Dans l'univers musical de Guylaine Guay | 24 heures
/pop

Dans l'univers musical de Guylaine Guay

Image principale de l'article Dans l'univers musical de Guylaine Guay
Illustration: Sébastien Dorion

En plus de se faire connaître comme comédienne, Guylaine Guay dévoile aussi depuis quelques années ses talents en écriture et en animation.

Cette polyvalence dans ses talents reflète à merveille la manière dont elle aborde la musique en puisant, au fil des ans, autant dans la pop des années 80 que dans le folk de la décennie précédente. 

Tu vas participer à une édition d’Un souper presque parfait spécial retrouvailles de Big Brother Célébrités. Peux-tu m’en parler?

Oui on va être cinq: Trana Winter, Claudia Bouvette, Éléonore Lagacé, P-L Cloutier et moi-même... On a tourné ça en mai ou en juin l’année passée. C’était une super belle semaine!  

Qu’est-ce que tes parents écoutaient dans la maison?

J’avais un petit tourne-disque de Mickey Mouse. Et on a beaucoup écouté du Fernand Gignac, Ginette Reno, Renée Martel, Chantal Pary. Nicole Martin et Véronique Béliveau étaient les deux chouchous de mon père. 

Mes grands-parents avaient une station wagon avec du bois sur les côtés. Ça te donne un peu une idée de l’époque. Mon grand-père avait des grosses cassettes dans son station wagon et on écoutait du country. Willie Lamothe, ça y allait par là! 

J’ai su que tu jouais de la guitare. À quel âge as-tu commencé à jouer?

J’ai été monitrice de camps de vacances. J’ai appris la guitare pour jouer autour du feu. On m’avait désignée pour chanter les berceuses le soir. Parce que je chante quand même bien. J’ai une voix douce. J’allais dans les dortoirs et j’endormais ces p’tits monstres-là.  

Et c’était quoi les chansons que tu jouais?

Paul Piché, Jim et Bertrand, Beau Dommage, Simon & Garfunkel... C’était assez folk je te dirais. Paul Simon je l’adore depuis tout le temps. Et Jim et Bertrand, Bye Bye nuages welcome soleil c’est un des grands classiques. Et des tounes de folklore comme La prison de Londres de Louise Forestier

Est-ce qu’une carrière en musique t’as déjà intéressée?

J’aurais aimé être choriste. Ça chante bien ce monde-là! J’ai toujours aimé écouter des tounes et faire les harmonies. Je fais encore ça dans mon char!  

J’aurais aimé être dans un groupe de filles comme les Go-Go’s. Quand j’étais jeune, je trippais sur elles. 

Le premier spectacle de musique qui t’a marqué?

J’ai vu Duran Duran en 1984 au Forum de Montréal. C’était un grand moment. J’étais bien loin de la scène. J’étais allée avec mes amies du secondaire. On avait acheté toute la merch’ possible. J’étais arrivée le lendemain à mon cours d’art culinaire, j’avais le foulard, la tuque Duran Duran. 

Le premier album que tu as acheté avec ton argent?

Quand j’étais ado, vers 14-15 ans, c’est vraiment Duran Duran le premier disque que j’ai acheté. Et un disque de Rod Stewart si ma mémoire est bonne. Ça s’appelait Young Turks.

Quand tu faisais de l’humour, quelle était la musique pour ton entrée en scène?

J’aimais beaucoup New Order. Ça devait être quelque chose comme Blue Monday. Ou je pense que j’ai fait un show avec Provocante de Marjo. C’est pas mal dans ces eaux-là. Des groupes des années 80. Encore aujourd’hui j’écoute beaucoup de musique des années 80. 

C’est sûr que j’avais aussi Born to Be Alive de Patrick Hernandez. Je l’ai beaucoup écouté dans mes écouteurs quand j’étais dans la maison de Big Brother. C’est ma toune de joie! 

Est-ce qu’il y a un album que tu as acheté dans plus d’un format (vinyle, cassette, CD)?

Les Soeurs McGarrigle avaient fait un album tout en français (Entre Lajeunesse et la sagesse). Je l’avais acheté quand c’était sorti. Maintenant j’ai les tounes de cet album-là sur mon téléphone. J’adore les Soeurs McGarrigle et j’adore Martha et Rufus Wainwright. J’étais assez grano quand j’étais ado. Assez folk. J’aimais bien Fleetwood Mac

Une époque musicale que tu aurais aimé vivre en temps réel?

Peut-être les années 70. Pour Leonard Cohen... Toute la scène musicale montréalaise. C’était très effervescent. C’est des gens qui ont eu des grandes carrières. J’aurais aimé avoir 20 ans dans les années 70. J’aurais aimé être une jeune adulte qui porte des grosses jupes en laine avec des tresses. 

C’est très loin de Duran Duran. J'étais comme dans deux mondes. J’aimais Duran Duran parce que je les trouvais vraiment beaux. Ça c’était mes hormones d’ado. Mais dans mon coeur, c’était plus le folk que j’aimais. 

Ton dernier coup de cœur musical?

Claudia Bouvette! J’ai jamais entendu une voix comme celle de Claudia. J’ai eu la chance d’habiter plusieurs semaines avec elle dans la maison de Big Brother. Pour vrai, elle a tellement de talent. Elle a comme une voix de fée. Elle a une drive incroyable et elle a vraiment un charisme fou. 

À quoi va ressembler ton année 2023?

Je suis nouvellement résidente des Laurentides. J’apprivoise ma nouvelle région. Je suis allée chercher ma carte de membre du parc régional. Je me suis inscrite à un cours de poterie. Tu vois je suis encore un peu grano dans l’âme! 

Et j’ai deux livres qui vont sortir dans la prochaine année. J’ai sorti Gloria sort du moule cette année. Ça a été illustré par Bach. On va sortir le prochain qui s’appelle Gloria sème la joie au printemps, qui est le tome 2. Le thème, c’est la persévérance. 

Sinon je suis toujours à Véronique et les fantastiques. 

À LIRE AUSSI:

• À lire aussi: Québec Love: prédire l’avenir musical de 2023

• À lire aussi: Démystifions le punk

• À lire aussi: Manu Militari: une décennie après «Marée humaine», son album phare