Un ex-patineuse artistique dénonce l’obsession maladive du poids dans son sport | 24 heures
/panorama

Un ex-patineuse artistique dénonce l’obsession maladive du poids dans son sport

s

Pour réaliser son rêve olympique, la patineuse artistique Julianne Séguin a vécu dans un climat malsain durant de nombreuses années. L’ex-athlète se vide le cœur dans un livre où elle raconte que son entraîneuse avait une obsession maladive avec son poids et sa silhouette.  

Dès l’âge de 13 ans, Julianne Séguin a été mise sur une balance par son entraîneuse. Cette dernière a déterminé que le poids idéal de l’athlète devrait être de 97 livres. Malgré la puberté et la transformation de son corps, Julianne devait suivre des régimes et diètes de toutes sortes pour maintenir ce poids jugé «parfait pour performer». 

L’ex-patineuse, qui a mis fin à sa carrière après avoir participé aux Jeux de Pyeongchang en 2018, relate avec détails cette obsession du poids qui règne dans son sport dans le livre «Une médaille à tout prix». Écrit par la journaliste du Bureau d’enquête de Québecor, Marie-Christine Noël, l'ouvrage est disponible en librairie depuis quelques jours. 

L’auteure y retrace la carrière de Julianne Séguin et lève le voile sur la culture du silence dans l’univers particulier du patinage artistique. Par crainte de décevoir une entraîneuse exigeante, la patineuse s’est tue comme le veut la règle dans son sport. 

Photo AFP

«Elle me faisait tellement sentir comme de la marde» 

Au fil des années, Julianne a subi des pesées aléatoires et des commentaires désobligeants sur certaines parties de son corps qui n’étaient jamais assez affinées ou découpées au goût de sa coach. 

«J’avais peur d’elle, peur de sa réaction. Elle me faisait tellement sentir comme de la marde quand ça n’allait pas bien. Mais quand ça allait bien, elle me faisait sentir spéciale. Elle me donnait un beau cadeau. Et là, ça devenait une drogue», relate l’ex-olympienne. 

Même après d’importantes blessures ou des commotions cérébrales, la patineuse d’élite devait être de retour à l’entraînement le plus vite possible. Aujourd’hui âgée de 25 ans, Julianne ressent encore les symptômes des commotions, dont l’incapacité à être devant un écran. Elle souffre encore régulièrement de crises d’anxiété et de sévères migraines. Nul ne peut prédire si ces symptômes se dissiperont un jour.  

La jeune femme espère que son témoignage permettra de changer la culture du poids dans son sport. Elle souhaite, notamment, la fin des pesées des athlètes par leurs entraîneurs. 

-Avec François-David Rouleau 

L’auteure du livre Une médaille à tout prix, Marie-Christine Noël (gauche), a relaté l’histoire de la patineuse artistique Julianne Séguin.

Photo courtoisie, Julia Marois

L’auteure du livre Une médaille à tout prix, Marie-Christine Noël (gauche), a relaté l’histoire de la patineuse artistique Julianne Séguin.

VOIR AUSSI:

s