Voici les deux seules questions que Jeff Bezos a posées à une candidate avant de l’embaucher | 24 heures
/sdc

Voici les deux seules questions que Jeff Bezos a posées à une candidate avant de l’embaucher

Image principale de l'article Voici les 2 seules questions que Jeff Bezos pose
AFP

En entrevue d’embauche, celui qui est parfois l’homme le plus riche du monde n’opte pas pour les questions conventionnelles.

Jeff Bezos, qui a fait fortune en mettant sur pied le géant Amazon, est un drôle de pistolet.

• À lire aussi: Un pont historique démantelé pour laisser passer le gros yacht de 600 000$ de Jeff Bezos

Ann Hiatt, qui fut jadis une «assistante junior» auprès du milliardaire, a récemment relaté dans un article sur CNBC l’étrange processus d’embauche auquel elle a participé pour mériter ce poste, en 2002.

Dans son récit, Hiatt explique que lorsqu’elle a posé sa candidature pour le poste qu’elle a finalement obtenu, elle n’avait aucun contact à l’interne dans la compagnie, aucun diplôme en informatique et absolument aucune expérience à travailler pour un PDG.

Autrement dit, envoyer son CV était comme lancer une bouteille à la mer.

Pourtant, elle a reçu un appel de convocation pour une entrevue avec des assistants senior, puis une autre, puis une autre.

• À lire aussi: Le livreur Amazon qui a perdu son emploi après qu’une vidéo d’une femme sortant de son fourgon soit devenue virale brise le silence

Certains de ces entretiens auraient duré presque une journée entière, et un d’entre eux se serait tenu dans une pièce obscure éclairée seulement par un moniteur d’ordinateur montrant du code informatique et par une veilleuse multicolore rotative placée dans un coin.

Après plusieurs mois sans nouvelles, Hiatt avait pratiquement abdiqué par rapport à ses perspectives d’embauche.

Mais le téléphone a une fois de plus sonné: Amazon la convoquait pour une entrevue finale.

Ce qu’on ne lui avait toutefois pas annoncé au téléphone, c’est que cette fois-ci, il s’agissait d’une rencontre avec le grand boss lui-même, Jeff Bezos.

• À lire aussi: Tom Hanks révèle pourquoi il a refusé l'offre de Jeff Bezos d'aller dans l'espace

Après avoir été installée dans une salle de conférence, Hiatt a patiemment attendu l’arrivée du milliardaire.

Ce dernier est entré, s’est présenté et a promis que l’entrevue ne comporterait que deux questions, la première étant un casse-tête «amusant».

Il s’est ensuite placé devant un tableau blanc avec un crayon-feutre et a dit: «Je vais faire les calculs. Je veux que vous estimiez le nombre de panneaux de verre dans la ville de Seattle.»

La candidate s’est dite horrifiée momentanément, mais elle a pris un instant pour se calmer et s’est immédiatement attelée à la tâche, comprenant que Bezos voulait, par cette énigme, mettre à l’épreuve sa capacité à diviser un problème complexe en plusieurs petites étapes gérables individuellement.

Elle a d’abord correctement estimé la population de Seattle à un million de personnes, ce qui était assez juste à l’époque, puis elle s’est dite que chacun avait une maison, un moyen de transport, un bureau ou une école, et que toutes ces choses ont des fenêtres. 

• À lire aussi: Dix-sept personnes qui avaient des choses à dire à propos du voyage dans l'espace de Jeff Bezos

Il fallait donc fonder l’estimation sur les moyennes de celles-ci.

Avec Bezos, ils ont imaginé tous les scénarios et toutes les exceptions possibles, pendant que l’homme d’affaires remplissait le tableau blanc de calculs.

Ce dernier a enfin écrit un estimé final, l’a encerclé et a dit: «C’est à peu près ça!»

Il a ensuite posé sa deuxième question, plus conventionnelle, celle-là: «Quel est votre objectif de carrière?»

La candidate Hiatt a expliqué comment, chez Amazon, elle percevait que les employés étaient ambitieux et passionnés, qu’elle espérait le devenir également, et qu’elle sentait que ses talents y seraient développés.

• À lire aussi: Beaucoup d’internautes souhaitent que Jeff Bezos reste dans l’espace pour toujours

Plus classique, donc.

Elle fut néanmoins embauchée sur le champ par Bezos, qui lui a donné le bureau à trois pieds du sien.

Vingt ans plus tard, elle a également travaillé comme assistante exécutive chez Google et dans plusieurs autres entreprises de la Silicon Valley, et est devenue consultante et auteure.

À voir aussi sur le Sac de Chips:

s

s

s

Sur le même sujet