Sandrine d’«Occupation double Martinique» révèle être alcoolique | 24 heures
/bref

Sandrine d’«Occupation double Martinique» révèle être alcoolique

Sandrine d’OD Martinique a annoncé sur Instagram être alcoolique. Dans les derniers jours, des candidats de la téléréalité de Noovo avaient affirmé avoir pris leurs distances avec elle en raison de comportements problématiques. 

«Je m’appelle Sandrine Chapdelaine, j’ai 23 ans et je suis alcoolique», écrit-elle dans un message publié lundi soir sur Instagram.  

«Ça fait maintenant quelques années que je suis au courant d’être atteinte de la maladie de l’alcoolisme, cette maladie est très courante au sein de ma famille», poursuit celle qui était de la plus récente saison d'Occupation double.  

«J’aborde le sujet en m’excusant, c’est avec beaucoup de honte, de tristesse, que je dis aujourd’hui, désolée. Désolée à tous les candidat(e)s qui, dans la maison des exclus ou ailleurs, ont ressenti un malaise provenant d’actions que j’aurais moi-même posées.»  

Dans sa publication, Sandrine s’excuse également aux personnes qui ont pu être affectées par ses comportements dans le passé, ainsi qu’aux fidèles de la téléréalité qui pourraient être déçus par cette révélation. 

Depuis la fin de l’aventure, plusieurs candidats ont affirmé ne plus être en contact avec Sandrine en raison de comportements déplacés qu’elle aurait eus dans la maison des exclus, avant de revenir au Québec.  

«Mes diagnostics ne sont pas des excuses et ne [diminuent] en aucun cas l’ampleur de mes actes», insiste-t-elle.  

«J’aimerais aussi en profiter pour enlever les tabous sur la maladie de l’alcoolisme et vous dire que c’est possible de vous en sortir», ajoute celle qui dit être sobre depuis son retour de la Martinique. 

Elle remercie la production 

Sandrine indique que la production d’Occupation double n’était pas au courant qu'elle souffrait d’alcoolisme avant qu’elle participe à l’émission.  

«Lorsqu’ils ont été informés, ils ont fait tout en leur pouvoir pour m’accompagner dans mon cheminement ainsi que dans mon processus de guérison et [je leur] en serai éternellement reconnaissante», conclut-elle.