Choc, colère et consternation après une tuerie dans un bar gai du Colorado | 24 heures
/bref

Choc, colère et consternation après une tuerie dans un bar gai du Colorado

Image principale de l'article Choc, colère et consternation après la tuerie
AFP

Entre choc et consternation, les habitants de Colorado Springs pleuraient lundi les cinq personnes tuées lors d'une fusillade dans un bar gai survenue dans la nuit de samedi à dimanche, en pleine célébration de la Journée du souvenir transgenre. 

Des bouquets de fleurs, des bougies et des pancartes arborant des messages «L'Amour plutôt que la Haine» jonchaient le sol près du Club Q où Anderson Lee Aldrich, 22 ans, a tiré sur la foule avec un fusil d'assaut avant d'être maîtrisé par deux clients qualifiés de héros.

• À lire aussi: Le Tennessee veut criminaliser l'art de la drag

• À lire aussi: «Je n’ai plus à dire que je suis une femme trans» - Ally d’«OD Martinique»

Vingt-cinq personnes ont été blessées, certaines se trouvant toujours dans un état critique lundi, selon les autorités dans cette tuerie qui a eu lieu peu avant minuit dans cette ville de l'État du Colorado.

Un spectacle de travestis venait d'avoir lieu pour marquer la Journée du souvenir transgenre, dédiée aux victimes de violences transphobes et célébrée internationalement le 20 novembre.

«J'ai levé les yeux et vu l'ombre d'une personne de haute taille qui tenait un fusil. J'ai bien vu le fusil», a raconté à l'AFP Michael Anderson, barman de l'établissement. «Rafale après rafale. C'était absolument terrifiant».

«J'ai plongé derrière le bar. Du verre volait partout autour de moi, comme s'il y avait des balles qui brisaient les bouteilles et tout ce qui se trouvait là», a-t-il poursuivi.

Getty Images via AFP

Le massacre, qui n'a duré que quelques minutes, a pris fin grâce à l'intervention héroïque de deux personnes qui se sont battues avec le suspect, selon la police.

Un homme a notamment saisi le fusil du tireur puis l'a frappé avec avant de le plaquer au sol, a raconté le maire de Colorado Springs, John Suthers au New York Times.

L'identité de ces deux héros était toujours inconnue lundi.

«Tout est arrivé très vite. L'individu a été totalement maîtrisé deux minutes après minuit», a précisé le maire, ajoutant que tout semblait pointer vers le fait que ce soit «un crime motivé par la haine» même si la police n'a pas encore donné officiellement le mobile de l'attaque.

• À lire aussi: Des personnes queers nous expliquent pourquoi elles ne veulent pas être out au bureau

Anderson Lee Aldrich a été arrêté et transporté à l'hôpital.

Un homme âgé de 21 ans et du même nom avait menacé l'année dernière sa mère avec une bombe artisanale et plusieurs armes, dans une ville située à 30 minutes en voiture de Colorado Springs, a rapporté le bureau du shérif du comté d'El Paso.

«Nous ne devons pas tolérer la haine», a réagi dimanche le président Joe Biden, tandis que le gouverneur du Colorado Jared Polis, premier gouverneur ouvertement homosexuel élu aux États-Unis, s'est déclaré «horrifié et anéanti».

«C'était censé être notre refuge (...) où sommes-nous supposés aller?», a lancé Joshua Thurman qui se trouvait «sur la piste de danse quand il a entendu les tirs» et est parvenu à se mettre à l'abri dans les vestiaires.

Getty Images via AFP

Venue pour la première fois au Club Q ce soir-là, Aeron Laney, 24 ans, a décrit une petite boîte de nuit «où tout le monde passait du bon temps, souriait et riait».

«Je n'arrive pas à comprendre que quelqu'un puisse entrer et voir des gens si heureux et si à l'aise dans leur communauté, et qu'il veuille mettre fin à cela», a-t-elle dit éplorée à l'AFP.

«Nous continuerons à nous battre pour un monde où les personnes LGBT peuvent être célébrées pleinement de leur vivant et dont on se souviendra pour leur joie et non pas seulement pour leur mort», a réagi la puissante association de défense des droits civiques ACLU.

Tensions aux États-Unis 

Ce nouveau drame s'inscrit dans un contexte de tensions politiques au sujet des personnes transgenres, notamment pendant les élections de mi-mandat.

Le 12 juin 2016, un Américain d'origine afghane, Omar Mateen, avait tué 49 personnes et blessé une cinquantaine d'autres dans une boîte gaie d'Orlando en Floride.

Cette énième tuerie illustre aussi la flambée de mortalité liée aux armes à feu dans un pays où elles circulent en très grand nombre.

601 fusillades de masse ont été recensées aux États-Unis depuis début 2022, selon l'organisation Gun Violence Archive, qui définit une fusillade de masse à partir de quatre morts ou blessés par balle, sans compter le tireur.

Toute tentative de législation sur les armes à feu réellement contraignante bute sur le lobbying très puissant de la National Rifle Association, qui a de puissants leviers parlementaires.