Deux influenceuses québécoises organisent des loteries illégales sur TikTok et empochent des milliers de dollars | 24 heures
/sdc

Deux influenceuses québécoises organisent des loteries illégales sur TikTok et empochent des milliers de dollars

s

Des influenceuses québécoises empochent des milliers de dollars en organisant différents tirages illégaux sur la plateforme TikTok depuis près d’un an.

• À lire aussi: Vachon a mis en scène le vol de son propre camion rempli de gâteaux et ça fait réagir

• À lire aussi: 5 choses à savoir sur l'influenceuse française Élodie Costa qui a déclenché l'immense rassemblement dans un A&W de Montréal

Depuis février, Arianne Chouinard-Laporte, de Mirabel dans les Laurentides, et Chloé Lafontaine, de Saint-Charles-Borromée dans Lanaudière, organisent plusieurs fois par semaine des jeux d’argent en direct sur le réseau social TikTok.

Chloé Lafontaine

Photo tirée de la page Facebook de Chloé Lafontaine

Chloé Lafontaine

«Bon, on donne un bon blitz pour ceux qui veulent participer. On est autour de 200$, si je ne me trompe pas, qu’on fait tirer drette-là en live», annonçait Arianne Chouinard-Laporte en fin de soirée ce mercredi.

Arianne Chouinard-Laporte

Photo tirée de la page Facebook d’Arianne Chouinard Laporte

Arianne Chouinard-Laporte

La semaine dernière, une loterie de ballons gonflables a notamment été organisée. À l’enjeu: un lot de 1000$, un de 500$, un de 200$ et trois de 100$. Les prix étaient enfouis parmi 315 ballons gonflables disponibles au coût de 15$ chacun via PayPal ou Interac.

Capture d'écran, TikTok

Les deux femmes comptent ensemble un peu plus de 90 000 abonnés sur TikTok. Leurs vidéos en direct peuvent joindre des centaines, voire des milliers de personnes par jour.

Capture d'écran, TikTok

«Loterie illégale»

La Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) a confirmé à notre Bureau d’enquête qu’elle a reçu deux plaintes la semaine dernière à propos de ces influenceuses. Elle a fait suivre les dossiers aux corps policiers jeudi.

«Quand ça ne se qualifie pas dans nos critères de licences, c’est une activité criminelle. C’est la police qui s’en mêle. C’est une loterie illégale», affirme Joyce Tremblay, avocate de formation et porte-parole de la RACJ.

Mercredi soir, Arianne Chouinard-Laporte a expliqué en direct le fonctionnement du moitié-moitié à ses abonnés. Elle a mentionné que 50% des fonds amassés allaient au gagnant, sous forme de prix. L’autre partie allait dans ses poches, en guise de rémunération pour son travail.

Et jeudi, son petit ami, Danny DeSantis, faisait tirer en direct un chèque-cadeau de 2000$ pour un voyage parmi les participants qui achetaient un billet à 50$.

Danny DeSantis

Capture d'écran, TikTok

Danny DeSantis

Me Tremblay explique qu’au Québec, seuls les organismes sans but lucratif (OSBL) peuvent obtenir un permis pour organiser un jeu de hasard permettant de gagner de l’argent.

Capture d'écran, TikTok

«On ne peut pas s’enrichir au détriment des gens», insiste la porte-parole de la RACJ.

Bannis pour des questions

Lorsque questionnés sur la légitimité de leurs activités sur la plateforme, les influenceuses et leurs modérateurs effacent les commentaires et peuvent même bannir des comptes TikTok afin d'empêcher de visionner le contenu. Elles réitèrent à plusieurs reprises détenir un permis leur permettant d’effectuer les tirages.

Or, la RCAJ affirme qu’elle n’a pas trouvé de licence à leur nom avant de transférer le dossier à la police.

Le Code criminel stipule qu’autant les organisateurs que les participants à une loterie non autorisée s’exposent à des accusations.

De plus, les règles de TikTok indiquent qu’il est interdit de diffuser ou de partager «tout contenu faisant la promotion des casinos, des paris sportifs, du poker, des loteries, des logiciels et applications liés aux jeux de hasard». 

Qui peut organiser un tirage?

  • Au Québec, seuls des organismes sans but lucratif peuvent obtenir un permis pour exploiter tirages, loteries et autres jeux de hasard où il est possible de gagner de l’argent, selon Me Joyce Tremblay, porte-parole de la RACJ.
  • La licence délivrée par la RACJ doit être «affichée à la vue du public participant dans le lieu où le tirage est conduit».
  • Les profits réalisés par un quelconque tirage doivent être utilisés à des fins caritatives ou religieuses en lien avec la mission de l’OSBL.
  • Lors d’un tirage moitié-moitié de moins de 5000$, une «personne physique» doit remettre un billet directement à chaque acheteur.

Source: RACJ

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s