L’actrice américaine Mindy Kaling critiquée pour ses rôles jugés «nuisibles» pour les jeunes filles | 24 heures
/bref

L’actrice américaine Mindy Kaling critiquée pour ses rôles jugés «nuisibles» pour les jeunes filles

Image principale de l'article Mindy Kaling critiquée pour ses rôles «nuisibles»

Depuis la sortie de la série Velma sur HBO Max, l’actrice américaine Mindy Kaling essuie des critiques concernant son style de jeu et d’écriture. Elle se fait reprocher une certaine paresse artistique entourant ses nombreux rôles et séries qu’elle a écrites, plusieurs allant jusqu’à remettre en question sa carrière.

• À lire aussi: Velma, dans Scooby-Doo, est officiellement lesbienne

• À lire aussi: Les mathématiques sont-elles racistes?

Que ce soit Mindy Lahiri dans la série The Mindy Project, Devi Vishwakumar dans Never Have I Ever ou Bela Malhotra dans The Sex Lives of College Girls, toutes ont pratiquement le même profil: une jeune femme indienne naïve, égocentrique, insécurisée et obsédée par la validation romantique d’hommes blancs et prête à tout pour l’obtenir.

Tout récemment, c’est son interprétation d’une version sud-asiatique de Velma, populaire personnage de la famille Scooby-Doo, qui a fait réagir, rapporte BuzzFeed News.  

Sur les médias sociaux, on lui reproche que Velma soit un autre personnage calqué sur les rôles qu’écrit Kaling, soit celui d’une femme d’origine indienne à l’humour sec, qui a une mauvaise perception de soi, qui se détache de ses origines culturelles et qui a le béguin pour un homme blanc.

Une internaute aurait possiblement trouvé la raison pour laquelle l’interprète de Kelly Kapoor dans la populaire série The Office aurait «une obsession» avec un «certain type d’homme blanc».

«Vous devez vous rappeler [qu’elle] a passé ses années de découvertes sexuelles au Collège Dartmouth, il y a plus de 20 ans. C’est tout ce qu’il y avait, [des gars blancs]. La Nouvelle-Angleterre change les gens», a-t-elle tweeté. Son gazouillis a depuis cumulé plus de neuf millions de vues. 

Selon divers commentaires, le style d’écriture de l’actrice de 43 ans nuirait aux jeunes filles, en plus de faire partie d’une classe d’humour dépassée. D’autres prétendent qu’elle aurait subi un lavage de cerveau par son éducation dans un collège privé de la côte est, qu’elle serait islamophobe et qu’elle serait une TERF (féministe qui exclut les femmes trans).

En 2012, Mindy Kaling est devenue la première femme d’origine sud-asiatique à tenir le premier rôle d’une série américaine, avec son interprétation de Mindy Lahiri dans The Mindy Project

C’est d’ailleurs à cette époque que des sourcils se sont levés en raison de la panoplie de blagues racistes, sa manie de dater des hommes blancs et sa manière de présenter les personnes racisées.

À voir aussi:

s