Élections municipales à Montréal: que proposent les partis pour le SPVM? | 24 heures
/panorama

Élections municipales à Montréal: que proposent les partis pour le SPVM?

Image principale de l'article Que proposent les partis pour le SPVM?
Photomontage Alexandre Pellet

Que ce soit en raison de la renaissance du mouvement Black Lives Matter à l’été 2020 ou à cause de la recrudescence de la violence par armes à feu dans les derniers mois, les projecteurs sont braqués sur les services policiers un peu partout – et Montréal ne fait pas exception. Alors que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) représente une part importante du budget de la métropole – 679,1 millions $ en 2020 –, que proposent les candidats à la mairie de Montréal pour le corps policier? On vous résume leur programme.

• À lire aussi: On ne règle pas le problème de fusillades en augmentant le nombre de policiers

• À lire aussi: Voici comment les candidats à la mairie de Montréal-Nord veulent enrayer la violence

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Projet Montréal  

Valérie Plante

Photo agence QMI Joël Lemay

Valérie Plante

• Le parti de la mairesse sortante Valérie Plante souhaite embaucher 250 policiers et investir 110 millions $ de plus sur quatre ans dans le but de «continuer d’assurer la sécurité de Montréal». Valérie Plante souhaite ainsi lutter contre le crime organisé et le trafic d’armes, en plus d’augmenter le travail de prévention dans le milieu communautaire.

• À lire aussi: Projet Montréal souhaite investir 110 millions $ en sécurité publique

• La mairesse sortante veut doter les policiers de caméras corporelles à compter de 2022.

• Projet Montréal propose également de mettre en place des processus pour que les policiers restent au moins trois ans au même poste de quartier «afin de développer une meilleure proximité avec la communauté locale et les organismes présents sur le terrain».

• Valérie Plante compte déployer une équipe d’intervention et de médiation sociale dans tous les arrondissements de la ville. La proposition, basée sur le projet ÉMMIS (Équipe mobile de médiation et d’intervention sociale), dans l’arrondissement Ville-Marie, permettrait d’offrir une réponse non répressive.

Ensemble Montréal  

Denis Coderre

Joël Lemay / Agence QMI

Denis Coderre

• Le parti du candidat à la mairie Denis Coderre veut embaucher 250 policiers, pour atteindre le maximum permis de 4802. Au besoin, il déposerait une demande officielle au gouvernement pour hausser ce plafond à 5000. 

• À lire aussi: 7 candidats municipaux qui ont fait les manchettes pour les mauvaises raisons

• Il veut également doubler le nombre de patrouilleurs des équipes mixtes, comme l’Équipe de soutien aux urgences psychosociales (ESUP) et de l’Équipe mobile de référence et d’intervention en itinérance du SPVM. 

• L’ancien maire de Montréal promet de doter les policiers de caméras corporelles dès la première année de son mandat. Il souhaite lancer un appel d’offres au cours des 100 premiers jours de son mandat.

• Enfin, Ensemble Montréal propose de faire du directeur du SPVM le directeur général adjoint de la Ville dans le but «d’harmoniser sa vision et ses pratiques avec toutes les missions de la Ville».

Mouvement Montréal  

Balarama Holness

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Balarama Holness

• Seul parti à vouloir réduire le financement du SPVM, Mouvement Montréal, dont le candidat à la mairie est Balarama Holness, croit qu’il y a «100 millions de dollars de trop dans la police». Il compte réaffecter une partie de ces fonds vers le logement social et abordable, la santé et les services sociaux, de même que les infrastructures de loisirs et de sports.

• À lire aussi: Balarama Holness dénonce des propos haineux dont il est victime

• Mouvement Montréal propose aussi de réduire les dépenses du corps policier, notamment en abolissant des postes de cadres et en abandonnant des projets comme celui du champ de tir de 57 millions $. 

• Balarama Holness compte interdire les contrôles de rue par le SPVM, l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale, la présence du corps policier dans les écoles montréalaises et la possibilité de réembaucher des agents reconnus coupables d’avoir violé de Code de déontologie policière.

• Le parti veut offrir une formation spécialisée sur la sensibilité culturelle et l’antiracisme.

• Mouvement Montréal propose aussi de mener une campagne d’information sur les crimes haineux pour favoriser le signalement des crimes haineux.

Action Montréal  

Gilbert Thibodeau

Joël Lemay / Agence QMI

Gilbert Thibodeau

• Tout comme Projet Montréal et Ensemble Montréal, le parti de Gilbert Thibodeau, Action Montréal, propose d’augmenter le financement du SPVM. Avant de déterminer de combien il souhaiterait le bonifier, il croit bon de faire des vérifications auprès de l’organisation pour en déterminer les besoins. 

• Action Montréal souhaite également mettre en place un programme informatique permettant de récolter des données sur les secteurs sensibles et sur la criminalité afin de bien cibler les interventions des policiers. Cette base de données sera publique et permettra d’avoir un portrait de la criminalité en fonction des arrondissements et même des quartiers.

• À lire aussi: Un candidat à la mairie de Montréal affirme que l’itinérance est un «choix de vie»: ses propos jugés «ridicules»

• En fonction de ces données, le parti veut augmenter les patrouilles dans les quartiers aux prises avec des problèmes de gang de rue, de trafiquants, de prostitution, de délinquance et de tensions intercommunautaires.

• Gilbert Thibodeau promet également d’augmenter la répression contre les trafiquants en tout genre et les réseaux de prostitution, notamment. Pour ce faire, il compte faire pression sur Québec pour que soient distribuées des peines plus importantes, qui correspondent à la gravité de l’acte criminel.

*

À VOIR AUSSI

Pour enrayer les fusillades, ça ne prend pas plus de policiers

s