Wednesday: une série qui manque de mordant [critique] | 24 heures
/pss

Wednesday: une série qui manque de mordant [critique]

Image principale de l'article Une série qui manque de mordant
Courtoisie Netflix

La série «Wednesday», qui ressuscite la célèbre famille Addams pour Netflix, est sortie mercredi (surprise) dernier. Avec le nom de Tim Burton associé au projet, les attentes étaient peut-être démesurément hautes, et le résultat ne plaira certainement pas à tous.

Il était assez évident dans les bandes-annonces de Wednesday que la série allait cibler la gen z, un peu comme l'a fait Riverdale. Et c'est peut-être tant mieux, parce que mon cœur de millénariale avait trop d'idées préconçues de ce qu'une série sur Wednesday Addams devrait être. Je me sens partiellement responsable de ma propre déception envers cette série que j'attendais tant. 

Les quatre premiers épisodes de Wednesday ont été réalisés par le célèbre Tim Burton, connu pour ses œuvres d'horreur pleines de fantaisie. On reconnaît sa touche magique dès les premières minutes, mais celle-ci s'efface rapidement pour faire place à un univers qui semble vouloir imiter celui de Harry Potter. 

Dans cette résurrection de la famille Addams, on suit Wednesday alors qu'elle change d'école après avoir «échappé» des piranhas dans une piscine où des camarades de classe se baignaient. Cet élément déclencheur a été dévoilé dans la bande-annonce, et c’est un peu dommage, car c’est l’un des seuls moments mémorables de la série où l’on reconnaît le côté macabre de la famille Addams. Oubliez Tim Burton, vous ne le verrez plus après cette scène.

Trop rebelle pour l’école traditionnelle, Wednesday Addams, incarnée par Jenna Ortega, quitte sa famille pour se rendre à Nevermore Academy, un endroit conçu spécialement pour les étudiants «différents». On y retrouve des sirènes, des vampires, des loups-garous et des gorgones. Même dans cet environnement, Wednesday se met à l’écart des autres. Elle ne veut pas d’amis et ne veut rien savoir de sa camarade de chambre Enid (Emma Myers), un loup-garou qui adore les arcs-en-ciel. Le premier problème avec la série arrive ici: la famille Addams brille quand elle côtoie des gens «normaux». Mais, à Nevermore, Wednesday est entourée d’étudiants comme elle. On perd le contraste cocasse qui donne à la famille Addams tout son charme.

C’est à Nevermore que l’on rencontre Larissa Weems, la directrice de l’école incarnée par Gwendoline Christie, et Marilyn Thornhill, incarnée par l’excellente Christina Ricci, qu’on a déjà vue dans le rôle de Wednesday dans les années 90. L’école cache évidemment plusieurs secrets, et Wednesday va enfiler son chapeau de détective, rappelant énormément la série Veronica Mars, pour élucider plusieurs mystères, dont un qui implique ses parents, Morticia (Catherine Zeta-Jones) et Gomez (Luis Guzmán). 

Le gros problème avec la série Wednesday, c’est qu’elle est pleine de bonnes idées mal exécutées. Le côté Veronica Mars est intéressant, mais les «mystères» que Wednesday tente d’élucider sont juste...plates. Morticia et Gomez sont parfaits à l’écran, mais on ne les voit presque pas. Jenna Ortega est extraordinaire dans le rôle de Wednesday, mais doit travailler avec des intrigues prévisibles dans un environnement où sa personnalité obscure prend très peu de place. Terminer les huit épisodes a été une corvée, car le scénario ne fait rien pour qu’on puisse s’accrocher à l’histoire, qui est profondément ennuyeuse.

Il y a aussi le côté «on veut plaire à la gen z» qui est beaucoup trop évident par moments et fait un peu grincer des dents. Lancer des expressions comme «give zero Fs» dans le mauvais contexte, ça saute aux yeux, et ça fait un peu trop «yo les jeunes, on vous comprend! TikTok!».

NBCUniversal

Je dois toutefois souligner la danse de Wednesday sur Goo Goo Muck du groupe The Cramps, un choix musical parfait pour le personnage. Ça ramène le côté kitsch que l’on connaît de la famille Addams. C’est d’ailleurs une scène que Netflix met de l’avant sur les réseaux sociaux...car c’est l’un des rares moments forts de la série. 

Effacez de votre cerveau tout ce que vous connaissez de la famille Addams, ou même de Tim Burton, avant de plonger dans la série Wednesday. Beaucoup d’éléments sont bons, et Jenna Ortega est une excellente Wednesday, mais l’intrigue de la première saison manque sérieusement de mordant. 


À VOIR AUSSI

s