Est-ce qu'on paye trop cher pour notre épicerie? C'est ce qu'une enquête tentera de déterminer | 24 heures
/portemonnaie

Est-ce qu'on paye trop cher pour notre épicerie? C'est ce qu'une enquête tentera de déterminer

Image principale de l'article Paye-t-on trop cher à l’épicerie?
Photo Adobe Stock

Les épiceries tentent-elles de profiter du contexte inflationniste pour s’en mettre plein les poches? C'est la question à laquelle le Bureau de la concurrence du Canada tentera de répondre au cours des prochains mois.

• À lire aussi: Pourquoi la nourriture est plus chère qu'ailleurs au Centre Bell?

Entre septembre 2021 et septembre 2022, le prix des aliments achetés en magasin a augmenté de 11,4%, la hausse la plus marquée depuis 1981 (11,9%). Le taux d’inflation – quant à lui – se situait à 6,9% en septembre dernier. 

Cette hausse vertigineuse a alerté le Bureau de la concurrence. L’organe indépendant au pays chargé de lutter contre les pratiques anticoncurrentielles procédera ainsi à une enquête sur l’augmentation des prix à l’épicerie, une semaine après l'adoption à l’unanimité d'une motion en ce sens par la Chambre des communes.

Les objectifs de l'enquête: déterminer les causes réelles de ces augmentations de prix, en apprendre davantage sur les mesures mises en place ailleurs dans le monde pour faire face à la situation et fournir des pistes de solution pour stimuler la concurrence sur le marché de l’alimentation. 

«Face à la hausse de l’inflation, les consommateurs canadiens ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Ce constat est particulièrement vrai pour l’achat de produits d’épicerie. En fait, les prix des produits d’épicerie au Canada augmentent à un rythme jamais vu depuis 40 ans», lit-on dans le communiqué du Bureau.

• À lire aussi: L’inflation ralentit de nouveau et passe à 6,9 % au Canada

Les marges de profit en hausse 

Même si l’inflation, la guerre en Ukraine et les coûts du transport font partie des raisons évoquées par les épiciers pour justifier les hausses de prix, il est difficile de savoir s’ils disent vrai. 

En août dernier, une étude de l’Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) estimait d'ailleurs que les entreprises semblaient «avoir largement profité du contexte d’inflation pour majorer leurs prix».

«Cette manœuvre leur aurait permis d’engranger des profits records tout en contribuant à l’accélération de l’inflation», lit-on dans la publication signée par les chercheurs Guillaume Hébert, Pierre-Antoine Harvey et Laura Handal.

Toujours selon l’IRIS, les magasins d’alimentation auraient plus que doublé leur marge de bénéfices entre octobre 2021 et mars 2022, encaissant plus de 3,6 milliards de dollars de bénéfices supplémentaires.

Pour Sylvain Charlebois de l’Université Dalhousie, les chiffres financiers des grands joueurs de la distribution alimentaire ne nous disent pas nécessairement si les épiciers abusent de leurs pouvoirs.

«Beaucoup voudront le croire, mais les preuves ne sont tout simplement pas là. Les épiciers canadiens ont bien réussi, mais les marges brutes se sont maintenues entre 2% et 4%», a-t-il exprimé dans un communiqué de presse paru la semaine dernière. 

En 2021, les Compagnies Loblaw ont réalisé des profits de 1,98 G$, une hausse de 66% par rapport à l'année précédente, sur des ventes de 53,17 G$. Son bénéfice net a augmenté de 3,2% au deuxième trimestre de 2022.

Des prix gelés 

Rappelons que la semaine dernière, Loblaw (qui comprend Maxi, Provigo et Pharmaprix) est devenu le premier épicier au pays à geler les prix d’une variété de produits jusqu’à janvier 2023 pour aider les consommateurs à faire face à l’inflation.

Si certains ont salué le geste, comme Sylvain Charlebois, d’autres ont crié à l’opportunisme.

• À lire aussi: Provigo et Maxi: gel de prix sur 1500 produits sans nom pour contrer l’inflation

Des aliments «en spécial» beaucoup plus chers

Si vous ne l’aviez pas déjà remarqué, certains aliments en rabais sont nettement plus chers que dans le passé. Le 24 heures s’est penché sur le cas de huit aliments en rabais chez Maxi, en comparant les prix des aliments avec des circulaires d’octobre 2021 et 2022.

Boîte de 18 œufs

2021: 2,88$

2022: 3,77$

Une augmentation de 31%

Farine de marque Five Roses 2,5kg

2021: 3,98$ 

2022: 5,99$

Une augmentation de 50,5%

Beurre salé de marque Lactantia

2021: 3,27$

2022: 5,88$

Une augmentation de 80%

Bacon de marque Lafleur

2021: 4,98$ 

2022: 7,93$

Une augmentation de 59%

Bouillon de poulet de marque Campbell

2021: 1,48$

2022: 1,67$

Une augmentation de 13%

Fromage de marque P’tit Québec 400g

2021: 3,97$

2022: 4,44$

Une augmentation de 12%

Beurre d’arachide de marque Kraft 725g

2021: 3,77$

2022: 4,77$

Une augmentation de 26,5%

Tomates (en provenance du Canada)

2021: 1,48$/lb

2022: 1,88$/lb

Une augmentation de 27%

– Avec les informations de Julien McEvoy