On a demandé à une nutritionniste ce qu’elle pense du «mommy juice» de Beachbody | 24 heures
/societe/sante

On a demandé à une nutritionniste ce qu’elle pense du «mommy juice» de Beachbody

Image principale de l'article La vérité sur le «mommy juice» de Beachbody
Photomontage Marilyne Houde

Vous voyez peut-être passer sur TikTok des vidéos d’ambassadrices BODI, anciennement Beachbody, qui font la promotion du fameux «mommy juice» ou du «jus de licorne». Ces produits sont-ils bons pour la santé? Et qu’en est-il des programmes d’entraînement que propose aussi l’entreprise? On en a jasé avec une nutritionniste et un kinésiologue. 

C’est quoi, au juste, le «mommy juice» ou le «jus de licorne»? 

Plusieurs ambassadrices Beachbody ont la même routine: elles se lèvent (très) tôt et boivent leur «mommy juice» (ou «jus de licorne»), indispensable pour leur donner de l’énergie. 

Mettons d’abord une chose au clair: le «mommy juice» et le «jus de licorne», c’est le même produit. Il s’agit d’une boisson de type pre-workout (préentraînement) dont le nom officiel est Energize. Le produit est vendu exclusivement par Beachbody. L’entreprise a récemment été rebaptisée BODi.  

Puisqu’il s’agit d’un pre-workout, il est suggéré de la prendre avant de s’entraîner – environ 30 minutes avant de bouger – pour booster son énergie. Le «mommy juice» est vendu sous forme de poudre qui peut être mélangée à de l’eau (une ou deux portions, selon son poids).  

Le produit contient du bêta-alanine, un supplément de performance qui permet de tolérer l’exercice plus longtemps, ainsi que de la quercitrine, un antioxydant. Pour une portion de 6 grammes, il faut compter 2275 milligrammes de sucre et 200mg de caféine qui provient de thé vert. 

Le «mommy juice» se vend 66,95$ pour 40 portions sur le site web de BODi.   

Vraiment utile, un «pre-work out»? 

BODi n’a rien inventé avec son «mommy juice». Les boissons de pre-workout ont en effet la cote. La nutritionniste Catherine Lepage insiste toutefois: «ce n’est pas vraiment nécessaire de prendre ça, même pour les athlètes».  

«C’est une tendance de prendre un produit avant l’entraînement, ça a un effet quasiment placebo de prendre quelque chose pour se crinquer», renchérit-elle.  

Même qu’un produit comme le «mommy juice» peut devenir une «béquille» lorsqu’il est pris tous les jours, comme le proposent les ambassadrices sur TikTok, indique celle qui travaille avec des sportifs.  

Même si la caféine peut stimuler et améliorer l’état d’éveil et de vigilance, ce n’est pas normal de toujours d’en avoir besoin avant chaque entraînement. «À long terme, le corps va développer une accoutumance et le produit n’aura plus d’effet», soutient l’experte.   

Vaut mieux améliorer la qualité de son sommeil et investiguer à savoir pourquoi on a «besoin d’un coup de fouet pour s’entraîner». 

Un autre supplément phare de BODi: le Shakeology. Il s’agit d’un shake de «superaliments» que la compagnie recommande de prendre après chaque entraînement. 

Comme pour le «mommy juice», vous pouvez passer votre tour, surtout que le produit est quand même cher. Un sac de 30 portions est vendu 155,95$ (avant les taxes) sur le web.  

La nutritionniste Karine Gravel rappelle par ailleurs qu’un superaliment, ça n’existe pas vraiment.  

Ce n’est pas tout : la liste d’ingrédients est longue et l’apport en protéines d’une portion est plutôt bas pour ce genre de supplément, soit 17 grammes.  

«C’est un produit qui regroupe tout ce qui est populaire en ce moment, les antioxydants, les probiotiques, les greens et la protéine», dit Catherine Lepage. Une alimentation équilibrée est toutefois nécessaire pour obtenir tous les nutriments nécessaires à la santé.  

Ça ne veut pas dire qu’il ne faut absolument pas consommer de protéines en poudre après vos entraînements 

La nutritionniste suggère d’opter pour un produit avec une liste d’ingrédients courte (2 à 3 ingrédients) et qui contient entre 25 et 30 grammes de protéines. Vous pourrez ensuite le mélanger à des fruits et légumes et des noix ou des graines. Vous aurez alors une boisson beaucoup plus intéressante d’un point de vue nutritif. 

Et qu’en est-il des programmes d’entraînement? 

Avant de vendre des suppléments, BODi est une plateforme d’entraînements. On a donc voulu savoir si les programmes valaient les quelque 250$ que coûte l’abonnement annuel. 

Les programmes de BODi peuvent être réalisés à la maison ou au gym, ce qui est super pratique pour les nouvelles mamans qui s’occupent de leur bébé à domicile, affirme le kinésiologue Maxime St-Onge. C’est d’ailleurs une clientèle que semble viser l’entreprise.  

«C’est plus dommageable pour la santé de rester chez soi à ne rien faire que de s’entraîner avec une exécution des mouvements qui est plus ou moins bonne», estime-t-il.  

L’esprit de communauté et de groupe peut aussi servir de motivation pour les personnes abonnées, ajoute-t-il.  

«Lorsqu’il y a une dimension sociale, c’est évident que les gens vont adhérer davantage», renchérit la nutritionniste Karine Gravel.  

Elle reproche toutefois à l’entreprise d’insister sur l'état d'esprit de ses membres et sur un changement de mode de vie pour dissimuler des objectifs de perte de poids. «Comment c’est présenté, ça fait miroiter que maigrir veut dire prendre soin de soi», dit-elle.  

La nutritionniste déplore aussi que les nouvelles mamans soient souvent la cible de diètes amaigrissantes, tout en ajoutant que ce ne sont pas toutes les femmes qui peuvent – et veulent – perdre du poids facilement après un accouchement.  

«Comme pour plusieurs diètes et programmes d’entraînement, il y a une façon de faire pour tout le monde, alors que ce n’est pas nécessairement adapté à la personne et que ce n’est pas nécessairement réaliste non plus», souligne Karine Gravel.  

Combien ça coûte, être membre de BODi? 

L’abonnement annuel tourne autour de 250$ et donne accès à la plateforme, en plus de comprendre deux options de plan alimentaire, des contenants pour calculer les portions alimentaires et une vingtaine de portions des deux suppléments les plus populaires de la compagnie.  

Par la suite, il faut débourser environ 100$ par mois pour obtenir les quantités nécessaires du fameux «mommy juice», selon une ambassadrice de la plateforme à qui 24 heures a parlé.  

Pour devenir membre BODi, il faut d’ailleurs s’inscrire auprès d’une ambassadrice ou d’un ambassadeur, qui empoche une commission de 20% à 25% sur les produits et les abonnements vendus.  

N’importe qui peut décider de devenir ambassadeur et d’établir sa propre clientèle.  

À lire aussi

Vous pourriez aimer

En collaboration avec nos partenaires