COVID-19: 4 chiffres pour comprendre ce qui se passe en Chine | 24 heures
/bref

COVID-19: 4 chiffres pour comprendre ce qui se passe en Chine

Image principale de l'article 4 chiffres pour comprendre la situation en Chine
AFP

Les cas de COVID-19 explosent en Chine près d’un mois après que le gouvernement ait décidé d’abolir sa politique «zéro COVID». Voici 4 chiffres qui permettent de comprendre pourquoi la situation inquiète la communauté internationale.

• À lire aussi: Faut-il avoir peur «virus du chameau» qui sévit au Qatar?

1,7 million

C’est le nombre de décès auquel s’attend la société britannique d’analyse médicale Airfinit d’ici la fin du mois d’avril 2023 en Chine. L’entreprise estime que 11 000 personnes meurent quotidiennement de la COVID-19 sur le territoire chinois depuis le 7 décembre, date à laquelle le gouvernement a laissé tomber sa politique de «zéro COVID». 

De leur côté, les autorités chinoises ont rapporté seulement 15 décès en lien avec la COVID-19 pendant cette période. Le gouvernement a aussi récemment modifié les critères qui permettent d’attribuer un décès à la COVID-19, en plus de renoncer à publier les décès quotidiens. 

Plusieurs médias internationaux rapportent toutefois que les hôpitaux du pays débordent, tout comme les morgues et les crématoriums, ce qui fait craindre à la communauté internationale que le nombre de décès réel soit beaucoup plus élevé que celui communiqué. 

• À lire aussi: De premiers résultats positifs pour un vaccin contre le cancer de la peau

250 millions

C’est le nombre de contaminations quotidiennes pour les 20 premiers jours du mois de décembre dans le pays, selon des informations qui ont fuité d’une réunion des autorités sanitaires. Cela représente une moyenne de 12,5 millions d’infections par jour. 

Des patients chinois à l'urgence d'un hôpital de Beijing, photographiés le 3 janvier 2023.

AFP

Des patients chinois à l'urgence d'un hôpital de Beijing, photographiés le 3 janvier 2023.

Le gouvernement chinois n’a cependant pas confirmé ce chiffre et soutient qu’il est actuellement «impossible» de compter les nouvelles infections sur son territoire depuis l’abandon des dépistages à grande échelle. 

Pour «combler les lacunes» des statistiques, les autorités se fient maintenant sur des sondages en ligne, les visites à l'hôpital, les demandes de médicaments contre la fièvre et les appels d'urgence, selon un responsable du contrôle des maladies du pays, Yin Wenwu.

Il faut rappeler que la Chine compte 1,4 milliard d’habitants, soit environ le cinquième de la population mondiale. 

• À lire aussi: Les médicaments contre l’influenza désormais gratuits

70%

C’est le pourcentage de la population de Shanghai qui pourrait avoir été touché par la flambée actuelle de COVID-19, ce qui est «20 à 23 fois plus» que lors de la dernière explosion de cas qui avait frappé la ville au printemps dernier, selon ce qu’a rapporté à un média local le vice-président de l'hôpital Ruijin, un des plus réputés de la ville. 

Un kiosque de tests COVID à Shanghai.

AFP

Un kiosque de tests COVID à Shanghai.

Plus grande ville du pays, Shanghai compte plus de 27 millions d’habitants, ce qui veut dire que c’est près de 19 millions de personnes qui pourraient avoir été infectées sur son territoire.

Les autorités de la province du Zhejiang, à la frontière de la ville, ont quant à elles évalué que plus d’un million de nouveaux cas apparaissent chaque jour au sein de leur population. De nombreuses autres grandes villes du pays évoquent plusieurs centaines de milliers de nouveaux cas par jour.

• À lire aussi: Jenna Ortega avait la COVID-19 lorsqu’elle a tourné sa fameuse danse dans Wednesday

14

C’est le nombre de pays à avoir annoncé l’imposition de tests COVID - ou autres restrictions - aux passagers qui arrivent sur leur territoire en provenance de la Chine, alors que l’apparition de nouveaux variants tient le monde en alerte. 

Le Canada a annoncé samedi qu’il allait demander un test COVID négatif aux voyageurs qui arrivent de Chine dès le 5 janvier. Les voyageurs vont devoir présenter à un test négatif réalisé moins de 48 heures auparavant avant de pouvoir embarquer dans leur vol en Chine.

La mesure sera réévaluée au bout de trente jours.

Le gouvernement fédéral a aussi indiqué qu’il analyserait toutes les eaux usées des vols internationaux se posant à Toronto et Vancouver pour surveiller l’apparition éventuelle de nouveaux variants.

En date du 3 janvier, les autres pays à avoir annoncé des mesures semblables sont: les États-Unis, Israël, la Thaïlande, l’Espagne, la France, le Japon, l’Australie, l’Inde, le Royaume-Uni, Taïwan, Singapour et la Corée du Sud. 

Le Maroc a de son côté carrément fermé ses frontières aux voyageurs arrivant de la Chine.

- Avec des informations de l'AFP

Cette vidéo pourrait vous intéresser: 

s