Interligne maintient sa ligne d’écoute la nuit pour la communauté LGBTQ+ jusqu’au 31 mars | 24 heures
/bref

Interligne maintient sa ligne d’écoute la nuit pour la communauté LGBTQ+ jusqu’au 31 mars

Image principale de l'article Interligne maintient sa ligne d’écoute la nuit
Photo d'archives Agence QMI / Joël Lemay

L’organisme Interligne, qui offre du soutien de première ligne aux personnes de la communauté LGBTQ+, a annoncé le maintien de sa ligne d’écoute de nuit jusqu’au 31 mars prochain. 

• À lire aussi: Des personnes queers nous expliquent pourquoi elles ne veulent pas être out au bureau

• À lire aussi: Les salons de coiffure facturent plus cher aux femmes 

Depuis le mois de septembre, l’organisme fait pression auprès du gouvernement du Québec qui ne subventionne pas son service de nuit. 

Mais même s’il n’a toujours reçu aucun engagement de la part du gouvernement, l’organisme a décidé de maintenir le service de nuit jusqu’au 31 mars prochain, après avoir reçu de nombreuses «démonstrations d’amour et de soutien», a annoncé mercredi le directeur général d’Interligne, Pascal Vaillancourt.  

«Le soutien reçu de toute part a démontré qu'Interligne n'était pas seul dans sa lutte pour sauver son service d’aide et de renseignements de nuit. Ce soutien nous a donné les moyens de continuer nos efforts jusqu’au 31 mars», a-t-il expliqué, ajoutant que l'organisme lançait un appel aux dons. 

L’organisme, qui lance un appel aux dons, souhaite d’ici là trouver des solutions afin d’assurer la pérennité de la ligne de nuit. Une rencontre est prévue dans les prochains jours avec un membre de l’équipe du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant. 

Pascal Vaillancourt, directeur général de l'organisme Interligne

PHOTO COURTOISIE/ALEX PAILLON

Pascal Vaillancourt, directeur général de l'organisme Interligne

Un service essentiel

Le service de ligne de nuit est essentiel et permet de sauver des vies, insiste M. Vaillancourt. 

«Avec le service de nuit, les motifs d’urgence se sont aussi beaucoup intensifiés à la ligne d’écoute. Nos appels la nuit sont beaucoup [à propos] de crises, [on parle] d’automutilation, d’agression sexuelle, de suicide. Donc, c’est pour ça que c’est très important pour nous d’essayer de maintenir ce service-là», explique-t-il. 

• À lire aussi: Le Tennessee veut criminaliser l’art de la drag

• À lire aussi: La première gouverneure ouvertement lesbienne élue aux États-Unis

M. Vaillancourt s’inquiète des conséquences que pourrait avoir la disparition de la ligne de nuit de son organisme, notamment dans les régions du Québec où Interligne constitue l’unique ressource dédiée aux membres de la communauté LGBTQ+. 

«Il y a des options alternatives, mais on ne peut pas garantir que ces options-là seront nécessairement très connaissantes des enjeux LGBTQ+ ou formées dans ces enjeux-là», déplore-t-il.

En plus d’être formés en intervention, les membres de l’équipe derrière la ligne de soutien d’Interligne sont tous issus de la communauté LGBTQ+, ce qui leur permet de mieux intervenir auprès des personnes en crise, mentionne M. Vaillancourt. 

«Il y a eu une grande diversification du vocabulaire et des enjeux LGBTQ+ à travers les années ce qui fait que ce n’est pas simple pour les autres lignes d’écoute non plus de développer cette expertise-là. C’est là, je pense, qu’Interligne est une particularité, une expertise unique», souligne-t-il. 

Plus de 35 000 personnes par année utilisent le service d’écoute d’Interligne et le tiers des appels sont reçus la nuit.

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE   

Interligne

www.interligne.co 

• 1 888 505-1010 (De 8h à minuit dès le 15 septembre)

Ligne québécoise de prévention du suicide 

www.aqps.info 

• 1 866 APPELLE (277-3553)     

Jeunesse, J’écoute 

www.jeunessejecoute.ca 

• 1 800 668-6868     

Tel-jeunes 

www.teljeunes.com 

• 1 800 263-2266

- Avec les informations d’Élise Lacombe, 24 heures

À VOIR AUSSI :

s