Un «virus zombie» coincé dans le pergélisol depuis 48 500 ans réveillé par des scientifiques | 24 heures
/environment

Un «virus zombie» coincé dans le pergélisol depuis 48 500 ans réveillé par des scientifiques

Image principale de l'article Un «virus zombie» vieux de 48 500 ans réveillé
AFP

Une équipe scientifique française a ressuscité 13 anciens virus jusqu’ici enfermés dans les profondeurs du pergélisol de la Sibérie, en Russie, depuis la période glaciaire. Le plus ancien de ces «virus zombies» datait de 48 500 ans.

• À lire aussi: Fonte des glaces: une nouvelle pandémie à cause du réchauffement climatique?

• À lire aussi: Zoonoses et grippe aviaire au Québec: les changements climatiques font craindre le pire

Il pourrait s’agir du plus vieux virus jamais découvert, selon le chercheur principal, Jean-Michel Claverie. Son équipe de l'université d'Aix-Marseille, en France, avait déjà ranimé deux microbes vieux de 30 000 ans, également prélevés Sibérie en 2014 et 2015. 

Dans un nouvel article qui doit encore faire l'objet d'un examen par les pairs, les scientifiques expliquent comment ils ont identifié et ramené à la vie 13 virus appartenant à cinq différents groupes d’organismes. 

Leur recherche confirme la capacité des virus à rester infectieux après plus de 48 500 ans passés dans un sol gelé en permanence — le pergélisol. 

Ils ont aussi découvert trois nouveaux virus à partir d'un échantillon d’excrément de mammouth congelé, vieux de 27 000 ans, et d'un morceau de sol gelé rempli de laine de l’animal. 

pixelcaos - Fotolia

Deux autres microbes ont été isolés à partir du contenu de l'estomac congelé d'un loup de Sibérie. 

Une «menace» pour la santé publique

L'équipe de recherche a démontré que ces virus avaient toujours le potentiel d'être des agents pathogènes infectieux. En les introduisant dans une culture de micro-organismes vivants, elle a constaté qu'ils étaient encore capables d'envahir une cellule et de se répliquer. 

Cette «menace» mérite d'être étudiée, selon les scientifiques, compte tenu des dangers croissants liés à la fonte du pergélisol en raison du réchauffement climatique. 

Un quart de l'hémisphère Nord est recouvert d'un sol gelé en permanence. «Son dégel irréversible libère des matières organiques prisonnières depuis un million d'années, dont la plupart se décomposent en dioxyde de carbone et en méthane, renforçant ainsi l'effet de serre», expliquent les auteurs de l’étude. 

• À lire aussi: Réchauffement de plus de 1,5°C: le monde se rapproche de franchir 5 points de non-retour climatiques

Une partie de cette matière organique est également composée de microbes cellulaires et de virus endormis depuis la préhistoire. 

La hausse des températures due aux changements climatiques est susceptible de réveiller ces «virus zombies», qui pourraient devenir une menace pour la santé publique. 

Et étant donné la diversité de ces virus, il est permis de croire que de nombreux autres agents pathogènes peuvent rester infectieux dans des conditions similaires, suggère la recherche. 

Des traces de tels virus ont notamment été détectées par des chercheurs de l’Université d’Ottawa dans les sédiments du lac Hazen, dans l’Arctique canadien. 

Sur le même sujet