Voici les trois affirmations farfelues que l’on retrouve dans le documentaire viral complotiste «Died Suddenly» | 24 heures
/bref

Voici les trois affirmations farfelues que l’on retrouve dans le documentaire viral complotiste «Died Suddenly»

L'affiche du documentaire conspirationniste «Died Suddenly».
Capture d'écran MedPagetoday.com

L'affiche du documentaire conspirationniste «Died Suddenly».

«Le vaccin contre la COVID-19 est une arme biologique qui vise à dépeupler la planète»: c’est l’une des théories loufoques avancées dans le documentaire Died Suddenly (Mort Subitement, en français), qui fait beaucoup jaser depuis quelques semaines. On fait le point sur ce film conspirationniste.

• À lire aussi: COVID-19: des Québécois refusent le sang des donneurs vaccinés

• À lire aussi: Levée des mesures sanitaires: les antivax ont-ils gagné?

• À lire aussi: Drapeaux anti-vaccin et désinformation: Amazon peut-il vendre n’importe quoi?

Voici les trois mensonges partagés dans le documentaire disponible depuis le 21 novembre 2022 sur la plateforme Rumble, un YouTube d’extrême droite

Le vaccin remplirait le corps de caillots et provoquerait la mort

Dans la première partie du film, la parole est donnée à des embaumeurs qui auraient repéré des caillots sanguins de formes inhabituelles dans des personnes mortes subitement. Vous l’aurez compris: ces embaumeurs auraient commencé à remarquer ces caillots après le début de la vaccination contre la COVID-19.

Sauf que les caillots supposément inhabituels montrés dans le documentaire n’ont rien d’anormal, affirment des spécialistes.

Si des cas de thromboses – des caillots sanguins – ont effectivement pu être provoqués par la vaccination, ce sont des cas isolés.

Des sites spécialisés comme Health Feedback ou encore le Bureau pour la science de l’Université McGill ont également expliqué que la juxtaposition de nombreuses images de caillots dans le documentaire ne peut constituer une preuve pour affirmer que le vaccin est en cause. Des conditions préexistantes comme le tabagisme, l’obésité, ou la COVID-19 elle-même peuvent en être la cause.

De plus, la formation de caillots est normale après la mort. La réfrigération du corps et même l’embaumement peuvent aussi en provoquer la formation.

Le vaccin provoquerait l’infertilité pour dépeupler la planète

C’est la seconde théorie avancée par le documentaire qui cherche en fait à nous prouver que le «nouvel ordre mondial» veut «dépeupler» le monde pour «le sauver» en utilisant le vaccin pour réussir cette «Grande Réinitialisation» («Great Reset»).

Encore récemment, une (vraie) étude s’est inquiétée de la baisse du nombre de spermatozoïdes produits par les hommes sur la planète. 

Cette baisse générale de la qualité du sperme n'a toutefois rien à voir au vaccin. Elle serait plutôt due à un ensemble de facteurs, dont les produits chimiques avec lesquels nous sommes en contact.

En ce qui concerne la «Great Reset», auquel le documentaire fait référence, il s’agit d’une proposition du Forum économique mondial de planification économique pour reconstruire l'économie de manière durable après la pandémie de COVID-19, et de l'Agenda 2030 (Objectifs de développement durable) des Nations unies. 

C’est là que l’aspect conspirationniste rentre en jeu. 

Pour les réalisateurs du documentaire, le «Great Reset» serait un moyen de faire avancer le malthusianisme, une théorie voulant que l’importante croissance démographique finisse par épuiser les ressources alimentaires et qu’il faille diminuer de force le nombre d’humains sur Terre.

Le film reprend alors des déclarations de Tom Hanks et Bill Gates. Le premier ferait directement référence à la théorie dans ses entrevues, alors que le deuxième expliquerait dans un Ted Talk que «quelqu’un va mourir parce que vous lui avez mis un vaccin». 

En remettant la déclaration de Tom Hanks, on se rend toutefois compte que l’acteur en a parlé alors qu’il faisait la promotion du film Inferno, dont la théorie est au centre de l’intrigue.

La phrase de Bill Gates a également été utilisée hors contexte, comme l’explique factcheck.org. Dans son Ted Talk, le fondateur de Windows affirme qu’un enfant a de chances de vivre longtemps en santé, moins ses parents seront portés à avoir une famille de plusieurs enfants. 

On assisterait à une épidémie de morts subites

Le film présente finalement une succession d’images de morts subites. 

Le site Dailyo.in et le compte Twitter The Real Truther ont tenté de retracer ces vidéos. Selon leurs recherches, la plupart des vidéos datent d’avant la pandémie ou montrent des gens qui sont toujours en vie. 

Ce n’est pas tout. Un des noms cités dans une sorte d’In Memoriam, la dénommée Kalina, est en fait celui d’un des orques du Sea World de San Diego, mort en 2010.

Le documentaire s’efforce finalement, selon Health Feedback, de ne pas mettre en contexte les informations ou les vidéos utilisées pour servir son discours conspirationniste. Une simple recherche Google permettrait de constater qu’elles n’ont rien à voir avec la vaccination.

Le Bureau pour la science de McGill n’est d’ailleurs pas tendre envers le documentaire, qui «ne fait qu’une descente dans les nécrologies en ligne, au mépris total du consentement ou de l’intégrité journalistique de base, et assemble une histoire d’horreur pseudoscientifique avec les visages des défunts».