Des médias américains ignorent l'annonce de la candidature de Donald Trump | 24 heures
/bref

Des médias américains ignorent l'annonce de la candidature de Donald Trump

Image principale de l'article Des médias américains ignorent Donald Trump
AFP

Trouvez-vous que l’annonce tant attendue de la candidature de Donald Trump à l’élection présidentielle de 2024 n’a pas fait autant de bruit que ce à quoi on s’attendait? C’est tout à fait normal.

• À lire aussi: 7 coups durs encaissés par Trump depuis qu’il n’est plus président

Plusieurs médias aux États-Unis ont choisi de diffuser partiellement ou d’ignorer l’annonce de sa candidature aux prochaines élections américaines.

AFP

Selon le Washington Post, les chaînes de télévision ABC, NBC, MSNBS et CBS ont conservé leur programmation régulière. CNN a présenté les 25 premières minutes du discours de Donald Trump. Le média conservateur Fox News a diffusé la première heure du discours. Notons que plusieurs de ses commentateurs ont affiché leur appui au gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, pour représenter les républicains lors de la prochaine campagne électorale. 

Le New York Post a aussi snobé la candidature de l’ancienne vedette de téléréalité. Sa une du 16 novembre présentait Donald Trump comme un «homme de la Floride faisant une annonce». La nouvelle de sa candidature était présentée à la page 26. 

Le magazine conservateur National Review a réagi au retour de l'ancien président avec un éditorial intitulé «Non».

Capture d'écran

Réactions sur Twitter

Le discours de Donald Trump a été critiqué sur les réseaux sociaux par plusieurs politiciens.

«Donald Trump a abandonné l’Amérique», a tweeté l’actuel locataire de la Maison-Blanche Joe Biden.

«L’annonce de la candidature de Trump met la table à des primaires chaotiques chez les républicains avec des candidats qui se présenteront contre le républicain “MAGA” le plus extrême de la course. Nous sommes prêts à les affronter», a réagi Jaime Harrison du Comité national démocrate.

David Axelrod, directeur de l’Institut de sciences politiques à l’Université de Chicago et ancien directeur de campagne de Barack Obama, souligne le manque d’énergie du milliardaire.

«Le seul enthousiasme qu’il a démontré, c’est lorsqu’il a parlé des facultés intellectuelles de Joe Biden», a-t-il écrit.

Cette impression a été partagée par Jeb Bush Jr., le fils de l’ancien gouverneur de la Floride et le rival de Donald Trump lors des primaires de 2016.

«WOW! Quel discours fade de “The Donald”. C’est le temps d’avoir du sang neuf!» plaide-t-il.

Or, les réactions n’ont pas toutes été négatives. Le sénateur Lindsey Graham a affirmé que l’ancien président sera «dur à battre» s’il continue sur sa lancée.

«Son discours, qui comparait son bilan à celui de l’administration Biden, montre la voie à suivre pour remporter les primaires et accéder à la présidence», commente-t-il.

L'absence d'Ivanka Trump, la fille de l'ancien président, a aussi été soulignée par de nombreux internautes. Cette dernière s'est justifiée en affirmant qu'elle «ne voulait plus s'impliquer en politique». 

Le clan Trump crie à la censure

La porte-parole de Donald Trump, Liz Harrington, a accusé les médias de censure.

«Ils ne veulent pas que le peuple américain entende le leader du plus grand mouvement politique de l’histoire», a-t-elle clamé lors de son passage à la chaîne de télé conservatrice Real America’s Voice.