La vente de VUS au Canada élimine les bienfaits des voitures électriques | 24 heures
/environment

La vente de VUS au Canada élimine les bienfaits des voitures électriques

Image principale de l'article Les bienfaits des voitures électriques éliminés
SIMON CLARK/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI

L’augmentation de la vente de VUS annule la réduction des émissions de gaz à effet de serre que permettent les voitures électriques, démontrent des données de Statistique Canada.  

• À lire aussi: Voici pourquoi il est (presque) impossible de réserver une voiture Communauto pour les Fêtes

«Les réductions nettes des émissions de gaz à effet de serre provenant de la hausse du nombre de véhicules à zéro émission (VZE) peuvent être contrebalancées par l’augmentation du nombre de véhicules à usages multiples (VUM)», peut-on lire dans un bilan de l’immatriculation de véhicules 2021, réalisé par Statistique Canada. 

La popularité des VUM, tels que les VUS, a augmenté pour atteindre plus du tiers (36,6%) des véhicules légers immatriculés.  

De nombreux Canadiens sont tout de même intéressés par les véhicules à zéro émission: ils représentent 6,9% de tous les véhicules neufs immatriculés lors du deuxième trimestre de 2022.  

Au même moment, les VUM neufs à être immatriculés ont été trois fois plus nombreux que l’ont été les voitures particulières. 

«Le talon d’Achille du Canada» 

«On ne s’en va pas du tout dans la bonne direction», s’inquiète Andréanne Brazeau, analyste en mobilité chez Équiterre, qui rappelle que «le Canada a l’un des parcs automobiles les plus polluants au monde».  

• À lire aussi: Crise climatique: les Québécois encore réticents à changer leur mode de vie

«Notre dépendance au véhicule est de toute évidence le talon d’Achille du Canada, mais aussi du Québec, et il faut absolument renverser cette tendance si on veut atteindre nos objectifs climatiques et nos objectifs d’électrification», soutient-elle.  

Une voiture électrique n’est pas toujours la meilleure option: vaut mieux avoir la voiture la plus petite possible et dont la dépense énergétique est la plus faible possible, suggère l’experte. 

Une réglementation exigée 

«Les industries ne vont pas assez vite pour ce que la crise climatique requiert», pense Andréanne Brazeau, qui considère que mettre en place une réglementation est «la manière la plus efficace de les faire passer à l’action».  

L'experte en mobilité se réjouit d’entendre que le Canada a annoncé une nouvelle norme, qui imposera aux constructeurs automobiles de vendre 20% de véhicules à zéro émission et qui entrera en vigueur dès 2026. 

• À lire aussi: Gaspillage alimentaire: on a essayé l’application Too Good To Go et on est restés sur notre faim

L’industrie automobile, qui subit une pénurie depuis le début de la pandémie, priorise l’envoi de voitures électriques dans les juridictions où il existe des réglementations quant à leur vente», indique Andréanne Brazeau. C’est donc tout à fait à l’avantage du Canada d’être plus sévère à ce chapitre. 

La Colombie-Britannique et le Québec sont les deux seules provinces qui comptent la proportion de VZE la plus élevée parmi les nouveaux véhicules légers immatriculés en 2021, indique Statistique Canada. Ce sont aussi les deux provinces canadiennes qui imposent des réglementations aux producteurs automobiles quant aux voitures électriques, précise Andréanne Brazeau.  

Sur le même sujet