Ce qu’il faut savoir sur le crystal meth, cette puissante drogue plus présente que jamais à Montréal | 24 heures
/panorama

Ce qu’il faut savoir sur le crystal meth, cette puissante drogue plus présente que jamais à Montréal

Image principale de l'article Crystal meth: plus populaire que jamais à Montréal

Extrêmement puissant, addictif et peu cher: le crystal meth est de plus en plus populaire à Montréal, particulièrement depuis le début de la pandémie. Voici ce qu’il faut savoir sur cette drogue au potentiel dévastateur.

• À lire aussi: De la drogue dure distribuée à Vancouver pour sauver des vies

• À lire aussi: C’est chimique! Voici pourquoi vous ressentez de l’anxiété de lendemain de brosse

D’abord, c’est quoi, au juste, le crystal meth?

Consommée sous forme de cristaux, c’est la déclinaison réputée la plus «pure» de la métamphétamine, un des psychostimulants les plus puissants et les plus addictifs au monde. Cette drogue peut être reniflée ou encore chauffée, pour ensuite être fumée ou injectée. 

Contrairement à d’autres drogues qui arrivent toujours de l’étranger, comme la cocaïne, le crystal meth peut être fabriqué localement. Les cristaux sont composés d’une base d’éphédrine et de pseudoéphédrine, que l’on trouve dans certains médicaments contre le rhume, et à laquelle sont ajoutés de nombreux produits chimiques.

Pourquoi a-t-elle en progression?

Quand le crystal meth a commencé à circuler à Montréal au début des années 2000, il était surtout présent dans la communauté homosexuelle. Son usage s’est toutefois élargi et a atteint un sommet au cours des trois dernières années. 

«Si on en parle tant en ce moment, c’est parce que durant la pandémie, il y a eu des pénuries de plusieurs drogues en raison de la fermeture des frontières, mais pas de métamphétamine. Il y a beaucoup de gens qui se sont tournés vers cette drogue-là pour cette raison», explique Jean-Sébastien Rousseau, ancien intervenant à la clinique l’Actuel qui milite activement pour combattre l’utilisation de cette drogue.  

David Alary - stock.adobe.com

Résultat: le crystal meth est aujourd’hui l’une des drogues les plus populaires en ville, affirme Jean-François Mary, directeur de l’organisme de prévention Cactus Montréal, qui permet au consommateur de tester leur drogue. 

«La métamphétamine, c’est la substance que les gens font le plus tester chez nous. On voit aussi que la distribution de pipes pour fumer du crystal meth a explosé dans les deux ou trois dernières années. Avant, c’était relativement rare qu’on nous en demande, maintenant c’est tout le temps. Puis c’est toute sorte de personnes qui viennent en chercher, c’est très vaste comme milieux», indique-t-il.

Jean-François Mary

Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Jean-François Mary

À Montréal, en 2021-2022, 20 548 pipes à crystal meth ont été distribuées par Cactus, alors que l’organisme en avait distribué 11 182 l’année précédente, et seulement 6600 en 2019-2020. C'est donc une augmentation de plus de 310% en à peine trois ans.

• À lire aussi: Ne léchez pas ces crapauds hallucinogènes qui attirent les foules dans un désert aux États-Unis

Quels sont les dangers du crystal meth?

Si la consommation de crytal meth a autant augmenté depuis la pandémie, c’est aussi à cause de sa puissance et de son potentiel addictif, insiste Jean-Sébastien Rousseau.

«Si on le compare à la cocaïne, on parle d’effets jusqu’à six fois plus forts et qui peuvent facilement durer plus de 12 heures», souligne-t-il.

À prises répétées, il n’est pas rare qu’un consommateur reste éveillé pendant près d’une semaine, précise de son côté Jean-François Mary. 

«Pour quelqu’un qui n’a pas d’endroit où dormir, qui veut rester éveiller et alerte, du crystal, ça marche bien. C’est aussi apprécié dans le milieu festif, ou par des gens qui veulent être productifs pendant une longue période. Les doses vont varier d’une personne à l’autre, selon le contexte dans lequel elles sont prises, mais c’est possible de rester éveillé très longtemps .C’est d’ailleurs ce qui rend cette drogue si dangereuse», précise-t-il.

Photo Fotolia

Paranoïa, hallucinations, tremblements, anxiété, troubles cardiovasculaires: les conséquences de la prise de crystal meth peuvent être dévastatrices et entraîner éventuellement la mort. 

L’image qu’on se fait du consommateur de crystal meth est-elle exacte?

En raison de l’image véhiculée dans les films, les séries et les médias, on a tendance à s’imaginer les consommateurs de crystal meth avec des dents noircies, une peau ravagée et un visage squelettique. Une image réductrice qui a plusieurs effets néfastes, martèle Jean-Sébastien Rousseau, qui a lui-même été aux prises avec une dépendance à la substance.

«J’ai consommé du crystal quotidiennement pendant cinq ans. Je me disais que ça ne valait pas la peine d’arrêter, parce que ces images créent l’illusion que c’est très difficile, même impossible de s’en sortir avant de ressembler à cela. J’attendais donc d’arriver là», raconte-t-il. 

À l’inverse, certains peuvent minimiser l’impact de leur consommation, parce qu’ils ne se reconnaissent pas du tout dans ces représentations, ajoute celui qui est intervenu auprès de nombreux consommateurs pendant la pandémie. 

• À lire aussi: La «cocaïne rose», un dangereux cocktail de drogues à Montréal

• À lire aussi: Des sels de bain et de la MDA se retrouvent dans la drogue à votre insu

Quoi faire si on a un problème de consommation?

Les gens qui ont développé une dépendance au crystal meth et qui souhaitent s’en sortir ne doivent pas hésiter à demander de l’aide, insiste Jean-Sébastien Rousseau. 

«Il existe des cliniques médicales spécialisées, des groupes de soutien anonymes et plusieurs autres ressources», mentionne-t-il. 

C’est après s’être questionné sur les effets collatéraux que sa consommation avait sur sa vie que Jean-Sébastien Rousseau s’est décidé à aller chercher de l’aide. 

«Moi, il y a eu plusieurs déclics qui ont fait que je me suis remis en question. J’ai vécu une peine d’amour, je n’avais plus de lien avec personne, j’avais fait du mal à des gens, j’étais paranoïaque, j’étais moins bon au travail... Ça fesse quand tu le réalises», admet celui qui s’en est sorti avec l’aide de sa médecin de famille.

Voici une liste d’organismes où aller chercher de l’aide:

Crystal Meth Anonyme Montréal

https://www.cmamtl.org 

◆ mail@cmamtl.org

Drogue: aide et référence

www.aidedrogue.ca 

◆ 1 800 265-2626

Centre de réadaptation en dépendance de Montréal

https://ciusss-centresudmtl.gouv.qc.ca 

◆ 514-385-1232