Coupe du monde: Un conseiller de Québec regarde le tir de pénalité du Canada pendant une séance à l'hôtel de ville | 24 heures
/sdc

Coupe du monde: Un conseiller de Québec regarde le tir de pénalité du Canada pendant une séance à l'hôtel de ville

Image principale de l'article Un conseiller surpris à regarder la Coupe du monde

Le conseiller responsable des sports à la Ville de Québec, Jean-François Gosselin, a été surpris en train de regarder le match du Canada à la Coupe du monde de soccer, en pleine séance dans la salle du conseil.

• À lire aussi: Voici pourquoi un des joueurs belges a un «masque de Zorro» pendant le premier match du Canada à la coupe du monde

• À lire aussi: Coupe du monde au Qatar: l’équipe gagnante repartira avec le stock de bière prévu par Budweiser

Mercredi, le Canada affrontait la Belgique dans son match d'ouverture à la Coupe du monde de soccer au Qatar. Ce match tombait en plein au moment où les élus étaient réunis dans la salle du conseil de l'hôtel de ville de Québec, pour une séance d'un plénier durant lequel les fonctionnaires venaient parler de l'état du réseau d'infrastructures municipales.

Or, des images de TVA ont capté l'écran de l'ordinateur de Jean-François Gosselin, sur lequel on apercevait clairement le terrain et la joute en cours. 

Le conseiller Jean-François Gosselin en train de regarder le soccer en pleine séance à l'hôtel de ville de Québec.

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Le conseiller Jean-François Gosselin en train de regarder le soccer en pleine séance à l'hôtel de ville de Québec.

Le principal intéressé a plaidé coupable, au micro de TVA Nouvelles. «Je suis coupable, j'ai été incapable de résister», a-t-il admis. S'il tenait à être au plénier, même si le sujet lui est bien connu, il a tout de même ouvert son écran pour assister en direct au tir de pénalité canadien, à la huitième minute de jeu. «Ils l'ont manqué, malheureusement, mais j'ai pas manqué cet instant-là. Je l'ai capturé, je suis coupable. Je suis capable de faire deux choses en même temps, je vous rassure. Mais go Canada go, pour la suite!»

Questionné sur cet écart de conduite, le maire a refusé de blâmer le conseiller. 

«Avant de lancer la pierre à un élu qui n'est pas exactement sur la tâche pendant les conseils de ville et les pléniers, je vais me garder une gêne. Parce que ce que j'ai vu, tous partis confondus, ça arrive qu'il y a des élus qui vont sur Facebook, qui font des messages, qui pour des raisons personnelles doivent répondre à des enjeux.» 

Il admet que cela lui arrive aussi. Il assure que les élus, dont M. Gosselin, «font leur travail». 

À voir aussi sur le Sac de Chips: 

s

s

s