Fin du télétravail, congédiement et «Space Karen»: voici 5 fois où Elon Musk l’a échappé cette semaine | 24 heures
/bref

Fin du télétravail, congédiement et «Space Karen»: voici 5 fois où Elon Musk l’a échappé cette semaine

Image principale de l'article 5 fois où Elon Musk l’a échappé cette semaine
AFP

Elon Musk se retrouve souvent au centre de l'actualité depuis l’achat de Twitter, multipliant les frasques et les tweets controversés. Mais la semaine qui se termine a été particulièrement éprouvante pour le milliardaire. Voici 5 épisodes où le nouveau grand patron du réseau social s’est mis dans l’embarras.

• À lire aussi: Qu'est-ce qui se passe avec Elon Musk et le rachat de Twitter?

• À lire aussi: Tout ce qu’il faut savoir sur Mastodon, le réseau social qui pourrait remplacer Twitter

Être «à fond» ou partir 

Les employés de Twitter ont dû confirmer qu’ils se donneront «à fond» à l’entreprise sans quoi ils devront partir. C’est du moins ce qu’a déclaré le «Tweet chef» dans un courriel interne obtenu par l’AFP. 

Dans un ultimatum, le dirigeant a invité les employés à adhérer à son approche en cliquant sur une case «oui» avant jeudi, 17h, faute de quoi ils quitteraient Twitter avec une indemnité correspondant à trois mois de salaire. 

«Pour bâtir un Twitter 2.0 révolutionnaire et réussir dans un monde de plus en plus concurrentiel, nous allons avoir besoin d'être à fond, à l'extrême», avait écrit le nouvel actionnaire majoritaire de la plateforme dans cette communication interne. 

Selon plusieurs médias américains, des centaines d’employés ont pris la décision de démissionner face cet ultimatum. «Je suis peut-être exceptionnelle, mais [...] je ne suis pas inconditionnelle», a par exemple tweeté Andrea Horst, dont le profil LinkedIn affiche encore «Responsable de la chaîne d’approvisionnement chez Twitter». 

AFP

Coup d’éclat au siège social de Twitter 

«Dictator’s asskisser, petty racist, mediocre manchild, Space Karen»: un projecteur a fait défiler une série d’insultes contre Elon Musk sur le quartier général de Twitter, jeudi soir, à San Francisco. 

Une vidéo a d’ailleurs été partagée pas moins de 100 000 fois sur le réseau social. Elon Musk n’a pas commenté l’action dans la soirée, mais il a ironisé la mort de Twitter sur son fil d’actualité avec des mèmes, comme il le fait fréquemment. 

Serait-ce en lien avec l’ultimatum? Difficile de savoir, car l’action n’a pas été revendiquée. 

C’est fini le télétravail 

Elon Musk a exigé à tous les employés de venir au bureau et met ainsi fin à la possibilité de télétravailler. C’est d’ailleurs le premier message qu’il a envoyé à ses employés en début semaine. 

Dans son courriel, le nouveau PDG de Twitter a déclaré que le changement de politique prendrait effet immédiatement et que les employés devraient être au bureau «au moins 40 heures par semaine» à partir du 21 novembre, selon le média Forbes

«Toute dérogation à la politique de travail à distance devra être approuvée personnellement par Elon Musk lui-même», ajoute le rapport. 

Les ingénieurs licenciés 

Plusieurs ingénieurs ont été licenciés depuis lundi pour avoir questionné ou critiqué le nouveau patron sur Twitter ou sur la messagerie interne de l'entreprise, d'après leurs tweets et ceux d'Elon Musk. 

«Je voudrais présenter mes excuses pour avoir viré ces génies. Leur immense talent sera sans aucun doute très utile ailleurs», a ironisé mardi celui qui se présente comme le défenseur ultime de la liberté d'expression. 

Rappelons que dès l’acquisition du réseau social, le multimilliardaire a annoncé mettre à pied 50% des employés de l’entreprise, qui en comptait 7500 avant son rachat. 

• À lire aussi: Renvois, abonnement à 8$, départ d’annonceurs: voici tout ce qui s’est passé en une semaine depuis qu’Elon Musk a racheté Twitter

Le déjeuner ne sera plus gratuit 

Les employés qui aimaient bien déjeuner avec les collègues devront dorénavant prendre le petit-déjeuner à la maison. Elon Musk a mis fin cet avantage mardi selon le New York Times, afin d’économiser 13 M$ par année. 

Une décision qui a fait réagir sur son fil Twitter, où plusieurs personnes l’ont vivement critiqué. 

Mais ce n’est peut-être qu’une question de temps avant que les employés retrouvent un peu de normalité: il a exprimé vouloir trouver un autre dirigeant à la tête de Twitter, selon le média français BFM.    

— Avec l'Agence France-Presse

Sur le même sujet