SAQ : l’offre des vins à moins de 10 $ a chuté de 44 % en 12 mois | 24 heures
/portemonnaie

SAQ : l’offre des vins à moins de 10 $ a chuté de 44 % en 12 mois

Image principale de l'article L’offre des vins à moins de 10 $ en chute libre
TOMA ICZKOVITS

Les petits prix disparaissent des rayons de la SAQ. Depuis janvier 2022, l’offre de vins à moins de 10 $ la bouteille a chuté de 44 %.

• À lire aussi: Voici (presque) la maison la moins chère au Québec en janvier 2023

Le nombre de produits vinicoles d’un format de 750 millilitres qui se détaillent moins de 10 $ est passé de 62 à 35 en 12 mois, indiquent les données du magazine web Vin Québec.

On constate aussi une diminution de l’offre du côté des vins à moins de 15 $, qui a chuté de 22 % pour la même période. 

Autant en magasin que sur le site internet de la société d’État, le nombre de produits offerts dans cette catégorie de prix est aujourd’hui de 488 contre 624 à pareille date l’an dernier. 

« Ce n’est pas en lien avec la demande, puisqu’en situation de monopole, il n’y a que l’offre qui compte », soutient l’éditeur de Vin Québec, Marc-André Gagnon. 

Quelques exemples

Certains produits n’ont pas pour autant disparu des rayons de la SAQ. Mais leur prix a augmenté. 

La bouteille de Pinot noir roumain Chevalier de Dyonis se détaillait par exemple à 9,55 $, contre 11,25 $ aujourd’hui. 

La bouteille de Vila Regia, Reserva Douro, bien connue des amateurs de petits prix, est quant à elle passée de 9 $ à 10,95 $ en 24 mois.

Depuis le mois de mai 2021, la SAQ a procédé à trois hausses de prix sur plus de 5000 produits au total. 

« Le gouvernement leur a demandé d’aller chercher 44 millions $ de plus en 2022. Ce n’est peut-être pas étranger à la disparition des bouteilles à petits prix, car en matière de volume, la SAQ ne vend pas plus de vin que l’an passé », remarque Marc-André Gagnon. 

Incapable d’augmenter le volume des ventes, la SAQ chercherait donc, ajoute l’expert du vin, à faire augmenter la valeur du panier moyen. 

Lors de son exercice qui s’est clos le 9 décembre dernier, la SAQ indique avoir écoulé 109,6 millions de litres, contre 108 millions au cours de la même période de 2021-2022, soit une hausse de 1,5 %. 

Ces ventes représentent 1,865 milliard $, contre 1,760 milliard $ en 2021-2022, une hausse de 5,9 %. 

Si les produits à petits prix sont moins nombreux, c’est tout le contraire pour ceux qui sont plus chers, fait remarquer l’éditeur de Vin Québec. 

En un an, le nombre de produits à 15 $ et plus a bondi de 14 % (de 6324 à 7231) et ceux à 20 $ et plus, de 15 % (de 4980 à 5732). 

• À lire aussi: «Je suis payé moins que le salaire minimum»: trois chauffeurs Uber dénoncent leurs mauvaises conditions de travail

Raisons habituelles

La SAQ ne commente pas directement la chute du nombre de produits à petit prix qu’elle offre. 

Elle avance que ses hausses de prix « répondent aux demandes légitimes de nos fournisseurs liés aux différents défis auxquels ils font face, notamment l’augmentation de leurs coûts de production ». 

Le coût du transport qui augmente est aussi évoqué pour justifier la situation. « La chaîne d’approvisionnement mondiale continue à être perturbée, la hausse des frais de transport maritime et terrestre persiste », explique la porte-parole Geneviève Cormier. 

« Malgré cette tendance, la SAQ met tout en œuvre pour conserver une offre incluant des prix bas », ajoute-t-elle.

À VOIR AUSSI

s