5 fois où les droits humains se sont invités à la Coupe du monde au Qatar | 24 heures
/bref

5 fois où les droits humains se sont invités à la Coupe du monde au Qatar

Image principale de l'article 5 fois où les droits humains se sont invités
AFP

La question des droits humains est au cœur de la Coupe du monde au Qatar, pays où l’homosexualité est toujours passible d’emprisonnement. Voici cinq fois où les droits humains ont retenu l’attention depuis le début du tournoi international de soccer de la FIFA. 

• À lire aussi: Coupe du monde au Qatar: 24 raisons derrière la controverse

• À lire aussi: Coupe du monde au Qatar: «C’est plutôt en amont que les gouvernements auraient dû agir»

La capitaine anglais porte le brassard contre la discrimination

Harry Kane, capitaine de l’équipe anglaise, s’est présenté sur le terrain, lors du match opposant son équipe à l’Iran, arborant un brassard sur lequel on peut lire «Pas de discrimination». 

AFP

Il devait porter le brassard «One Love», sur lequel le cœur rayé de différentes couleurs représente l’inclusion et la diversité, mais la FIFA a menacé les joueurs qui porteraient ce brassard sur le terrain qu'ils recevraient des cartons jaunes.

Les capitaines des équipes d’Allemagne, d’Angleterre, du pays de Galles, des Pays-Bas, de la Belgique, du Danemark et de la Suisse avaient décidé d’un commun accord de porter le brassard One Love afin de signifier leur opposition à la situation des droits humains du Qatar. 

En début de semaine, le président de la FIFA Gianni Infantino les a toutefois invités à ne pas chercher à s’opposer aux règlements, les menaçant de sanctions. Gianni Infantino a affirmé que «la provocation n’est pas le bon chemin», que les droits LGBTQ+ sont «un processus» et qu’il regrette les «leçons de morale» des pays occidentaux. 

• À lire aussi: Un ambassadeur qatari du Mondial 2022 qualifie l’homosexualité de «dommage mental»

L’Allemagne se couvre la bouche 

Les joueurs allemands se sont couverts la bouche le temps d’une photo avant de jouer leur premier match contre le Japon, mercredi. Ce geste symbolise le silence imposé tant par la FIFA que le Qatar.  

AFP

«Ce n’était pas pour faire une déclaration politique. Les droits humains sont non négociables», a affirmé l’équipe allemande sur Twitter.  

Les joueurs ont voulu montrer leur mécontentement que les capitaines de plusieurs équipes européennes n’aient pas pu porter leur brassard «One Love» comme ils le souhaitent. 

• À lire aussi: Au Qatar, la bière sera interdite dans les stades de la Coupe du monde de soccer

Un journaliste retenu 

Avant la rencontre entre l’Angleterre et l’Iran, le journaliste américain Grant Wahl a affirmé sur Twitter avoir été retenu par le personnel de sécurité parce qu'il portait un chandail arc-en-ciel. La FIFA a vite répondu qu’il s’agissait d’«une erreur qui a été rapidement corrigée».  

Une ex-joueuse porte le brassard «One Love» 

L’ancienne joueuse britannique Alex Scott, qui est sur place pour la BBC, a pour sa part arboré le brassard «One Love» à la télévision avant le match Angleterre-Iran. 

Les Iraniens refusent de chanter leur hymne national 

Avant le début du match les opposant à l’Angleterre, les Iraniens ont refusé de chanter l’hymne national en solidarité avec les victimes de révolte dans leur pays. 

AFP

Un mouvement de contestation sans précédent a débuté en Iran au début du mois d’octobre, après le décès de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans décédée après avoir été arrêtée par la police parce qu’elle ne portait pas correctement son voile.