Anne-Élisabeth Bossé aborde sa douloureuse séparation pour la première fois | 24 heures
/sdc

Anne-Élisabeth Bossé aborde sa douloureuse séparation pour la première fois

s

Lors du premier épisode de la cinquième saison de La vraie nature, diffusé dimanche soir, la comédienne Anne-Élisabeth Bossé a abordé, pour la première fois, sa rupture d’avec son ancien amoureux l’humoriste Guillaume Pineault.

En septembre dernier, le couple annonçait sa séparation dans une publication commune.

• À lire aussi: Anne-Élisabeth Bossé et Guillaume Pineault annoncent leur séparation

• À lire aussi: Anne-Élisabeth Bossé et Sébastien Delorme réagissent finalement à leur imitation au Bye Bye

La comédienne n'avait pas commenté publiquement la séparation avant son passage à La vraie nature. La femme de 28 ans elle s’est confiée avec une belle vulnérabilité sur l’essence de ce qui lui «fait mal» dans les circonstances.

Capture d'écran via La vraie nature.

Entourée de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et de l'humoriste Michel Courtemanche, celle que l'on peut voir dans Indéfendables s’est confiée sur plusieurs «traumas» qu’elle aimerait régler, dont celui de la peur de ce que les autres pensent.

Capture d'écran via La vraie nature.

«Je m’étais dit que je n’en parlerais pas, mentionne-t-elle d’emblée, moi, je viens de me séparer, là, ça faisait six ans que j’étais avec quelqu’un. Tout le monde avait pensé qu’on allait finir notre vie ensemble, on avait un golden...» lance-t-elle avant de renchérir sur une idée préconçue qu’elle entretenait quant à l’image de «la vie parfaite». 

«Ça, dans ma séparation, je trouvais ça dur. Je trouvais ça parfait. J’aimais l’image. J’aimais cet homme-là.»

Capture d'écran via La vraie nature.

Elle enchaîne en revenant sur sa peur de ce que pensent les autres, une douleur reliée à son enfance qu’elle tente de soigner depuis longtemps.

• À lire aussi: Véronique Cloutier explique ce qu’est la tranche de fromage sur son veston à TLMEP

«Mais j’aimais énormément l’image qu’on projetait. Je trouvais que j’avais l’air d’avoir réussi ma vie, d’avoir réglé mes traumas. [...] C’est ça qui me fait mal de ma séparation. "Oh, mais câline, célibataire à 38. Eh bien [...] ce n’est pas parfait".» 

L'extrait est à voir ci-haut. L'épisode complet est disponible ici.

À voir aussi sur le Sac de chips:

s

s