La Ville de Montréal doit acheter ce terrain de Parc-Extension | 24 heures
/panorama/droits-des-locataires

La Ville de Montréal doit acheter ce terrain de Parc-Extension

s

Un terrain à vendre dans Parc-Extension serait parfait pour accueillir du logement social, plaident des groupes communautaires, qui demandent à la Ville de Montréal de l’acheter avant qu’un promoteur privé mette la main dessus et y développe des appartements trop chers pour ceux qui ont besoin d’un logement abordable.

• À lire aussi: Embourgeoisement et rénovictions: une carte répertorie les évictions dans Parc-Extension

Environ 25 militants et locataires se sont rassemblés le 21 février dans le Vieux-Montréal pour demander aux élus d’agir dans le dossier du 700 Jarry Ouest. Ils s’étaient donné rendez-vous devant l’édifice Lucien-Saulnier, qui abrite temporairement l’administration montréalaise pendant que l’hôtel de ville est en rénovation. 

« À Parc-Ex, il n’y a pas beaucoup de terrains restants », déclare Mohammad-Afaaq Mansoor, organisateur communautaire au Comité d’action de Parc-Extension (CAPE). « Alors quand il y en a, il faut marquer le point que c’est nécessaire d’avoir du logement social, en dehors du marché. »

• À lire aussi: La gentrification s’amène à Parc-Ex

L’administration montréalaise pourrait faire valoir son droit de préemption pour acheter le lot de 15 000 pi2, où se trouvent actuellement les bâtiments inoccupés d'un garage et d'une épicerie, et y développer une quarantaine de logements sociaux, ajoute Mohammad-Afaaq Mansoor.

Vue aérienne du 700 Jarry Ouest

Jean Balthazard/24 heures

Vue aérienne du 700 Jarry Ouest

« La ville doit passer à l’action », affirme Amy Darwish, coordonnatrice du CAPE. Elle rappelle qu’une mobilisation de résidents du quartier a permis de bloquer un projet de condos de luxe il y a un an, mais que leur combat n’est pas encore gagné. 

« La mobilisation, c’est notre contre-pouvoir. On n’a pas les moyens qu’ont les promoteurs, mais on a notre voix, on a notre force, on a notre communauté », ajoute-t-elle.

700 ménages en attente à Parc-Extension

Le quartier Parc-Extension, où vivent près de 34 000 personnes, est délimité par le boulevard Acadie, le chemin de fer du Canadien Pacifique, l’autoroute 40 et l’ancienne gare de triage d’Outremont. Il est à la fois petit (1,6 km2) et dense (cinq fois plus que la moyenne montréalaise).

• À lire aussi: Montréal acquiert un bâtiment dans Parc-Extension pour du logement social

Selon Mohammad-Afaaq Mansoor, environ 700 ménages sont présentement en attente d’un logement social dans le quartier. L’Office municipal d’habitation de Montréal n’a pas de chiffre précis pour le quartier, mais confirme que plus de 2000 ménages sont sur la liste d’attente à la grandeur de l’arrondissement Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension. 

Le campus MIL, à la jonction d'Outremont et de Parc-Extension

Photo d'archives, Agence QMI

Le campus MIL, à la jonction d'Outremont et de Parc-Extension

Parc-Extension était il y a quelques années à peine considéré comme très abordable, mais les prix y augmentent rapidement depuis quelques années, entre autres à cause de l’ouverture du campus MIL de l’Université de Montréal, à la jonction de Parc-Extension et d’Outremont. 

• À lire aussi: Campus MIL: le prix des logements continue de bondir dans Parc-Ex

La Ville de Montréal a indiqué au 24 heures qu’elle suivait le dossier et qu’elle était ouverte à « discuter avec le propriétaire pour négocier un juste prix [...], considérant les coûts liés au développement de logements sociaux et communautaires ».