Voici 23 tendances qui marqueront 2023 | 24 heures
/panorama

Voici 23 tendances qui marqueront 2023

s

Qu'est-ce que l'année à venir nous réserve? On tente d'en brosser un portrait à partir de 23 tendances et événements qui devraient marquer 2023. Après tout, pour bien se préparer à ce qui s'en vient, mieux vaut avoir une idée de ce que c'est!

• À lire aussi: J’ai posté un BeReal chaque jour pendant un an

1. L’intelligence artificielle sur les bancs d’école 

Le logiciel ChatGPT, rendu public fin 2022, risque de beaucoup faire jaser en 2023 dans les écoles.  

Ce robot conversationnel est capable de répondre à nos questions et même de rédiger des textes. Quelle incidence aura ce nouvel outil sur le plagiat scolaire? C’est la question que de nombreux professeurs se poseront cette année.  

«Il y a toujours eu du plagiat et il va toujours y en avoir», estime pour sa part Patrick Giroux, spécialiste en technologies éducatives et professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi. Ce dernier estime que c’est avec la prévention et l’éducation qu’on va enrayer les tentatives, et non en restreignant l’accès à des outils qui sont là pour rester. 

  • Écoutez la chronique buzz et société de Julien Bouthillier diffusée sur QUB radio:

2. La crise climatique fera swiper à gauche 

Si fréquenter des gens qui partagent nos valeurs n’a rien de nouveau, le fait de nommer l’écologie comme critère numéro un pour choisir ou larguer son partenaire l’est un peu plus.  

AFP

Cette nouvelle tendance, l’écorupture (eco-dumping), devrait se renforcer en 2023. 

Selon le sondage réalisé en novembre par le site de rencontre Plenty of Fish, ce sont près de 40% des célibataires qui déclarent qu'un partenaire qui se soucie de l'environnement est essentiel pour eux, plus que l’apparence physique (23%) ou la profession (7%). 

Parmi les sujets qui divisent: la consommation excessive de viande rouge ou de restauration rapide, une dépendance à la mode jetable, le choix des moyens de transport ou carrément le climatoscepticisme.

• À lire aussi: 3 habitudes à changer dans sa vie pour préserver la biodiversité

3. Faites place au guardrailing (garde-fou)

Parlant de relations, en 2023, les gens définiront plus clairement leurs limites dans le cadre de leurs relations amoureuses. Ce phénomène, nommé guardrailing, fait en sorte que les personnes en disent davantage sur leurs besoins émotionnels et ne sacrifient pas leur bonheur ou leur temps aux autres. 

Selon l’application de rencontres Bumble, 52% des individus ont établi plus clairement leurs limites dans leurs relations amoureuses au cours de la dernière année. Ce phénomène pourrait donc prendre de l’ampleur en 2023.

4. Vers une paranoïa de la productivité? 

Après s’être adaptés au télétravail en 2020 et 2021, les employeurs cherchent désormais à garder un œil plus attentif sur les performances de leurs employés. Certains vont même jusqu’à surnommer ce phénomène la «paranoïa de la productivité». 

• À lire aussi: La tendance act your wage, version positive du quiet quitting

Selon une enquête du site Digital.com, l’essor du travail à distance a entraîné une augmentation de la surveillance des lieux de travail: 60% des entreprises emploient des logiciels pour suivre les activités de leurs employés, tandis que 17% envisagent d'en implanter. 

«Il y a un souci de s’assurer qu’il y a un maintien de la productivité. De plus en plus d’entreprises devraient investir en 2023 dans des outils de surveillance, ou du moins, des outils pour avoir une visibilité sur le travail accompli», indique Marie-Pier Bédard, vice-présidente exécutive chez Randstad Canada.

5. Des hausses de loyer plus importantes à prévoir 

Les locataires devront prévoir une augmentation de loyer «plus importante» en 2023 que lors des années précédentes, selon l’analyse de Marc-André Plante, directeur des affaires publiques de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ). 

Photo Mario Beauregard, Agence QMI

La hausse des taxes municipales – la plus importante à Montréal depuis 2011 – et l’inflation expliquent notamment une augmentation entre 3% et 4%. En 2022, la CORPIQ avait visé juste en prédisant une augmentation de 2% sans charges incluses, un chiffre semblable aux recommandations du Tribunal administratif du logement (TAL). 

Pour un logement à 1945$, une hausse de 4% représente 77,80$ de plus par mois, soit un loyer mensuel à 2022,80$. C’est 933,60$ de plus par année.

• À lire aussi: Montréal veut former une escouade contre les Airbnb illégaux

6. Des augmentations de salaires revues à la hausse 

Deux organisations sur cinq ont révisé à la hausse leurs projections de l'augmentation salariale pour l'année à venir, selon un récent sondage de Normandin Beaudry, chef de file dans le secteur des services-conseils en actuariat et rémunération globale.  

Malgré une possible récession, les budgets moyens d'augmentation au Canada s’annoncent ainsi plus élevés que prévu pour 2023, passant de 3,8% avant l'été à 4,2% en décembre.   

• À lire aussi: Comment demander une augmentation de salaire comme un boss

7. Immobilier : retour vers un marché équilibré  

«Retour au marché équilibré»: voici comment l’un des directeurs de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), Charles Brant, entrevoit le marché immobilier en 2023. 

Cette nouvelle année est selon lui une «continuité» de 2022, année durant laquelle les transactions immobilières ont commencé à diminuer en raison de la hausse du taux directeur et de la difficulté des ménages à acheter une propriété. Ce contexte freinera la forte surenchère vécue lors de la pandémie et stabilisera les prix de l’immobilier, ajoute M. Brant. 

Le spécialiste estime que le marché restera cependant favorable aux vendeurs étant donné le faible nombre de propriétés à vendre. 

• À lire aussi: Logement - et si la solution se trouvait hors du marché?

8. On va pouvoir prendre le REM 

L’année 2023 devrait marquer un tournant majeur dans le monde du transport en commun au Québec avec la mise en service du Réseau express métropolitain (REM). C’est le plus gros projet de transport collectif de la province depuis l’inauguration du métro en 1966. 

Joël Lemay / Agence QMI

Au printemps, le tronçon reliant la Rive-Sud (Brossard) au centre-ville de Montréal, en passant par L'Île-des-Sœurs et Griffintown, devrait accueillir ses premiers passagers. Le train traversera notamment le pont Samuel-De Champlain.  

Le REM s’utilisera plus comme un métro qu’un train de banlieue. Fonctionnant à l’électricité, les véhicules passeront aux 5 minutes maximum, 20 heures par jour.  

D’autres chantiers majeurs progresseront, mais de façon moins spectaculaire. L’année 2023 devrait notamment marquer le début de la phase d’excavation pour le très attendu prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal, ainsi que le début des travaux de réalisation du tramway de Québec.

• À lire aussi: On a testé le nouveau SRB Pie-IX

9. L'année de la sexploration 

En 2023, la sexploration, soit le fait d’explorer sa sexualité et de parler de celle-ci plus ouvertement, aura la cote. L’année qui s’amorce pourrait donc être l’occasion de tenter de nouvelles expériences sexuelles ou de définir nos relations amoureuses autrement. 

AFP

Selon un sondage de l’application de rencontres Bumble, 53% des individus s’entendent pour dire que c’est important de parler de ses attentes et de ses besoins sexuels tôt dans une relation. Au Canada, ce chiffre s’élève à 57%! Ce sont même 42% des répondants qui disent «approcher le sexe, l’intimité et les fréquentations amoureuses de façon ouverte et explorative». 

• À lire aussi: Des personnes queers nous expliquent pourquoi elles ne veulent pas être out au bureau

10. L’heure de vérité pour Twitter 

Depuis que Twitter est passé sous l’emprise du milliardaire Elon Musk, rien ne va plus, et 2023 pourrait être le début de la fin de la populaire plateforme.

AFP

 «C’est en train de devenir un cas célèbre de "quoi ne pas faire dans le monde des affaires", souligne Jean-Hugues Roy, professeur à l’École des médias de l’UQAM, qui croit que si Musk continue de diriger le réseau social comme il le fait depuis les dernières semaines, "ça s’en va droit dans le mur"». 

Peut-être quittera-t-il la direction de l’entreprise en restant propriétaire ou revendra-t-il Twitter au plus offrant? Dans ce cas de figure, Twitter serait «sauvé» et les utilisateurs retrouveraient le réseau social «responsable» qu’il était avant son acquisition par le milliardaire, croit M. Roy. 

• À lire aussi: Twitter: voici (presque) tout ce qui s’y est passé depuis son achat par Elon Musk

11. Les friperies ont de plus en plus la cote 

Dans un contexte d'inflation galopante et face à une industrie de la mode particulièrement polluante, une tendance pourrait prendre de l’ampleur en 2023: faire ses propres vêtements à la maison et ne magasiner qu’en friperie.  

Malheureusement, le marché des produits d'occasion est tellement populaire que certains vendent sur Instagram ou Tiktok leurs trouvailles plus chères que le prix dépensé sur la plateforme Vinted. 

Selon Francesca D’Angelo, professeure au Collège Humber à Toronto, les clients les plus modestes et qui en auraient le plus besoin trouvent donc moins de choix et voient une hausse du prix des articles. 

• À lire aussi: Marketplace est-il en train de tuer les autres plateformes de vente de seconde main?

12. TikTok poursuivra sa lancée 

Selon dernières données du groupe Omdia, TikTok est désormais la deuxième plateforme la plus populaire pour l’écoute de vidéos chez les moins de 35 ans aux États-Unis, devant Netflix. Seul YouTube arrive encore à faire mieux! 

AFP

Avec un contenu gratuit, directement accessible dans un téléphone et un algorithme excellent pour repérer ce que l’on aime, il n’y a plus d’hésitation lorsque vient le temps de choisir quoi regarder: l’application le fait pour nous. 

Au Québec, plusieurs médias, entreprises et organisations ont lancé leur compte au cours de l’année 2022. D'autres devraient suivre en 2023. 

• À lire aussi: #Buccalfatremoval - se faire enlever le gras des joues est tendance

13. Direction Dubaï pour la COP28 

La 28e conférence de l’ONU sur le climat aura lieu à Dubaï, aux Émirats arabes unis, en novembre et décembre 2023. Durant (au moins) 13 jours, les chefs d’État de 196 pays se réuniront pour discuter de solutions afin de lutter contre les changements climatiques.  

AFP

Mais le fait que la COP28 se déroulera, pour la troisième fois, dans un pays pétrolier fait sourciller, sachant que les énergies fossiles sont responsables du réchauffement planétaire.

14. L’Inde va devenir le pays le plus peuplé de la planète 

AFP

L'Inde est appelée à devenir le pays le plus peuplé du monde, devant la Chine, dans le courant de l'année selon l'ONU, avec quatre années d’avance sur les prévisions: de 1,2 milliard d’habitants en 2011, la population indienne devrait atteindre 1,4 milliard en 2023. 

15. La fin des mots de passe? 

L’avenir de l’authentification reposerait désormais sur les clés d’accès. C’est une alternative plus sûre que les mots de passe, car ces derniers pouvent être oubliés, volés ou devinés. Windows et Apple ont déjà commencé à les intégrer à leurs services. 

• À lire aussi: Sur quel réseau social trouve-t-on le plus d'arnaques?

Elles fonctionnent en générant deux identifiants : un public, stocké sur le site, et un privé sur un appareil, téléphone, ordinateur, etc. L’identifiant public, plus vulnérable au vol par des tiers, est inutilisable sans l’appareil contenant l’identifiant privé. 

Au lieu d’entrer un mot de passe, l’utilisateur n’aura qu’à déverrouiller son appareil, à l’aide d’une empreinte digitale, d’un schéma ou d’un code qui ne sera jamais transmis au site ou à l’application.

16. Vers une discrimination des voyageurs (travel shaming) 2.0 

Le terme travel shaming est né pendant la pandémie pour décrire cette honte ressentie par les voyageurs au moment de partager leurs photos de vacances sur Instagram. Avec la crise climatique qui semble s’accentuer d’année en année, le travel shaming, et plus largement le flight shaming (honte de prendre l’avion), sont des phénomènes qui sont appelés à prendre de l’ampleur. À commencer par cette année.

AFP

17. De la musique country partout au Québec 

L’année 2022 en aura été une de défrichage pour la musique country au Québec avec le festival Lasso qui a tenu sa première édition avec succès ou avec Luke Combs qui a rempli le Centre Bell et le Centre Vidéotron en novembre dernier. Maintenant que le chemin est tracé, 2023 sera toute en country! Des vedettes ont déjà annoncé leur visite au Québec cette année: Morgan Wallen, Kane Brown ou encore Chris Stapleton. 

Photo Pascal Huot, Agence QMI

Sortez donc vos chapeaux de cowboys, vous risquez d’en avoir besoin cette année!

18. La course à l’hydrogène vert 

L’urgence climatique et la crise de l’énergie liée à la guerre en Ukraine ont ravivé l’intérêt pour l’hydrogène, en particulier le vert. Le Québec mise d’ailleurs là-dessus pour assurer sa transition énergétique.  

• À lire aussi: Voici de quoi auront l'air les maisons du futur au Québec

Comme son nom l’indique, l’hydrogène vert est le moins polluant. Il est produit en séparant l’hydrogène et l’oxygène de l’eau à l’aide d’un courant électrique. L’hydrogène vert peut servir pour les bâtiments ou les transports, entre autres.  

Mais ce n’est pas le seul type d’hydrogène qui existe: il y en a aussi du gris et du bleu, notamment. On dit de l’hydrogène gris qu’il est polluant parce qu’il est fait à partir d’énergies fossiles: la production de 1kg d’hydrogène gris émet 9kg de CO2. Actuellement, 95% de l’hydrogène consommé à l’échelle mondiale est gris...

Mais lorsque des étapes de production sont ajoutées pour capter et stocker le CO2 lors de la production, c’est là qu’on obtient de l’hydrogène bleu.

19. Pas de paix en vue en Ukraine 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et sa femme Olena, en marge de l'adresse à la nation du Nouvel An.

AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et sa femme Olena, en marge de l'adresse à la nation du Nouvel An.

Si l’éclatement de la guerre en Ukraine a marqué le début de l’année 2022, la résolution du conflit paraît bien lointaine en ces premiers jours de 2023. Après plus de 300 jours d’affrontement, la guerre éclair lancée par le Kremlin est un échec et on se dirige plutôt vers un conflit gelé.  

Mais attention, un conflit gelé ne signifie pas la mise sur pause des échanges de tirs et des frappes d'artillerie. Le nombre de morts et des blessés continuera d'augmenter, mais moins qu'avant. Cette situation renvoie à celle qui prédominait dans le Donbass entre 2015 et 2022. 

• À lire aussi: Zelensky au Congrès américain: 13 citations à retenir de son discours historique

20. Après l’inflation, la récession 

Plusieurs économistes le confirment: le Canada connaîtra une «légère récession» au début de 2023, soit un ralentissement économique. Au Québec, les prévisions sont encore plus sombres puisqu’on signale une «détérioration importante de l’économie». 

«L’année 2023 s’annonce particulièrement difficile puisque la remontée des taux d’intérêt sera encore plus contraignante pour les ménages et les entreprises», fait savoir Desjardins. 

La mauvaise nouvelle, c’est que les prix devraient continuer à augmenter dans les premiers mois de 2023. Par le fait même, le pouvoir d’achat des consommateurs diminuera. En raison de la pénurie de main-d’œuvre, peu de pertes d’emploi sont toutefois à prévoir. 

s

21. La jeunesse toujours moins confiante en son avenir 

«Après une année 2022 encore teintée par la pandémie, puis marquée par l’invasion de l’Ukraine, l’instabilité économique et les bouleversements climatiques qui s’accentuent, les membres des jeunes générations n’ont pas l’impression que l’année 2023 sera forcément plus lumineuse», peut-on lire dans la plus récente étude Jeunesse 2023 de Léger.    

Les jeunes Québécois seraient même les plus inquiets au pays quant à leur avenir, selon le rapport. Pour plus de 80% d’entre eux, la situation économique comme la situation environnementale ne va pas aller en s’améliorant.   

Les membres des générations Y et Z se montrent d’ailleurs particulièrement cyniques par rapport aux décideurs dont l’action est «jugée insuffisante (...) pour affronter les défis de leur époque».

• À lire aussi: Ce qu’il faut retenir de l’actualité crypto en 2022 

22. L’aridification, un nouveau mot pour décrire les changements climatiques 

L'année dernière, le lac Mead, un important lac artificiel du sud-ouest des États-Unis, a atteint son plus bas niveau depuis 1937, et la moitié du vaste territoire de la Chine a été frappée par une longue période de sécheresse. À l’échelle mondiale, davantage de territoires et cours d’eau se sont asséchés en raison de diverses vagues de chaleur et d’une forte diminution des précipitations. 

Le lac Mead, au Nevada

AFP

Le lac Mead, au Nevada

En 2023, l’aridification, soit la lente réduction de l’humidité et de l’eau dans les sols jusqu’à leur assèchement complet, va se poursuivre et devrait être encore plus visible.   

S’il n’existe pas une telle tendance au pays, selon Environnement et Changement climatique Canada, les provinces des Prairies devraient être frappées d’ici 2100.

• À lire aussi: Cinq mères monoparentales, huit enfants... un chalet!

23. Le Web3, c’est quoi ça? 

L’avenir d’Internet sera complètement décentralisé, promet le Web3 ou Web 3.0. Le terme désigne ce qui viendrait remplacer l’ère du Web 2.0 dans laquelle nous vivons actuellement. Plutôt que d’être concentré chez un petit nombre de géants du Web, le contenu et l’information du Web3 seront propagés par des chaînes de blocs. 

De nombreux experts se questionnent sur la possibilité d’une décentralisation réelle du Web, alors que les services nécessaires pour interagir avec les chaînes de blocs appartiennent à seulement quelques compagnies privées.  

Une disparition de la modération fait également craindre une plus grande circulation de contenus haineux ou criminels sur internet.

Cette vidéo pourrait vous intéresser: 

s