Plaintes déposées pour de possibles agressions sexuelles au Festi-Plage en Gaspésie | 24 heures
/homepage

Plaintes déposées pour de possibles agressions sexuelles au Festi-Plage en Gaspésie

Image principale de l'article Possibles agressions sexuelles au Festi-Plage
Photo Facebook / Festi-Plage de Cap-d'Espoir

Au moins deux personnes ont porté plainte aux autorités pour de possibles agressions sexuelles survenues la semaine dernière en marge du Festi-Plage, en Gaspésie.

Selon nos informations, la Sûreté du Québec (SQ) enquête en ce moment pour éclaircir les circonstances dans lesquelles des victimes présumées auraient été agressées et possiblement droguées contre leur gré. 

Depuis quelques jours, plusieurs participants du Festi-Plage de Cap-d'Espoir, à Percé, allèguent sur les réseaux sociaux avoir été la cible du «piqûre challenge». Cette méthode consiste à agresser des personnes à leur insu en leur injectant avec des seringues des substances comme le GHB, lors d’évènements festifs. 

Le propriétaire du service ambulancier de Percé, Lorne Mahan, a d’ailleurs confirmé être intervenu à quelques reprises dans le secteur de Cap-d'Espoir pendant le festival la semaine dernière, mais a refusé de donner de l'information sur la nature des transports. 

Photo Festi-Plage de Cap d'Espoir

s

Vérifications en cours 

De son côté, la SQ confirme être au courant de la situation. 

«On ne fait pas nécessairement de lien avec le Festi-Plage pour le moment. [...] Mais, oui, on fait des vérifications avec de possibles intoxications survenues dans le secteur de la MRC du Rocher-Percé», explique leur porte-parole, Hélène St-Pierre. 

Cette dernière ajoute que les autorités sont en train de «valider» ces informations pour connaître l’origine des intoxications. 

Dans une vidéo publiée sur Facebook hier, la députée péquiste de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, soutient avoir entendu de plusieurs sources différentes des cas de «drogue du viol» en Gaspésie, depuis le début de l’été.

Elle exhorte les autorités à informer la population si ces renseignements s’avèrent véridiques. 

«Je comprends qu’il y a peut-être aussi des enquêtes en cours, mais une mise au point serait appréciée pour qu’on sache à quoi s’en tenir et que nos filles soient au moins sensibilisées avant de prendre la route vers toutes sortes d’activités», déplore-t-elle.

Des gardes violents 

Dans une brève déclaration officielle, la direction du Festi-Plage explique que «des mesures renforcées» ont été déployées lors de l’événement, qui a eu lieu du 27 au 30 juillet derniers, en raison d’un fort achalandage. 

Plusieurs festivaliers ont pourtant dénoncé les lacunes en matière de sécurité, les fouilles «très aléatoires», et même les comportements violents de certains agents de sécurité.

Le 24 heures a d’ailleurs obtenu une vidéo où l’on voit l’un d’entre eux donner de violents coups de poing à une personne au sol.

s

Lors du spectacle de Fouki, le 27 juillet dernier, Marilou Cypihot-Tremblay affirme avoir été «violemment» expulsée du site du festival avec des amis, «pour des raisons invalides». 

«Un agent m’a fermement agrippée par les deux bras pour tenter de me soulever et me sortir physiquement de la foule. À plusieurs reprises, j’ai dû me tourner pour lui mentionner qu’il me blessait. L’agent était si agressif que je n’avais pas le choix de le suivre, mais j’étais terrorisée», a-t-elle confié au 24 heures

Son amie Carolane Fortin aurait aussi subi le même traitement de la part des agents de sécurité. 

Marilou Cypihot-Tremblay, celle qui était chauffeuse désignée ce soir-là, a été témoin d'autres altercations. 

«Un agent a sorti une fille qui dansait avec nous. Il la tenait dans les airs par les aisselles et son chandail était complètement relevé, laissant sa poitrine à nu devant beaucoup de personnes. Elle pleurait», raconte-t-elle. 

«Quelques instants après, ils ont sorti son copain à environ six agents», poursuit Mme Cypihot-Tremblay. «Une fois sorti du site, ils l’ont lancé au sol et un agent s’est mis à genou sur lui pendant qu’un autre lui donnait un coup de poing dans l’abdomen.»

Déjà controversé 

En mars dernier, Émile Bilodeau avait annulé sa participation au festival gaspésien en raison de sa programmation 100% masculine. Aucune artiste féminine n’avait alors été invitée. 

• À lire aussi: Festi-Plage de Cap-d'Espoir: Émile Bilodeau annule sa participation à un festival 100% masculin

«Comment pensez-vous que les filles qui vont assister au Festi-Plage vont percevoir mon industrie?» avait écrit le chanteur sur sa page Instagram.

Rappelons que la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a attribué 52 500$ en fonds publics au Festi-Plage de Cap-d'Espoir le mois dernier. 

«Nous déplorons ce qui est arrivé au Festi-Plage Cap-d'Espoir si les faits sont avérés. C’est maintenant à la SQ de faire enquête sur ces incidents, et nous appelons à la collaboration du Festival pour faire toute la lumière sur ces événements», écrit dans un courriel le cabinet de la ministre du Tourisme. 

L’organisation du Festi-Plage n’a jamais répondu à nos demandes d’entrevue téléphonique vendredi.

— Avec la collaboration de Nicolas Saillant, du Journal de Québec

Sur le même sujet