu) plus de diversité à l’Assemblée nationale

«On a réussi à pousser les enjeux environnementaux assez loin, par exemple avec le dossier de la Fonderie Horne, dit-elle. On a fait réaliser qu’on ne peut pas traiter la santé juste sous l’angle du traitement des personnes. La santé s’est imposée de concert avec l’environnement comme thème majeur.»

Pour elle, c’est signe que la mobilisation fonctionne et que l’AQME pourra utiliser ces mêmes leviers au cours des quatre prochaines années.

Or, Équiterre dénonce un manque de profondeur dans les discussions sur les enjeux climatiques et que certains, comme l’adaptation aux changements climatiques ou encore le déclin de la biodiversité, n’aient presque pas été abordés.

«Il y a urgence de voir des résultats»

L’heure est maintenant à surveiller les actions prochaines du gouvernement caquiste. «Les bottines devront suivre les babines. Il y a urgence de voir des résultats», prévient Patricia Clermont.

«On s'attend à ce que le gouvernement redouble d'ardeur dans la lutte aux changements climatiques, dans toutes les actions environnementales. Et surtout qu'il s'attaque à certains des angles morts de la campagne, et des angles morts de sa propre inaction climatique des quatre dernières années», lance Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre.

• À lire aussi: À peine élu, un député de Québec solidaire visé par des commentaires racistes sur les réseaux sociaux

Caroline Brouillette surveille aussi de près la composition du cabinet ministériel. «Il faut voir qui sera à la table et ce qui sera sur la table pour voir s’il y a une réelle prise de conscience qui s’effectue», note-t-elle, en lien avec le discours de victoire de François Legault.

Le premier ministre a en effet affirmé qu’il ferait de la lutte contre les changements climatiques l’une de ses priorités dans son prochain mandat. «On a un devoir de les réduire et de les éliminer, nos GES. Parce qu’il faut contribuer à l’effort qui doit être fait partout sur la planète pour lutter contre les changements climatiques. On doit ça, justement, à nos enfants.

«Le gouvernement devra faire preuve de courage politique pour traduire en gestes concrets une action climatique qui devra être basée sur des principes de justice environnementale», conclut Équiterre.

Plusieurs dossiers à surveiller:

  • L’adaptation aux changements climatiques;
  • La qualité de l’air dans plusieurs municipalités québécoises;
  • La protection de la biodiversité;
  • La stratégie de développement durable;
  • La politique d’aménagement du territoire.

À voir aussi:

s