On a demandé à des experts si le CBD aide vraiment à dormir | 24 heures
/panorama

On a demandé à des experts si le CBD aide vraiment à dormir

Image principale de l'article Est-ce que le CBD aide vraiment à dormir?

Le CBD est de plus en plus vanté pour ses supposées vertus d’aide au sommeil. Peut-il vraiment réconcilier les insomniaques avec le marchand de sable? Nous avons demandé à trois experts de démêler le vrai du faux : voici ce qui en ressort.

• À lire aussi: Anxiété, stress, troubles de sommeil, le CBD plus populaire que jamais

• À lire aussi: Vous n'êtes pas seul à avoir de la misère à dormir

Il manque de recherche   

Shutterstock

L’une des raisons principales pour laquelle on ne peut pas affirmer que le CBD aide ou n’aide pas à dormir, c’est qu’il manque de recherche en ce sens.  

«On a des données imparfaites et spécifiques qui indiquent que dans certaines circonstances précises, le CBD semble entraîner de la sédation et améliorer le sommeil», explique le Dr Didier Jutras-Aswad, psychiatre spécialiste des effets du cannabis sur le corps humain.  

Dr Didier Jutras-Aswad

Courtoisie CHUM

Dr Didier Jutras-Aswad

Il précise que ces données ont été récoltées lors d’études menées dans le but de traiter d’autres symptômes, comme des problèmes neurologiques, et que les doses de CBD administrées étaient extrêmement élevées.  

«On parle de plusieurs centaines de milligrammes par jour (400, 800, 1000 mg par jour), des doses 20 à 50 fois plus élevées que ce qu’on retrouve communément sur le marché», précise-t-il. 

Est-ce que ça veut dire que le CBD ne fonctionne pas à plus petite dose, comme l’utilisent la plupart des gens?  

«Non, on n’a simplement pas les données pour le soutenir scientifiquement», résume-t-il. 

• À lire aussi: Lavande, tisane, ashwagandha... est-ce que ça aide vraiment à dormir?

Le CBD pourrait être une partie de la solution   

La Dre Celeste Thirlwell, spécialiste certifiée en médecine du sommeil, croit que le CBD peut faire partie de la solution pour traiter des problèmes de sommeil, mais qu’il ne les réglera pas seul.  

«Pour vraiment améliorer la qualité du sommeil, ça prend aussi du THC. Moi j’utilise toujours 50% CBD, 50% THC», précise la fondatrice du Sleep Wake Awareness Program (SWAP), qui intègre des techniques de pointe fondées sur la neuroscience aux pratiques courantes de la médecine du sommeil. 

Dre Celeste Thirwell

Courtoisie

Dre Celeste Thirwell

Elle précise aussi que le CBD pourrait agir indirectement sur certaines des causes des troubles du sommeil. 

«L’anxiété, c’est un dérèglement du système nerveux. Quand quelqu’un est anxieux, on est certain qu’il ne dort pas bien. À ce moment, je donne du CBD le jour comme ça le cerveau sera plus calme avant d’aller se coucher», explique la neuroscientifique.

Ça ne devrait pas être un premier choix   

Le Dr Alain Watier, professeur associé à la faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke et clinicien chez Santé Cannabis, est loin d’adhérer au discours qui présente le CBD comme un remède miracle pour les troubles de sommeil.  

«De penser que de prendre une pilule de CBD le soir avant de vous coucher va vous aider à dormir, c’est entre les deux oreilles», martèle-t-il. 

Dr Alain Watier

Courtoisie

Dr Alain Watier

• À lire aussi: Six conseils pour mieux dormir sans aucun médicament ni supplément

Il précise aussi que le cannabis en général, que ce soit par l’entremise du CBD ou du THC, ne devrait pas être vu comme un médicament de premier choix.  

«Je ne donnerais jamais de cannabis comme première thérapie à un patient qui vient pour des troubles du sommeil ou de l’anxiété, ça, c’est clair. C’est un médicament de troisième ligne», précise-t-il.  

Le cannabis devrait, selon lui, être envisagé seulement quand l’arsenal des thérapies traditionnelles ne fonctionne pas, ou si le patient a des effets secondaires néfastes. 

• À lire aussi: Les applications peuvent-elles nous aider à mieux dormir?


On profite de l'occasion pour vous rappeler que la vente de produits contenant du CBD est réglementée par la Loi sur le cannabis. C’est-à-dire qu’il est illégal, au Québec, d’en acheter autrement qu’auprès de la SQDC, sauf dans le cas de prescriptions médicales.

Des vidéos qui pourraient aussi vous intéresser

s

s

s

À lire aussi

Et encore plus