Les investisseurs étrangers ne peuvent plus acheter de maisons au Canada | 24 heures
/portemonnaie

Les investisseurs étrangers ne peuvent plus acheter de maisons au Canada

Image principale de l'article Les investisseurs étrangers interdits d'acheter
Illustration Adobe Stock

L’achat de maisons sur le marché canadien par des investisseurs étrangers est maintenant interdit pour les deux prochaines années.

• À lire aussi: Une nouvelle règle contre les flips immobiliers entre en vigueur le 1er janvier

Cette mesure a été mise en place par le gouvernement canadien pour stabiliser le marché résidentiel, alors que ce dernier a connu d’énormes remous depuis la pandémie de COVID-19. La Loi sur l'interdiction d'achat d'immeubles résidentiels par des non-Canadiens a été adoptée au Parlement canadien l’été dernier. Il s’agissait d’une promesse du Parti libéral du Canada pour aider à résorber la crise du logement.

La Loi vise avant tout à décourager les investisseurs qui voulaient placer leur argent dans le domaine immobilier canadien. Ainsi, un étranger pourra acheter une maison s’il arrive à prouver «que l’achat constitue un prélude à un emploi ou une immigration au Canada au cours des deux années qui suivent», peut-on lire sur la plateforme web du Parti libéral.

• À lire aussi: 19 °C, 20°C, 21°C: quelle est la température idéale pour chauffer son logement l’hiver?

La Loi n’interdit pas non plus l’achat d’immeubles collectifs de plus grande taille. Elle prévoit également une amende de 10 000$ pour les non-Canadiens ainsi que pour toute personne qui aide un non-Canadien à faire un achat interdit.

Le gouvernement espère collaborer avec les provinces et les municipalités pour élaborer une réglementation par rapport au rôle des acheteurs étrangers sur le marché résidentiel canadien.

«Les logements ne devraient pas être de simples biens. Ils sont conçus pour être habités – un endroit où les familles peuvent s'enraciner, créer des souvenirs et bâtir une vie ensemble. Grâce à cette Loi, nous veillons à ce que les logements appartiennent à des Canadiens et à des Canadiennes, dans l'intérêt de toutes les personnes vivant au Canada», avait commenté le 21 décembre le ministre du Logement et de la Diversité et de l'Inclusion, Ahmed Hussen.

Cette vidéo pourrait vous intéresser:

s