COP15: des jeunes dénoncent la lenteur des négociations | 24 heures
/environment

COP15: des jeunes dénoncent la lenteur des négociations

Image principale de l'article Des jeunes dénoncent la lenteur des négociations
AFP

Des militants du Global Youth Diversity Network (GYDN) ont démontré leur insatisfaction quant au «manque d’ambition» des négociations qui se déroulent dans le cadre de la conférence de l’ONU sur la biodiversité (COP15) et dont l’objectif est de renverser le déclin du vivant.

• À lire aussi: «Les négociations sont sur le bord du précipice»: voici ce qui bloque à la COP15

• À lire aussi: Biodiversité: voici 5 mesures que Québec devrait adopter pour donner l’exemple à la COP15

Une dizaine de militants, avec un masque de crochet au visage, se sont ainsi allongés au sol du cinquième étage du Palais des congrès, tout juste devant la salle de plénière, où des milliers de délégués sont rassemblés.

Le groupe dénonce notamment la présence de centaines de crochets dans le texte, qui signifient un désaccord entre les parties, alors que la convention finale doit faire l’objet d’un consensus.

«À seulement trois jours de la fin de la COP15, il reste encore 700 crochets, soit autant d’éléments du texte qui ne font toujours pas consensus», s’inquiète Alice Jacobée, membre du GYDN, dans un communiqué.

• À lire aussi: Protection du caribou: des leaders autochtones dénoncent l’inaction de Québec

Le groupe en appelle aux délégués et ministres des pays présents à la COP15 de mettre en place des actions concrètes pour sauver la biodiversité.

«Nous sommes inquiets des tentatives de diluer les ambitions et du peu de progrès des discussions. Si, dans un texte non contraignant, nous ne parvenons pas à être ambitieux, quand le sera-t-on? Le vivant est entre crochets. Notre avenir aussi», poursuit Alice Jacobée.

AFP

 «À l’aube de la 6e extinction de masse et à la vitesse où les espèces disparaissent, il est urgent d’agir. Au Canada comme ailleurs, plusieurs espèces sont déjà menacées d’extinction», indique pour sa part Frédérick Chir, spécialiste en conservation.

Rappelons que parmi les cibles du Cadre mondial pour la biodiversité actuellement négociées à la conférence de l’ONU sur la biodiversité, on compte notamment protéger 30% des terres et des eaux d’ici 2030, réduire de moitié ou des deux tiers l’utilisation des pesticides et établir un financement pour aider les pays en développement à protéger la biodiversité, eux qui en accueillent la majeure partie.

• À lire aussi: Voici les enjeux à surveiller à la COP15

Un récent rapport de l’ONU révèle par ailleurs qu’un million d’espèces sont actuellement menacées d’extinction dans le monde, soit le cinquième de toutes les espèces. 

À voir aussi:

s