Quatrième vague potentielle: le Québec doit-il craindre le variant Delta? | 24 heures
/bref

Quatrième vague potentielle: le Québec doit-il craindre le variant Delta?

Le variant Delta qui fait trembler la planète et exploser les cas de COVID-19 dans plusieurs pays est encore loin de devenir le variant dominant au Québec.

• À lire aussi: États-Unis: plus grande chute de l'espérance de vie en 77 ans

• À lire aussi: Les Américains vaccinés pourront entrer au Canada le 9 août

Selon le microbiologiste en chef du Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ), le Dr Michel Roger, le variant Delta, apparu en Inde, ne représente que 5% à 6% des échantillons positifs à la COVID-19 dans la province.  

«Tous les échantillons sont criblés au Québec pour les variants Alpha, Beta, Gamma et Delta, donc on n’en échappe pas», assure le Dr Roger en entrevue à LCN. 

Il considère que les cas de Delta seraient notamment surestimés en Ontario, puisque les autorités n’effectuent pas de criblage du Delta, mais seulement pour l’Alpha, Beta, et Gamma. Ainsi tous les échantillons qui ne seraient pas de ces souches sont automatiquement classifiés comme étant «Delta». 

Au Québec, le variant Alpha prédomine au Québec avec encore entre 65% et 70% des cas positifs, pour un total de 7 203 cas séquencés. 

La campagne de vaccination qui a démarré rapidement, l’isolement rapide des voyageurs arrivés au Québec et porteurs du variant Delta ont certainement permis à la province d’éviter la montée de ce variant beaucoup plus contagieux, croit le microbiologiste.

Néanmoins, le Dr Roger en appelle à la prudence surtout à l’automne avec le retour des enfants non vaccinés à l’école, la réouverture de la frontière canadienne aux Américains, mais aussi le retour de vacances de la population. 

«On prévoit une quatrième vague l’automne, mais on ne connaît pas encore l’ampleur qu’elle aura.» 

Il incite fortement la population à se protéger en s’assurant de recevoir les deux doses de vaccin dès que possible. 

À lire aussi

Et encore plus