On a assisté à la tournée du Père Noël parmi les nouveaux arrivants | 24 heures
/panorama

On a assisté à la tournée du Père Noël parmi les nouveaux arrivants

On est allé rencontré des familles qui passent leur premier Noël au Québec en compagnie de Paul Evra et Yves Ulysse Jr
Thierry Laforce / Agence QMI

On est allé rencontré des familles qui passent leur premier Noël au Québec en compagnie de Paul Evra et Yves Ulysse Jr

Il y a quelques semaines, j’étais à la recherche d’un père Noël noir. Vous vous en souvenez? Je l’ai trouvé. Un vrai de vrai qui travaille aussi avec des lutins. Il s’appelle Paul Evra. Il ne se trouve pas au pôle Nord, mais bien au Centre Lasallien sur le boulevard Saint-Michel. À mon arrivée, il préparait son réveillon pour les plus démunis.  

• À lire aussi: BOXING DAY 2022: tous les rabais à ne pas manquer pour se gâter dès maintenant
• À lire aussi: Vous pouvez suivre le parcours du père Noël... en direct!

Paul, directeur général du Centre Lasallien, n’a pas de barbe blanche ni de costume en velours rouge. Il est black, grand et mince... Jamais une agence de casting ne lui confierait le rôle du père Noël dans un remake du film Le miracle de la 34e rue.  

Paul Evra, directeur général du Centre Lasallien est le père Noël du quartier Saint-Michel

Thierry Laforce / Agence QMI

Paul Evra, directeur général du Centre Lasallien est le père Noël du quartier Saint-Michel

Toutefois, j’ai pu constater que Paul était un véritable Saint-Nicolas du quartier Saint-Michel: il empile les boîtes et les sacs cadeaux s’assurant qu’ils sont tous distribués aux familles vulnérables qui vivent pour la plupart, leur premier Noël au Québec. 

« Notre réveillon se déroule en deux temps. Dans un premier temps, on a reçu 300 jeunes de l’école Louis-Joseph-Papineau, pour un brunch. Ce sont pour la plupart des nouveaux arrivants. On a distribué des gants, des manteaux, de la nourriture...», raconte-t-il, entre deux coups de téléphone. 

Puis, dans un deuxième temps, dans une grosse voiture, entouré de son équipe, composée d’ailleurs d’Yves Ulysse Jr, boxeur professionnel, Paul transporte les caisses, souvent très lourdes : dinde congelée, nourriture, vêtements chauds, chandail des Canadiens de Montréal, cartes-cadeaux d’épicerie...

À gauche, le boxeur Yves Ulysse Jr et à droite Paul Evra, directeur général du Centre Lasallien Saint-Michel

Thierry Laforce / Agence QMI

À gauche, le boxeur Yves Ulysse Jr et à droite Paul Evra, directeur général du Centre Lasallien Saint-Michel

Ils sont prêts à entamer le porte-à-porte dans la neige.  

La chance de manger trois fois par jour  

D’emblée, Paul m’évoque les raisons pour lesquelles il tient à tendre la main aux personnes immigrantes dans le besoin.  

«Ouff, ça me rappelle la chance que j’ai de manger trois fois par jour. Lors du brunch, une jeune s’est mise à pleurer. Son intervenante nous a ensuite confié qu’elle pleurait parce qu’elle mangeait. Imaginez de pleurer parce que vous avez accès à de la nourriture», relate-t-il. 

• À lire aussi: 5 activités à faire à Montréal entre Noël et le jour de l'An pour profiter de la neige

«J’ai vu des enfants prendre des napkins et emballer des œufs dans leurs poches. Ça me rappelle qu’il y a encore beaucoup de lacunes dans notre société. Si on peut faire une petite différence, pourquoi pas», poursuit-il. 

Le premier Noël au Québec de Diego 

Le carrosse de Paul sillonne les avenues du quartier Saint-Michel, répandant un peu de magie de Noël, partout où il se rend. Dans ma voiture, je suis cette caravane de la bienveillance.  

Et puis, nous arrivons chez Diego, 16 ans. Ce jeune homme est arrivé au Québec en septembre et habite avec son grand frère Jeovany, 30 ans. L’adolescent passe donc son premier Noël blanc, ici, loin du reste de sa famille au Mexique. 

Un arrêt chez Diego et Jeovany avec l'équipe de Paul Evra, directeur général du Centre Lasallien

Thierry Laforce / Agence QMI

Un arrêt chez Diego et Jeovany avec l'équipe de Paul Evra, directeur général du Centre Lasallien

Ne s’exprimant qu’en espagnol, je tentais de baragouiner, tout comme Paul, quelques mots... «Buenas noches», ai-je lancé!  

Puis, Sara, une intervenante sociale, de l’équipe de Paul, a accouru à mon secours, se portant volontaire pour traduire mon entrevue.  

Me tournant vers Diego, j’ai alors posé la question : comment trouves-tu le fait de passer le temps des Fêtes à Montréal? 

«C’est difficile de s’adapter à la neige et à la température. C’est un choc! Je suis toutefois très reconnaissant d’être au Canada et de recevoir autant d’aide. Lorsque j’étais au Mexique, j’entendais parler souvent des Canadiens comme des gens accueillants», me confie-t-il, timidement.  

J’ai ri. La neige et le froid sont un choc culturel classique pour tous les immigrants. Je lui ai ensuite demandé: pourquoi donc avoir décidé de venir au Canada? 

• À lire aussi: Comment survivre aux discussions enflammées avec la famille pendant les Fêtes

«Mon grand rêve c’est d’avoir ma propre entreprise. Je rêve de tenir mon propre commerce et d’être mon propre patron. Je suis confiant de pouvoir avoir un bien meilleur futur ici», croit-il.  

La discussion était courte, mais très touchante.

Sans le savoir, Diego, son grand frère Paul et son équipe de super lutins, m’ont offert le plus beau des cadeaux des fêtes: celui d’avoir réchauffé mon cœur.

Sur le même sujet