Fini, le trafic au centre-ville de Paris | 24 heures
/environment

Fini, le trafic au centre-ville de Paris

Image principale de l'article Fini, le trafic au centre-ville de Paris
jasckal - stock.adobe.com

La Ville lumière mettra en place une «zone apaisée» dans son centre-ville. À compter de 2024, le trafic de transit y sera ainsi interdit.

• À lire aussi: Bonne nouvelle pour la planète: Paris bientôt «100% cyclable»

• À lire aussi: 5 villes dans le monde où le vélo est roi... ou presque

Le but de cette initiative est de réduire la circulation automobile dans cette zone fort achalandée pour laisser plus de place aux piétons, aux cyclistes, au transport en commun, réduire la pollution sonore et améliorer la vie des résidants. 

On pourra y circuler en voiture seulement si on se rend à une destination précise située dans la zone comme à un commerce ou chez des amis. Mais on ne pourra pas y transiter pour se rendre d’un point A à un point B en dehors de la zone. 

«Si Paris souhaite réduire le trafic de transit, pour autant il n'est pas question de supprimer tout le trafic. Les riverains, les personnes à mobilité réduite, les taxis, les artisans et commerçants du quartier, etc. pourront continuer à y accéder», précise le maire adjoint de la capitale, David Belliard, sur Twitter. 

Entre 40 et 60% du trafic dans cette zone serait du trafic de transit. 

« En raison de sa position centrale, le centre de Paris subit un trafic de transit particulièrement important. 180 000 voitures y circulent tous les jours ! C'est 10 fois plus que le nombre de voitures de celles et ceux qui y habitent», souligne M. Belliard.  

La zone apaisée concernera l’arrondissement Paris Centre, ainsi que la partie des 5e, 6e, et 7e arrondissements au nord du Boulevard St Germain. 

Elle devrait être effective en 2024, juste à temps pour les Jeux Olympiques. 

À Montréal? 

Un projet similaire existe à Montréal. 

La mairesse Valérie Plante veut créer une zone zéro carbone au centre-ville d’ici 2030. Les voitures à essence y seraient alors interdites. 

• À lire aussi: Plan climat de Montréal: réduire de 25% l’auto solo et faire du centre-ville une «zone zéro émission»

La ville estime qu’environ la moitié des véhicules de Montréal seront électriques à cette date. En 2021, la proportion était de 2%. 

Cette mesure est l’une des 46 présentées dans le Plan climat dont le but est de réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serra de la Ville de Montréal d’ici 2030.  

Sur le même sujet