Le Tennessee veut criminaliser l'art de la drag | 24 heures
/bref

Le Tennessee veut criminaliser l'art de la drag

Image principale de l'article Le Tennessee veut criminaliser l'art de la drag
AFP

Certains républicains n’ont pas perdu de temps pour consommer la déception de la soirée électorale du 8 novembre. Au Tennessee, la majorité républicaine locale vient d’introduire un projet de loi pour rendre criminelle l’activité de drag.

• À lire aussi: Ce que les élections de mi-mandat pourraient changer aux États-Unis

• À lire aussi: Un premier élu de la génération Z au Congrès et six autres plafonds de verre brisés

C’est ce que nous apprennent sur Twitter plusieurs reporters et spécialistes des questions LGBTQ+ aux États-Unis.

En effet, le projet de loi SB3, présenté au Sénat de l’État, qualifie les shows de drags d'«obsénité». Les «imitateurs masculins ou féminins offrant des divertissements ayant une apparence ou un appel de luxure», pour reprendre les termes du texte, seraient alors passible d'encourir une inculpation pouvant aller du délit jusqu'au crime.

Le projet de loi propose aussi une interdiction de la présence et de l’existence des drags dans d’autres lieux que des cabarets ou des bars gais. Les productions cinématographiques qui présentent des personnages drags tournés au Tennessee, comme les populaires «heures du conte» proposées par des drags aux jeunes enfants, pourraient également être impactées par cette loi.

• À lire aussi: Justin Trudeau apparaîtra dans Canada's Drag Race

Des journalistes qui suivent le dossier, dont Alejandra Carabello, indiquent que le projet de loi utilise des termes beaucoup trop vagues pour décrire ce qui est considéré comme des imitateurs masculins ou féminins. Il s’agirait d’un moyen pour l’État de viser la population trans, selon Mme Carabello.

Le projet de loi pourrait ainsi avoir l’effet de diminuer encore plus les droits pour la communauté LGBTQ+ dans cet État conservateur du sud des États-Unis. 

Par exemple, les bloqueurs de puberté sont interdits aux mineurs dans l’État depuis qu’une loi a été votée et appliquée en 2021. L’État est aussi en cour en ce moment même pour empêcher les personnes trans de pouvoir utiliser les toilettes en rapport avec leur identité de genre ou leur nouvelle identité sexuelle. 

Les personnes trans n’ont pas non plus le droit de pratiquer de manière compétitive aux sports étudiants.

Si les républicains n’ont donc pas connu la fortune espérée ce 8 novembre 2022, ces derniers peuvent néanmoins se permettre plusieurs de leurs politiques dans leurs bastions du sud du pays.