La PDG d’Hydro-Québec Sophie Brochu démissionne | 24 heures
/bref

La PDG d’Hydro-Québec Sophie Brochu démissionne

Image principale de l'article La PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, démissionne
Photo Pierre-Paul Poulin

La présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, quitte ses fonctions.

Elle a annoncé ce matin à la présidente du conseil d’administration qu’elle restera en poste jusqu’au 11 avril prochain.

Dans les derniers mois, le courant a passé difficilement entre Mme Brochu et le puissant ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon.

«Je suis profondément reconnaissante d’avoir eu la chance d’œuvrer à l’avancement de notre grande société d’État, aux côtés d’une équipe compétente et engagée», a témoigné Mme Brochu par voie de communiqué.

Elle était arrivée en poste en avril 2020, en pleine pandémie, après plusieurs années à la tête d’Énergir.

Capture d'écran LinkedIn

«Je me suis sentie interpellée, j’ai humblement pensé que je pouvais servir le Québec, qui traversait alors une période de turbulence», ajoute-t-elle.

Le tumulte lié à la pandémie étant en bonne partie derrière, elle soutient qu’Hydro-Québec se trouve maintenant en bonne posture, avec un plan stratégique qui trace la voie de la transition énergétique et une situation financière «excellente». Elle mentionne que le moment est venu pour elle de «passer le flambeau».

Le conseil d’administration d’Hydro-Québec doit maintenant recommander au gouvernement du Québec des candidats à sa succession. La décision fera l’objet d’une décision du conseil des ministres.

  • Écoutez la rencontre Philippe-Vincent Foisy et Stéfanie Tougas diffusée chaque jour en direct 12 h 15 via QUB radio :

«Avec son humanisme, ses qualités de communicatrice et sa vaste expérience du secteur de l’énergie, Sophie laissera une marque qui passera l’épreuve du temps», a souligné la présidente du CA d’Hydro, Jacynthe Côté, qui mentionne ses qualités de rassembleuse et loue les réalisations de Sophie Brochu.

Elle cite le plan stratégique, le dialogue engagé avec les communautés autochtones, les contrats d’exportation avec l’État de New York et l’acquisition de centrales hydroélectriques aux États-Unis.