Grâce à l’accord de Paris, on a évité une «collision frontale avec un immense iceberg» climatique | 24 heures
/environment

Grâce à l’accord de Paris, on a évité une «collision frontale avec un immense iceberg» climatique

Image principale de l'article On a réussi à éviter un immense iceberg climatique
Illustration tirée du compte Twitter de Giacomo Grassi

L’accord de Paris, qui vise à limiter le réchauffement climatique «largement sous les 2°C» et idéalement à 1,5°C, pourrait permettre de changer la trajectoire de l’humanité qui, autrement, frappera un «immense iceberg» climatique. Avec un réchauffement de 3,5°C par rapport à l’ère préindustrielle, la collision serait «frontale» et les dégâts «énormes».

• À lire aussi: Il y a peu de chances qu’on limite le réchauffement à 1,5 °C, dit l’ONU

• À lire aussi: Voici l’état du climat à quelques jours de la COP27

Le navire et l'iceberg, c'est l'image que le scientifique italien Giacomo Grassi a utilisée pour illustrer, sur Twitter, l'importance des engagements afin de limiter le réchauffement de la planète. Le scientifique a notamment participé à la rédaction de rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

Si le pire semble être évité, il ne faut pas s’asseoir sur nos lauriers. C'est même tout le contraire: «Le message principal est que la route actuelle n’est pas sécuritaire», insiste Giacomo Grassi dans son tweet.

Avec les engagements actuels des pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), et les dernières cibles mises à jour, la planète se dirige encore vers un réchauffement catastrophique entre 2,4°C et 2,8°C. Pour reprendre l'analogie du navire, ça veut dire que l'humanité frappera de «gros» icebergs et que les dégâts seront «importants».

Si les États décidaient d'en faire plus pour le climat et que les objectifs de l’accord de Paris étaient atteints, le scientifique évoque une «possible collision» avec de «petits» icebergs et des dommages «partiellement gérables».

On ressent déjà les dégâts

Inondations, feux de forêt, canicules et sécheresses: avec un réchauffement de 1,2°C atteint, les conséquences climatiques se font d'ailleurs déjà ressentir. 

La planète franchira plusieurs points de non-retour climatiques avec un réchauffement dépassant 1,5°C, ont prévenu des scientifiques dans une étude publiée dans la revue Science en septembre dernier.

• À lire aussi: Réchauffement de plus de 1,5°C: le monde se rapproche de franchir 5 points de non-retour climatiques

Fonte de la calotte glaciaire d’Antarctique et du Groenland, extinction de barrières de corail et dégel accéléré du pergélisol comptent parmi les «points de basculement» qui pourraient se déclencher avec les températures actuelles et provoquer d’autres conséquences en cascade.

Et comme les chances de limiter le réchauffement climatique à l’objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris sont de plus en plus minces, les événements météorologiques extrêmes deviendront plus fréquents et plus intenses dans les années à venir, s’inquiète le PNUE. 

— Avec l’AFP

À voir aussi:

s