«On n’est pas tanné.es de mourir?»: Martine Delvaux critique sévèrement l’état du système de santé au Québec | 24 heures
/bref

«On n’est pas tanné.es de mourir?»: Martine Delvaux critique sévèrement l’état du système de santé au Québec

Image principale de l'article Martine Delvaux critique le système de santé
Photo courtoisie, Émilie Pelletier

«On n’est pas tanné.es de mourir?»: la professeure à l’UQAM et essayiste féministe Martine Delvaux a vivement critiqué l’état du système de santé au Québec dans une publication Instagram. Six mois après avoir trouvé un médecin de famille au public, elle a dû se réinscrire au Guichet d’accès à un médecin de famille après que ce dernier eut quitté le réseau pour le privé.  

• À lire aussi: Hausse de loyer de 310$ par mois: leur propriétaire avait pourtant promis de limiter la hausse à 29$

• À lire aussi: Taux directeur à 4,5%: serrez-vous la ceinture, parce que les prix (et l’inflation) ne sont pas près de redescendre

«La clinique publique où il travaillait, en plein Plateau-Mont-Royal, a fermé pour de bon (oui, expliquez-moi comment c’est possible). Nous sommes de retour sur la liste d’attente depuis un an», a-t-elle publié sur sa page en fin de matinée, mercredi. Quelques heures plus tard, la publication avait récolté plus de 800 j’aime.

Mme Delvaux ajoute qu’elle a téléphoné à la clinique privée où travaille désormais son ancien médecin de famille pour connaître le prix du bilan de santé. «1095$, par personne. Je demande: [est-ce] possible d’avoir un suivi ponctuel, pour renouvellement de [médicaments]? Impossible sans bilan de santé», se désole-t-elle.

Dans les commentaires, plusieurs personnes ont aussi témoigné de leur expérience avec le système de santé. «Nous avons eu un médecin de famille à la naissance de mon dernier enfant. Elle sortait de l’école, brillante, attentionnée. On l’a eue pendant 5 ans, puis elle est partie pratiquer aux États-Unis en 2022...», raconte une internaute. 

En 2021, les Québécois deviaent attendre en moyenne 599 jours sur la liste avant d’être pris en charge par un médecin de famille, selon des données publiées dans l’étude des crédits budgétaires de Québec. À Montréal, le délai moyen excède même quatre ans dans certains secteurs, rapportait le Journal.

Martine Delvaux termine sa publication en partageant sa «déception» et son «découragement» face à l’inaction du gouvernement face aux problèmes du système de santé. «Mais sérieux, c’est quand la révolution? On n’est pas tanné.es de mourir?»

À voir aussi:  

s