Les enfants découvrent internet dès l’âge de 5 ans | 24 heures
/pss

Les enfants découvrent internet dès l’âge de 5 ans

87% des parents français autorisent leurs enfants à utiliser internet jusqu’à 4h par jour.

Image principale de l'article Les enfants découvrent internet dès l’âge de 5 ans
Mediteraneo - stock.adobe.com

Toujours plus connectés, et ce, de plus en plus tôt. À l’âge de 11 ans, près de neuf enfants sur dix utilisent déjà internet dans plusieurs pays à travers le monde, révèle une étude de la fondation Mozilla. 

Si la France fait figure d’exception, avec un âge d’initiation plus avancé que certains de ses voisins européens, certaines problématiques n’en demeurent pas moins préoccupantes pour les parents, particulièrement soucieux de la sécurité en ligne.

À quel âge avez-vous initié vos enfants à internet? Une question simple en apparence qui suscite pourtant polémiques et débats à répétition, si ce n’est une certaine culpabilité chez les parents soucieux de prévenir toute potentielle dépendance de leurs chérubins aux écrans. En moyenne, les enfants sont essentiellement initiés à internet entre 5 et 8 ans, d’après une nouvelle étude menée par la fondation Mozilla* auprès de plus de 3500 parents d’enfants âgés de 5 à 17 ans vivant aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni. Un âge toutefois plus tardif en Allemagne et en France, puisque les enfants y découvrent internet à l’âge de 7 et 8 ans respectivement en moyenne.

Connectés dès 2 ans

Dans le détail, 36% des parents américains déclarent initier leurs enfants à internet entre 2 et 5 ans, contre 35% et 34% pour les parents canadiens et britanniques. Un pourcentage qui tombe à 21% pour les parents allemands et à 16% pour les parents français. Ces derniers sont en revanche plus nombreux à faire découvrir les rouages du web à leurs enfants à l’âge de 5-8 ans et de 8-11 ans (36% et 32% respectivement). Notons également que dans l’Hexagone, 3% des adolescents explorent pour la première fois le web entre 14 et 17 ans.

Quant au temps moyen passé en ligne, il s’établit selon l’étude à quatre heures en moyenne par jour pour l’ensemble des pays, bien que des disparités subsistent. Plus de huit parents français sur dix (87%) autorisent leurs enfants à utiliser internet jusqu’à 4h par jour, mais près de la moitié (47%) impose malgré tout une limite quotidienne d’une heure. Dans l’Hexagone, la moyenne est ainsi établie à 2h au quotidien. Aux États-Unis, pays où les enfants semblent plus longtemps connectés, seulement 57% des parents fixent la limite quotidienne à 4h par jour, tandis que 20% leur permettent de surfer entre 5h et 7h par jour, et 7% entre 8h et 10h.

La sécurité en ligne de mire

À en croire les parents français interrogés, l’école, et plus précisément les devoirs et autres besoins scolaires, serait la principale raison pour laquelle ils initieraient leurs enfants à l’usage d’internet (43%). Mais ce n’est pas la seule. Suivent le visionnage de vidéos de divertissement (40%), l’accès à des jeux (29%), la nécessité de maintenir le contact avec la famille et les amis (22%), et, dans une moindre mesure, le magasinage en ligne (3%), lequel est encore plus important aux États-Unis (8%).  

Mais, comment les enfants utilisent-ils réellement internet? Visiblement pas comme les parents l’espèrent, puisque les besoins scolaires n’arrivent qu’en troisième position (54%) derrière le visionnage de vidéos de divertissement (67%) et les jeux vidéo (61%). Le magasinage en ligne revêtirait lui aussi plus d’importance que ce qu’envisagent les parents, à hauteur de 9%.

Ce n’est pas ce qui préoccupe le plus les parents en matière de navigation. La sécurité se hisse en tête des soucis causés par l’usage d’internet. D’ailleurs, près des trois quarts des parents français (73%) estiment qu’internet n’est pas un espace sûr. Un avis partagé par seulement 56% des parents américains et 58% des parents canadiens. Dans l’Hexagone, l’exposition à des contenus inappropriés (61%) préoccupe tout particulièrement les parents, devant la menace que représentent les prédateurs en ligne (51%), et le cyberharcèlement (50%). Un constat qui amène les parents à sensibiliser leurs enfants de plus en plus tôt à ce type de dangers, dès 5 ans en France.

*L’enquête a été réalisée entre les 21 et 29 septembre 2022, via un questionnaire en ligne, auprès de 3699 parents âgés de 25 à 55 ans, résidant aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni, et ayant des enfants âgés de 5 à 17 ans. L’échantillon est représentatif de la population générale, équilibré et pondéré en fonction de l’âge, du sexe, de la région, de l’éducation.