Quand le déconfinement mène à l'anxiété corporelle | 24 heures
/panorama

Quand le déconfinement mène à l'anxiété corporelle

s

C’est enfin le retour des pique-niques, des fêtes et des bains de foule après une partie de hockey! Aussi douce soit cette renaissance collective, elle génère tout de même de l’angoisse chez certaines personnes. Notamment celles qui ne sont pas confortables avec leur corps post-pandémique... 

Une confiance ébranlée  

Si je vous dis : une petite voix intérieure qui dénigre votre corps, des émotions négatives quand vous vous regardez dans le miroir ou encore une envie d’éviter certaines situations pour ne pas être vus... Ça vous dit quelque chose? Si oui, sachez que vous n’êtes pas seul, puisque le déconfinement entraine une hausse d’anxiété corporelle, selon divers experts.

Dre Stéphanie Léonard, psychologue et fondatrice de l’organisme Bien avec mon corps, m’explique : « D’abord, l’isolement social a fragilisé tout le monde! Ensuite, notre routine a été immensément perturbée – que ce soit nos habitudes alimentaires ou nos activités. Sans oublier que beaucoup de gens se sont retrouvés à se voir le visage toute la journée, avec le télétravail. C’était accorder beaucoup d’importance à notre image! »

Difficile de revenir à la normale en pleine confiance, donc! Heureusement, on peut veiller à diminuer notre inconfort...

Petit guide pour atténuer l’anxiété  

Pour Dre Stéphanie Léonard, la toute première chose à faire est de se questionner sur le rapport qu’on entretient avec les critères de beauté imposés par la société. À quel point veut-on que notre vie soit régie par ceux-ci? Une fois cette introspection entamée, on peut passer au reste du plan...

« Je pense qu’il faut normaliser les changements corporels, insiste la psychologue. On les vit tous! D’ailleurs, si on a de l’anxiété corporelle, ça fait du bien d’en parler. On réalise alors qu’on n’est pas seul. » 

Il faut aussi faire attention à la manière dont on se parle et avoir davantage de douceur envers soi-même. Une mission pas toujours simple, mais cruciale. 

Ensuite, si on évite certaines situations sociales – pensons à la baignade, qui implique le port d’un maillot -, il faut tenter de s’y exposer graduellement. « Habituellement, il y a 15 minutes de malaise lors desquelles on croit que tout le monde nous regarde, mais on arrive éventuellement à se connecter au moment présent et on réalise que l’anxiété peut être surmontée », m’explique Dre Léonard. 

Puis, dernier conseil de l’experte en image corporelle : « Faisons donc un ménage de nos réseaux sociaux! Est-ce que suivre cette personne me fait sentir bien? Est-ce que ça contribue à mon anxiété corporelle ou, au contraire, ça m’incite à embrasser la diversité? »

Une belle liste de devoirs, question de se déconfiner en toute paix d’esprit et de corps...

D'autres vidéos de Rose-Aimée Automne T. Morin qui pourraient vous intéresser: 

Billie Eilish et le queerbaiting

s

Les Quebecois ont-ils honte de leur sexualité?

s

 Quel été pour les célibataires 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus