Québec solidaire réclame un Fonds d’urgence climatique | 24 heures
/environment

Québec solidaire réclame un Fonds d’urgence climatique

Image principale de l'article QS réclame un Fonds d’urgence climatique
Sylvain Denis/AGENCE QMI

Québec solidaire (QS) demande au gouvernement de François Legault de créer un Fonds d’urgence climatique qui pourra servir de coussin de sécurité pour faire face aux bouleversements climatiques.

La revendication de la formation politique de gauche survient au lendemain des annonces faites par le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, à la conférence mondiale de l'ONU sur le climat (COP27), sur le soutien de Québec à plusieurs pays. 

• À lire aussi: Voici les engagements de Québec à la COP27

Benoit Charette, ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs.

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Benoit Charette, ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs.

La COP27, qui devait s'achever vendredi, sera par ailleurs prolongée jusqu'à samedi, faute d'accord entre les partis notamment sur les questions de financement pour les pays en développement, a annoncé son président égyptien Sameh Choukri. 

• À lire aussi: Les pays riches doivent payer pour les conséquences des phénomènes météo extrêmes

• À lire aussi: Semaine 1 de la COP27: toujours pas d’entente sur les enjeux clés

«Il ne faut pas se contenter de se donner bonne conscience en envoyant des chèques à l’international, il faut aussi se préparer ici», a indiqué par voie de communiqué vendredi la députée Alejandra Zaga Mendez, responsable solidaire en matière d’environnement. 

«Un Fonds d’urgence climatique, c’est un coussin de sécurité pour préparer le Québec aux bouleversements qui s’en viennent. Benoit Charette ne peut pas revenir au Québec les mains vides», a-t-elle martelé. 

QS reproche notamment au ministre Charette de n’avoir rien prévu pour les défis d’adaptation aux changements climatiques ici, au Québec, ni d’ailleurs pour les enjeux au cœur des négociations sur le climat. 

«C’est une très bonne chose de s’engager à l’international, mais ça ne nous dispense pas de nous préparer ici afin de protéger notre territoire et notre monde», a souligné le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois. 

Le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.

Sur le même sujet