La nouvelle ministre de l'Habitation était courtière immobilière | 24 heures
/bref

La nouvelle ministre de l'Habitation était courtière immobilière

Assermentation des députés de la Coalition avenir Québec, le mardi 18 octobre 2022. Sur la photo: France-Élaine Duranceau
PHOTO MARCEL TREMBLAY/AGENCE QMI
MARCEL TREMBLAY/AGENCE QMI

Assermentation des députés de la Coalition avenir Québec, le mardi 18 octobre 2022. Sur la photo: France-Élaine Duranceau PHOTO MARCEL TREMBLAY/AGENCE QMI

La nouvelle ministre de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, a une longue feuille de route comme courtière immobilière. Son parcours inquiète des locataires et intervenants, qui craignent que la crise du logement ne soit pas prise au sérieux par le gouvernement.

• À lire aussi: 5 choses à retenir du nouveau conseil des ministres

• À lire aussi: Urgence climatique - repenser le voyage

Avant son élection dans le comté de Bertrand, situé dans les Laurentides, France-Élaine Duranceau était courtière immobilière commerciale et même vice-présidente pour la section canadienne pour l’agence immobilière Cushman & Wakefield, est-il écrit sur le site de l'entreprise. L'agence est une firme internationale qui est spécialisée dans la vente commerciale. 

La page professionnelle de France-Élaine Duranceau indique qu'elle «possède plus de 20 ans d’expérience combinée en immobilier et dans les secteurs de la comptabilité et de la fiscalité».

L'entreprise pour laquelle travaillait la nouvelle ministre de l'Habitation, France-Élaine Duranceau.

Capture d'écran

L'entreprise pour laquelle travaillait la nouvelle ministre de l'Habitation, France-Élaine Duranceau.

Dès sa nomination au conseil des ministres, les réactions n’ont pas tardé à fuser sur Twitter, plusieurs utilisateurs craignant que la crise du logement ne soit pas prise au sérieux. «Une agente d'immeuble tabaslak... Et spécialiste de la fiscalité. Encore une fois, un pays de locataires pas de ministre», «Une courtière immobilière qui devient ministre de l’Habitation c'est la chose la plus CAQ ever!» ont écrit des internautes. 

«Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) félicite France-Élaine Duranceau de sa nomination au poste de ministre de l'Habitation. Mais nous profitons aussi de cette nomination pour souligner que le rôle d'une ministre de l'Habitation ne se réduit pas à accommoder les promoteurs et les sociétés immobilières», a d'ailleurs publié le groupe de pression de locataires sur Facebook.

Mme Duranceau est comptable de formation et possède une maîtrise en fiscalité à l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC). 

• À lire aussi: À cause de la crise de logement, une femme des Laurentides dort au motel depuis plus d’un an

La crise du logement éclipsée

La crise du logement et l’accès à la propriété ont très peu été abordés durant la campagne électorale. À preuve, le sujet a été complètement éclipsé lors du Face-à-Face diffusé à TVA. Ce thème a été discuté pendant seulement 2 minutes 33 secondes lors du deuxième débat de Radio-Canada, selon le décompte du 24 heures

Pendant la campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) n’a formulé aucune promesse directement en lien avec la crise du logement ou l'accès à la propriété. En revanche, la CAQ a doublé le crédit d’impôt sur l’achat d’une première maison pour faciliter l’accès à la propriété, le faisant passer de 750$ à 1500$. 

Rappelons que l’ancienne ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, a reconnu pour la première fois l'existe de la crise du logement en avril dernier, en parlant spécifiquement des villes avec un taux d’inoccupation de moins de 1%, après l’avoir nié pendant les premières années du mandat de la CAQ. 

• À lire aussi: Près de 9000 logements sociaux budgétés n’ont jamais été livrés

À VOIR AUSSI 

s