La COVID-19 détectée dans le cerveau de personnes qui avaient contracté le virus avant de mourir | 24 heures
/bref

La COVID-19 détectée dans le cerveau de personnes qui avaient contracté le virus avant de mourir

Image principale de l'article Des traces de COVID détectées dans le cerveau
Siarhei - stock.adobe.com

Les résultats d’autopsie de 44 personnes décédées avec la COVID-19 montreraient comment le virus se propage dans tout le corps, y compris le cerveau.

Publiée dans la revue Nature en décembre, l’étude souligne à quel point l’infection peut-être étendue. Des fragments viraux ont été trouvés dans 79 des 85 endroits du corps étudiés chez les 44 patients.

Soupçonnés depuis le début de la pandémie, les effets neurologiques de la maladie semblent depuis plusieurs mois avérés, y compris en cas de formes légères.

Mais cette étude supplémentaire constituerait «l’analyse la plus complète à ce jour du tropisme cellulaire, de la quantification et de la persistance du SRAS-CoV-2 dans le corps humain, y compris le cerveau», selon ses auteurs.

Le virus aurait envahi plus de 35 types de cellules et membranes dans différents systèmes du corps.

Des recherches antérieures menées lors d’autopsies ont trouvé des traces de COVID-19 dans plusieurs systèmes, mais certains scientifiques suggéraient que les traces virales en dehors du système respiratoire pouvaient être dues à du sang résiduel laissé dans les tissus ou à une contamination croisée.

Cette nouvelle étude confirmerait que la contamination du SRAS-CoV-2 a lieu au niveau cellulaire.

Le SRAS-CoV-2 a également été trouvé à au moins un endroit du système nerveux central ou du tissu cérébral dans 10 des 11 autopsies complétées sur un corps entier, dont cinq sur six de ceux qui sont décédés plus d’un mois après l’apparition des premiers symptômes.

Les chercheurs ont noté que bien qu’il y ait trouvé des traces virales importantes, le tissu structurel du cerveau était en grande partie inchangé par le virus.