Mise en forme: comment tenir ses résolutions tout en laissant la balance de côté? | 24 heures
/panorama

Mise en forme: comment tenir ses résolutions tout en laissant la balance de côté?

Image principale de l'article Comment tenir ses résolutions sans la balance?
Photomontage: Sébastien Dorion

Les objectifs des résolutions du Nouvel An ne devraient pas avoir comme but de perdre un nombre précis de kilos. C’est du moins la mise en garde qu’ont servie des experts de la mise en forme avec qui 24 heures s’est entretenu.  

• À lire aussi: Est-ce qu’il y a des risques à trop s’entraîner?

«Le fait de perdre du poids est clairement un résultat et non pas un objectif», résume Gabriel Hardy, kinésiologue, propriétaire du gym Le Chalet et porte-parole provincial du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique (CCICP).  

«C’est comme un joueur de hockey qui focusse juste sur marquer des buts quand il joue. La plupart du temps, il se met tellement de stress qu’il ne devient pas bon, il ne réussit pas et a de la misère à atteindre son objectif», utilise-t-il comme exemple pour étayer son propos.  

Gabriel Hardy, kinésiologue, propriétaire du gym Le Chalet et porte-parole provincial du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique (CCICP).

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Gabriel Hardy, kinésiologue, propriétaire du gym Le Chalet et porte-parole provincial du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique (CCICP).

Il vaut mieux se fixer un objectif sur lequel on a plus de contrôle que la perte de poids, qui est multifactorielle. On pourrait, par exemple, vouloir être en mesure de courir 5 kilomètres à une date précise plutôt que de vouloir perdre cinq kilos.   

Ce qui est essentiel, selon les spécialistes, c’est d’éprouver du plaisir à bouger, ce qui nous incitera à le faire plus.  

«Je ne le répéterai jamais assez : [il faut] bouger pour le plaisir, puis adopter des saines habitudes de vie pour les bienfaits physiques et mentaux d’abord. La transformation physique sera la conséquence par la suite», explique le président et chef de l’exploitation d'Éconofitness, Renaud Beaudry.  

• À lire aussi: Mieux manger en 2022: voici 8 résolutions à adopter... plutôt qu’un régime

Sa chaîne de salles d’entraînement a publié un guide pour 2023 nommé «Déconstruire la perte de poids, construire son estime de soi».    

«Les objectifs en lien avec l’apparence ne sont plus une priorité. En 2023, on s’entraîne pour le plaisir, le bien-être, la santé physique et mentale, pour être bien dans sa peau et adopter une image corporelle positive», peut-on y lire.   

Une tendance que confirme Eveline Canape, vice-présidente d’Énergie Cardio.  

«En 2022, on a vraiment assisté à un changement de culture. Avant, la raison numéro 1 pour laquelle les gens s’entraînaient était la perte de poids. Aujourd’hui, la raison numéro 1 est le sentiment de bien-être après un entraînement», résume-t-elle.  

Plus du tiers des Québécois ont compris l’importance de bouger plus si l’on en croit un sondage Léger pour le compte du Journal qui se penche sur les résolutions de la nouvelle année. 36 % des répondants du coup de sonde ont l’intention de se rendre plus souvent au gym ou de faire plus de sport.  

Toutefois, la deuxième résolution la plus populaire (28%) est toujours de maigrir, signe que la perte de poids est une priorité pour un peu plus d’un Québécois sur quatre.  

Photomontage: Sébastien Dorion

Des alternatives au gym existent  

Bien que la mise en forme soit souvent associée aux salles d’entraînement, de plus en plus de solutions alternatives existent pour celles et ceux qui ne sont pas friands de ces installations.   

«Partout dans l’industrie, on observe que les gens sont à la recherche d’un concept hybride. Ils vont peut-être aller au gym 2 fois par semaine, mais ils vont aussi faire des activités extérieures et ils peuvent même être abonnés à des plateformes en ligne», confirme Mme Canape d’Énergie Cardio.  

Peu importe l’activité, l’essentiel est de bouger, estime Jimmy Sévigny, un éducateur physique qui a fondé la plateforme d’entraînement en ligne aktivation.ca pour permettre aux gens de s’entraîner dans le confort de leur foyer.  

Jimmy Sévigny, entraîneur.

Courtoisie

Jimmy Sévigny, entraîneur.

Il explique qu’une multitude d’activités permettent de faire du sport à moindre coût comme la course extérieure ou la randonnée pédestre.  

«Je dis toujours aux gens : soyez dans le mouvement. Aussitôt que vous êtes dans le mouvement, vous allez en retirer des bénéfices pour votre corps. Le corps humain n’est pas fait pour être assis et on n’est pas faits pour être sédentaires», explique-t-il.  

Vous n'avez pas non plus besoin d’être en vêtements de sport pour faire de l’activité physique! D’autres alternatives sont tout aussi valables, comme une marche pour aller chercher un café ou pour promener le chien et même certains jeux vidéo qui font appel au cardio. L’important, c’est que votre fréquence cardiaque augmente pour que des hormones de bien-être comme les endorphines et la dopamine puissent être sécrétées. 

• À lire aussi: Vous voulez lire plus, mais vous n'y arrivez pas? Voici 10 conseils de passionnés

Les inscriptions au gym en hausse? 

Malgré ces changements dans la manière de percevoir l’activité physique, est-ce que les salles d’entraînement connaissent toujours une hausse d’achalandage au lendemain du Nouvel An?  

«Janvier c’est un mois qui est plus important que les autres mois de l'année. Ça c’est certain», nous confirme M. Beaudry d'Éconofitness. 

Les plateformes en ligne connaissent elles aussi une hausse d’achalandage.  

«Le terme résolution n’est pas aussi populaire, mais le facteur 1er janvier, lui, est autant populaire, sinon encore plus qu’avant», estime M. Sévigny d’aktivation.ca.  

• À lire aussi: Inquiétant: de plus en plus d’ados vapotent de la wax, un puissant concentré de cannabis

Santé préventive 

Avec les bienfaits prouvés de l’activité physique sur la santé, le Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique (CCICP) milite pour que l’entraînement physique soit perçu par le gouvernement comme un service de santé préventive plutôt qu'un loisir.  

«Je veux que le gouvernement s'implique au même titre qu’il s'est impliqué pour la lutte au tabagisme [et] pour renseigner les gens sur l'importance d'avoir une consommation d'alcool intelligente», soutient Gabriel Hardy.   

Les tendances de l'entraînement en 2023

 L’équipe d’entraîneurs d’Éconofitness a décelé cinq tendances en matière d’activité physique qui seront populaires en 2023 :

  • L’entraînement à basse intensité : l’entraînement n’a pas à être laborieux. Les gens qui le souhaitent peuvent pratiquer des activités moins intenses, tant qu’ils bougent quotidiennement. 
  • Les mini-entraînements : les gens disent souvent qu’ils ne s’entraînement pas par manque de temps. Or, 10 minutes d’activité physique peuvent être suffisantes. Les méthodes Tabata et HIIT (high intensity intervals training) misent d’ailleurs sur des entraînements courts et intenses. 
  • La fonctionnalité : des entraînements incluant des exercices qui ressemblent à des tâches de la vie quotidienne pour rendre celles-ci plus faciles.
  • Les cours de groupe : ceux-ci sont plus populaires que jamais et aident à la motivation, selon Éconofitness.
  • La récupération : la récupération après l’entraînement est essentielle tant pour le corps que pour l’esprit et les gens commencent à en être de plus en plus conscients.

-Avec Anne-Sophie Roy 

À VOIR AUSSI

s