Propos anti-séparatistes: Sandro Grande congédié par le CF Montréal | 24 heures
/bref

Propos anti-séparatistes: Sandro Grande congédié par le CF Montréal

Le joueur Sandro Grande lorsqu’il avait empoigné son coéquipier Mauro Biello à la gorge pendant un entraînement de l’Impact, en 2009.
Photo d'archives

Le joueur Sandro Grande lorsqu’il avait empoigné son coéquipier Mauro Biello à la gorge pendant un entraînement de l’Impact, en 2009.

Sous pression de la part de tous les partis politiques, le CF Montréal a mis fin à l'entente avec Sandro Grande, qui avait été embauché comme entraîneur-chef de l'équipe de réserve la veille.

La nomination de l'ex-joueur de l'Impact, qui avait tenu des propos controversés après l’attentat au Métropolis en 2012, avait été vivement dénoncée, notamment par François Legault le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon. 

«La seule erreur que le tireur a commise la nuit dernière, c’est de rater sa cible! Marois! La prochaine fois mon gars! J’espère!», avait écrit sur Twitter Sandro Grande, en anglais, après la fusillade au Métropolis visant Pauline Marois, le soir de l’élection du Parti Québécois (PQ).

L’ex-première ministre Pauline Marois alors qu’elle est escortée hors de la scène, le soir de l’attentat au Métropolis.

Photo d'archives

L’ex-première ministre Pauline Marois alors qu’elle est escortée hors de la scène, le soir de l’attentat au Métropolis.

«Grande n’a pas commis une seule erreur banale ou un tweet de trop un soir, il a tenu à de nombreuses reprises des propos orduriers et criminels visant plus de 2 millions de [Québécois] indépendantistes, a avait déploré le chef péquiste. Cette caution tacite par le CF Montréal est intenable et extrêmement malaisante.»

«M. Grande a tenu dans le passé des propos inacceptables et blessants. Sa nomination manque de respect et envoie un mauvais message. C’est un gros manque de jugement de la part du CF Montréal», avait pour sa part affirmé le porte-parole du premier ministre Legault dans une déclaration écrite. 

L’ancien joueur de soccer avait profité de sa nomination pour aborder son comportement d’il y a quelques années.

Graves erreurs

«J’ai fait de graves erreurs et je suis profondément désolé d’avoir manqué de respect à qui que ce soit. J’ai énormément appris de celles-ci et je sais que je me joins à une organisation où les valeurs d’inclusion et de diversité sont fondamentales. Je pense qu’il est important de se servir de nos expériences personnelles pour continuellement s’améliorer et corriger nos erreurs du passé», avait-il dit.

Le joueur Sandro Grande lorsqu’il avait empoigné son coéquipier Mauro Biello à la gorge pendant un entraînement de l’Impact, en 2009.

Photo d'archives

Le joueur Sandro Grande lorsqu’il avait empoigné son coéquipier Mauro Biello à la gorge pendant un entraînement de l’Impact, en 2009.

Grande a porté les couleurs de l’Impact de Montréal à deux occasions pendant sa carrière comme milieu de terrain, soit entre 2004 et 2005, ainsi qu’entre 2008 et 2009. Il avait toutefois été libéré par l’équipe après avoir empoigné son coéquipier Mauro Biello à la gorge lors d’un entraînement. 

Il ne le reconnaît pas

C’est trois ans plus tard qu’il avait publié son message sur Twitter, après l’attentat du Métropolis. Il n’a toutefois jamais reconnu avoir écrit ce gazouillis, disant que son compte avait été piraté.

L’arrestation du tireur Richard Henry Bain, à l’extérieur du Métropolis, le 4 septembre 2012.

Photo d'archives, Agence QMI

L’arrestation du tireur Richard Henry Bain, à l’extérieur du Métropolis, le 4 septembre 2012.

Il a cependant avoué avoir rédigé une publication sur Facebook le soir même, où il insultait les souverainistes.

Il y insultait notamment les «gens du nord» qui auraient voté pour les souverainistes en les traitant de «colons» («hillbillies») et de fermiers, rapportait l’hebdomadaire L’Écho de Laval à l’époque. 

Les «séparatistes sont si stupides que c’est inimaginable», avait aussi écrit Grande.

–Avec la collaboration de Philippe Asselin, Agence QMI