Capturer l’humidité des océans pour la transformer en eau potable: c'est possible, affirment des chercheurs | 24 heures
/environment

Capturer l’humidité des océans pour la transformer en eau potable: c'est possible, affirment des chercheurs

Image principale de l'article Transformer l’humidité des océans en eau potable
AFP

Et si le réchauffement des océans pouvait paradoxalement aider à résoudre les problèmes de pénuries d’eau?

Des chercheurs américains ont mis au point un système qui pourrait permettre de récupérer la vapeur d’eau océanique pour la transformer en eau potable, selon une étude parue dans la revue Nature.

• À lire aussi: Pour prévenir le gaspillage, faut-il taxer l’eau, comme le fait la Belgique?

• À lire aussi: Lavez-vous moins pour votre peau et le climat

Avec le réchauffement climatique qui s’accentue, il est impératif de trouver un moyen d’augmenter l’offre d’eau douce. «La conservation et le recyclage de l’eau des sources existantes, bien qu’essentiels, ne suffiront pas à répondre aux besoins humains. Nous pensons que la méthode que nous venons de proposer peut y parvenir à grande échelle», estime Praveen Kumar, professeur à l’Université de l’Illinois, à Urbana-Champaign (UIUC), un des auteurs de l’étude, publiée le 6 décembre.

Selon lui et ses collègues, l’évaporation océanique, favorisée par la montée du mercure, pourrait servir de réservoir en eau potable. Au lieu de s’élever dans l’atmosphère, l’air saturé en eau serait capté par des structures d’extraction, implantées au large des côtes. Il serait ensuite condensé puis transporté par des canalisations pour être stocké et redistribué.

Avec le réchauffement climatique qui s’accentue, il est impératif de trouver un moyen d’augmenter l’offre d’eau potable dans le monde.

AFP

Avec le réchauffement climatique qui s’accentue, il est impératif de trouver un moyen d’augmenter l’offre d’eau potable dans le monde.

Un avantage du procédé par rapport à ceux de la désalinisation classique: en s’évaporant et en se transformant en gaz, l’eau de mer perd la quasi-totalité de son sel naturellement — c’est pour cette raison que l’eau de pluie n’est pas salée. Le traitement pour la rendre propre à la consommation nécessitera donc bien moins d’énergie et aura moins d’impact environnemental que les méthodes existantes (saumure, eaux usées chargées de métaux lourds). 

Des parcs éoliens au large des côtes et des panneaux solaires terrestres pourraient servir à alimenter l’ensemble du système, selon les scientifiques.

Plus il fait chaud, plus il y a d’évaporation

Cette technique reproduit le cycle naturel de l’eau, la seule «différence est que nous pouvons guider la destination de l’eau évaporée de l’océan», a souligné la coautrice Francina Dominguez, spécialiste de l’atmosphère.

Les chercheurs estiment qu’une «surface de capture verticale de 210 mètres de diamètre et de 100 mètres de haut [...] peut fournir un volume suffisant d’humidité extractible pour répondre aux besoins quotidiens en eau potable d’environ 500 000 personnes en moyenne».

L’évaporation océanique, favorisée par la hausse des températures, pourrait servir de réservoir en eau potable pour satisfaire une partie des besoins humains.

AFP

L’évaporation océanique, favorisée par la hausse des températures, pourrait servir de réservoir en eau potable pour satisfaire une partie des besoins humains.

Ces données ont été obtenues en faisant une simulation sur 14 sites soumis à un stress hydrique et situés à proximité de centres de population importants comme Chennai, Los Angeles ou Rome. Selon les modèles, ce type de dispositif pourraient générer entre 37,6 et 78,3 milliards de litres d’eau par an selon les conditions de chaque site.

• À lire aussi: La sécheresse risque d’être «la prochaine pandémie», dit l’ONU

«Les projections climatiques montrent que le flux de vapeur océanique ne fera qu’augmenter au fil du temps, [plus il fait chaud, plus il y a d’évaporation, NDLR] fournissant encore plus d’approvisionnement en eau douce», a déclaré la coautrice Afeefa Rahman. 

«Cela fournit une approche efficace et très nécessaire pour l’adaptation au changement climatique, en particulier pour les populations vulnérables vivant dans les régions arides et semi-arides du monde», a-t-elle ajouté. 

Sur le même sujet