Inflation: le prix de ces 7 aliments de base a fortement augmenté en un an | 24 heures
/portemonnaie

Inflation: le prix de ces 7 aliments de base a fortement augmenté en un an

s

Les aliments de tous les jours sont de plus en plus hors de prix, indique le plus récent indice des prix à la consommation, pendant que l’inflation stagne et que la hausse du prix des aliments ralentit un peu.

• À lire aussi: Une «demande accrue» et «des armoires vides»: les banques alimentaires confrontées à un manque de denrées

« Normalement, quand un produit est rendu trop cher, un substitut devient populaire. Mais là, les substituts aussi sont rendus chers », observe l’agronome et économiste Pascal Thériault, de l’Université McGill. 

C’est ce qui se passe dans le cas de la margarine, dont le prix est en hausse de 40,4 %, et du beurre (+ 20,2 %). 

« Parce que le prix du beurre est élevé et continue d’augmenter, les gens sont allés vers le produit moins cher, la margarine, ce qui crée une pression sur l’offre de margarine, ce qui pousse le prix à la hausse. Mais il n’y a pas d’autres substituts », indique l’expert. 

D’autres produits sont en fortes hausses, constate Statistique Canada : les pâtes alimentaires (+44,8 %), la laitue (+30,2 %), le riz et mélanges à base de riz (+14,7 %), la soupe (+18,4 %) et les œufs (+13,8 %). 

Au total, l’inflation a atteint 6,9 % en octobre, exactement le même chiffre qu’en septembre. Le prix des aliments a bondi de 11 % en octobre, contre 11,4 % en septembre. 

L’essence et le coût des intérêts hypothécaires sont au nombre de ce qui a augmenté le plus rapidement en octobre : 17,8 % plus cher à la pompe et 11,4 % de plus à la banque. 

Peu de signes encourageants

On est en droit de se demander où tout cela va s’arrêter quand on voit le prix des pâtes doubler en un an. 

Certains experts sont plus optimistes que d’autres. 

« Il y a des signes encourageants pour 2023 », selon Sylvain Charlebois, qui est directeur du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie.

Le prix des conteneurs est en baisse, souligne-t-il, tout comme le coût du transport. 

D’autres sont moins certains que les prix à l’épicerie vont arrêter de gonfler. 

« On a été gâtés longtemps. Les prix vont peut-être se replacer, mais pour l’instant, les gens ne peuvent pas faire grand-chose d’autre que faire des choix et de bien réfléchir à leurs achats », pense Pascal Thériault.

Investir son temps, le seul choix

Et pour ça, il faut investir du temps. L’économiste donne l’exemple du prêt-à-manger, ces boîtes-repas vendues par Cook it ou Goodfood.

« C’était sympathique un temps, mais le prix a tellement augmenté que les gens les délaissent pour réinvestir leur temps dans l’achat des aliments », explique Pascal Thériault. 

Des bonds énormes depuis un an 

  • Oeufs: +13,8%
  • Riz et mélanges à base de riz : +14,7 %
  • Soupes : +18,4 %
  • Beurre: 20,2%
  • Laitue : +30,2 %
  • Margarine : +40,4 %
  • Pâtes alimentaires : +44,8 %

Source: Statistique Canad

Sur le même sujet