7,99$, 8,99$: voici pourquoi les cœurs de laitue romaine sont hors de prix à l’épicerie | 24 heures
/bref

7,99$, 8,99$: voici pourquoi les cœurs de laitue romaine sont hors de prix à l’épicerie

Image principale de l'article Voici pourquoi la romaine est hors de prix
Photomontage Marilyne Houde

Vous ne rêvez pas: les cœurs de laitue romaine coûtent les yeux de la tête, avec des prix qui peuvent aller jusqu'à 8,99$ dans certaines épiceries. Comment expliquer une telle augmentation de prix? On vous l'explique.  

• À lire aussi: Est-ce qu'on paye trop cher pour notre épicerie? C'est ce qu'une enquête tentera de déterminer

• À lire aussi: Pourquoi la nourriture est plus chère qu'ailleurs au Centre Bell?

Deux principaux facteurs poussent les prix à la hausse: la sécheresse en Californie et la faiblesse du dollar canadien, explique Sylvain Charlebois, directeur scientifique du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie. 

L’État de la Californie, qui est un grand producteur de laitue romaine, fait face à des sécheresses persistantes, ce qui affecte nécessairement les cultures − notamment celle de la laitue romaine − et donc l’approvisionnement. C'est mathématique: puisque l'offre est à la baisse, le prix monte.

En ce qui concerne le dollar canadien, il ne cesse de perdre de la valeur face au dollar américain depuis quelques semaines déjà. Vendredi après-midi, le huard s’échangeait autour de 0,75 cent américain. 

Éviter une «crise»

Non seulement les cœurs de laitue romaine sont chers, mais les laitues romaines sont souvent absentes des étagères, remarque Sylvain Charlebois. 

«J’ai remarqué que soit il y avait de la laitue romaine et qu’elle était chère, soit il n’y en avait tout simplement pas. J’ai l’impression que les prix augmentent et que les détaillants ne veulent pas d’un produit trop cher», souligne-t-il. 

PHOTO Guillaume Cyr | 24 heures

Les épiciers souhaitent, selon lui, éviter de revivre une crise semblable à celle des choux-fleurs, laissés de côté par les clients il y a quelques années.

«Avec la crise du chou-fleur, il y a plusieurs personnes qui ont simplement arrêté d’en acheter, le temps que le prix baisse», affirme le spécialiste du secteur agroalimentaire. 

Une crise qui va perdurer? 

Vous feriez mieux de vous y faire: tant et aussi longtemps que la sécheresse va durer en Californie, le prix des laitues romaines va rester élevé, prédit le spécialiste. 

Et oubliez la laitue romaine locale: sa production ne fait que commencer au Canada, notamment dans le sud de l'Ontario, soutient M. Charlebois. 

«La plupart des laitues romaines sont exportées aux États-Unis. C’est un peu paradoxal, mais on produit beaucoup de légumes pour d’autres pays. Au Québec, par exemple, la plupart de nos tomates sont exportées», regrette-t-il. 

Les fruits et légumes, moins chers?

Malgré le prix de la laitue romaine, il y a de bonnes nouvelles dans la section des fruits et légumes: les prix sont en effet «quand même pas si mal depuis quelque temps», souligne Sylvain Charlebois.

«C’est la seule section de l’épicerie qui est moins chère depuis janvier. Il y a différentes aubaines qu’on peut aller chercher. Il faut trouver des bonnes nouvelles une fois de temps en temps», ajoute-t-il en riant. 

Photo d'archives, Agence QMI

Mais attention: les prix des fruits et légumes sont sujets à «beaucoup de fluctuations», mentionne M. Charlebois. Il vaut donc mieux en profiter pendant qu'il en est encore temps. 

À VOIR AUSSI:

s