Dinde, voyages, Black Friday: un festin de GES pour Thanksgiving | 24 heures
/environment

Dinde, voyages, Black Friday: un festin de GES pour Thanksgiving

Image principale de l'article Un festin de GES pour Thanksgiving
AFP

C’est le week-end de Thanksgiving aux États-Unis. Au menu: dinde, patates pilées, canneberge, tarte à la citrouille... et gaz à effet de serre. Quel est le bilan carbone des festivités qui marquent le début du temps des Fêtes? On a fait le calcul.

• À lire aussi: Vendredi fou: ces quatre stratégies marketing vous incitent à faire des achats compulsifs

• À lire aussi: Devenir végétarien pour sauver la planète... et son porte-feuille

29 kg de GES par dinde

Chaque année, quelque 45 millions de dindes se retrouvent sur les tables des Américains à l'Action de grâce. Comme cette volaille pèse environ 9 kg, la production et la consommation de chaque dinde émettent l'équivalent d'environ 29 kg de CO2

• À lire aussi: 2,2 millions de tonnes de GES pour les ailes de poulet du Super Bowl

C’est donc pas moins de 130 000 tonnes de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle nationale, ce qui correspond aux émissions annuelles de 28 261 voitures.

Et ça, c’est sans compter les accompagnements. Un seul repas pour 12 convives peut ainsi émettre 47 kg d’équivalent de CO2.

AFP

Et qu'en est-il de la nourriture gaspillée?  

Mais le bilan carbone du repas ne s’arrête pas là. Thanksgiving, c’est aussi le festival du gaspillage alimentaire au pays de l’oncle Sam. Plus 138 millions de kg de nourriture sont jetés chaque année durant cette fête où la bouffe est à l’honneur, selon une analyse de l’ONG ReFed. 

Tout le gaspillage alimentaire associé à l’Action de grâce américaine est ainsi responsable de l'émission de 476 tonnes de GES, selon des calculs de la U.S. Chamber of Commerce Foundation réalisés en 2016.

Rappelons que si le gaspillage alimentaire était un État, il serait le troisième plus gros émetteur de GES au monde, estime l’ONU. Il est responsable d’environ 8% à 10% des émissions à l’échelle mondiale.

• À lire aussi: Le gaspillage alimentaire responsable chaque année de 4% des émissions de GES au Québec

Lorsque jetés à la poubelle, les aliments produisent en effet du méthane, un gaz à effet de serre 25 à 80 fois plus réchauffant que le dioxyde de carbone sur une période de 20 à 100 ans. 

55 millions de voyageurs

Qui dit week-end de Thanksgiving dit aussi déplacements. 

Dans les dernières heures, environ 55 millions d’Américains ont ainsi pris les airs, la route ou les rails pour célébrer en famille, estime l’assureur AAA.

La majorité (49 millions) se sont rendus à destination en voiture, effectuant des trajets de plus de 80 km, alors que 4,5 millions ont opté pour l’avion. Les autres ont préféré prendre l’autobus ou le train. 

Getty Images via AFP

Pour un aller-retour, on parle de 0,02 tonne de CO2 par automobiliste. C’est tout de même le moyen de transport le moins lourd en carbone – hormis les transports collectifs –, surtout s’il y a plus d’une personne dans la voiture.

Il faut savoir que l’aviation commerciale compte pour environ 2,4% des émissions totales de GES à l’échelle de la planète. Même si ça paraît peu, l’empreinte carbone de ce secteur continue d’augmenter d’année en année; les émissions pourraient quadrupler d’ici 2050, selon l’Organisation de l’aviation civile internationale. 

• À lire aussi: Il faut réduire ses voyages en avion pour lutter contre les changements climatiques

L’importante dépendance de ce secteur aux hydrocarbures le rend difficile à décarboner. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) appelle donc les voyageurs à diminuer leurs vols pour limiter le réchauffement planétaire.

Des rabais polluants

Après le festin, le shopping. C’est devenu une tradition qui s’est étendue partout sur le globe: les rabais du Black Friday donnent le coup d'envoi au magasinage des Fêtes.

AFP

Et le coût environnemental des ventes qui sont réalisées pour l'occasion est non négligeable. Selon une analyse du site britannique de comparaison de prix Money.co.uk, les achats réalisés durant le fameux Vendredi fou en 2020 ont émis 429 000 tonnes de GES au Royaume-Uni. Cela correspond à 0,12% des émissions totales de l’État pour 2019 ou 435 vols aller-retours entre Londres et New York, calcule pour sa part Forbes.

C’est sans compter que jusqu’à 80% des produits achetés dans le cadre du Black Friday, ainsi que leurs emballages la plupart du temps en plastique, se retrouvent souvent à la poubelle, à l’incinération ou au recyclage après une courte vie, révèle une étude de l’Université de Leeds, au Royaume-Uni. 

À voir aussi:

s