Des dents en or et des jouets sexuels retrouvés dans une «chambre de torture» en Ukraine | 24 heures
/panorama/guerre-en-ukraine

Des dents en or et des jouets sexuels retrouvés dans une «chambre de torture» en Ukraine

De nouvelles preuves des atrocités commises par la Russie en Ukraine? Des masques à gaz, des jouets sexuels et un récipient rempli de dents en or arrachées auraient été découverts dans une «chambre de torture» à Pisky, un village situé à l’est du pays.

• À lire aussi: Volodymyr Zelensky sonde ses abonnés Twitter pour savoir «quel Elon Musk» ils préfèrent

• À lire aussi: La Russie demande à ses soldats d'apporter des tampons et des serviettes hygiéniques pour soigner des blessures

Le ministère de la Défense de l’Ukraine a publié sur les réseaux sociaux ce mardi des images de ce qui semble être une chambre de torture dans un bunker souterrain laissé en piètre état par l’armée russe. 

«Combien d’autres [chambres de torture] trouverons-nous en Ukraine occupée?», a déploré le ministère, qualifiant cette dernière découverte de «mini-Auschwitz», en référence au camp de la mort instauré par les nazis en Pologne. 

Durant la Seconde Guerre mondiale, les prisonniers des camps de concentration et des camps de la mort mis en place par l'Allemagne nazie se faisaient retirer leurs dents ou leurs prothèses en or, qu'on faisait fondre ensuite. 

PHOTO Serhii Bolvinov via Twitter

 

Des objets sexuels, comme des godemichets, pourraient également avoir été utilisés sur les victimes, selon les images prises par le chef du département d'enquête du Service de la sécurité nationale dans la région de Kharkiv, Serhii Bolvinov.

La police de la région a d’ailleurs révélé des images de la chambre de torture.

«Les voisins entendaient constamment des cris à partir [du bunker]», affirme M. Bolvinov dans un message, confirmant que les enquêteurs ont bel et bien trouvé la «terrible» chambre de torture à Pisky.  

Il y a quelques semaines, plus de 450 tombes de victimes violentées et des salles de tortures avaient été découvertes dans la ville d’Izioum, située dans la zone occupée par les Russes jusqu’au 10 septembre dernier. 

• À lire aussi: Une influenceuse russe risque six ans de prison pour avoir utilisé... Instagram

«Il y a des cadavres avec les bras attachés dans le dos, un autre avec une corde autour du cou. Il est certain que 99% des personnes ici sont mortes de manière violente», avait alors déclaré le gouverneur de la région aux médias locaux.

− Avec les informations de The Telegraph

À VOIR AUSSI

s